« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Balustrade » : différence entre les versions

m
<br>
rapporté sur le corps de la balustrade. L'assise d'appui,
taillée dans une pierre d'un grain plus serré, protégeprotège les dalles de champ,
et (fait qui doit être noté) cet appui porte une dentelure, sorte d'amortissement
fleuronné couronnant la balustrade. Celle-ci, étant pleine, terminait
remplace celle qui avait été refaite au XIV<sup>e</sup> siècle et qui tombait en ruine.
 
<span id="footnote2">[[#note2|2]] : Cette balustrade n'appartient pas à la construction première de la nef, qui remonte à 1210 au plus tard; elle a été refaite vers 1230, lorsque après un incendie la partie supérieure de la nef fut complétementcomplètement remaniée et rhabillée (voy. [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 2, Cathédrale|Cathédrale]]).
 
<span id="footnote3">[[#note3|3]] : Il n'existe plus que deux fragments de cette charmante balustrade sur les deux contreforts du portail, mais ces fragments indiquent clairement la disposition de l'ensemble. La richesse de cette balustrade est motivée par l'extrême délicatesse des parties d'architecture qu'elle accompagne et couronne.
5 406

modifications