Différences entre versions de « Page:Dostoïevski - Journal d’un ecrivain.djvu/283 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
Mais, grâce à ces eaux, je participe aux bonheurs d’une
+
Mais, grâce à ces eaux, je participe aux bonheurs d’une élite ! Après cela, avec quelle joie nous irons boire notre affreux café allemand ! Voila ce que j’appelle les avantages positifs de la bonne société.
élite ! Après cela, avec quelle joie nous irons boire notre
 
affreux café allemand ! Voila ce que j’appelle les avantages
 
positifs de la bonne société.
 
   
 
— Vous riez. Mais ce n’est pas neuf, tout cela.
 
— Vous riez. Mais ce n’est pas neuf, tout cela.
   
— Je ris. Mais, dites-moi si votre appétit s’améliore depuis que vous prenez les eaux.
+
— Je ris. Mais dites-moi si votre appétit s’améliore depuis que vous prenez les eaux.
   
 
— Naturellement, et d’une façon extraordinaire.
 
— Naturellement, et d’une façon extraordinaire.
   
— Ainsi les avantages positifs du bon ton sont tellement
+
— Ainsi les avantages positifs du bon ton sont tellement forts qu’ils agissent même sur votre estomac.
forts qu’ils agissent même sur votre estomac.
 
   
 
— Mais ce n’est que l’influence des eaux et non pas celle du bon ton.
 
— Mais ce n’est que l’influence des eaux et non pas celle du bon ton.
Ligne 27 : Ligne 23 :
   
   
Naturellement, je ne vais pas reproduire toutes mes
+
Naturellement, je ne vais pas reproduire toutes mes conversations avec cet homme paradoxal. Mais nous eûmes un jour un entretien sur les femmes, que je veux rapporter. Il me fit observer que je regardais les femmes de trop près.
conversations avec cet homme paradoxal. Mais nous eûmes un jour un entretien sur les femmes, que je veux rapporter. Il me fit observer que je regardais les femmes de trop près.
 
   
— Ce sont les Anglaises que je regarde de si près, et avec intention. Figurez-vous que j’ai emporté de Russie deux brochures pour la route : l’une ; c’est la ''Question
+
— Ce sont les Anglaises que je regarde de si près, et avec intention. Figurez-vous que j’ai emporté de Russie deux brochures pour la route : l’une ; c’est la ''Question d’Orient'', par Granowsky, l’autre traite des femmes. Dans ce dernier opuscule, j’ai trouvé de fort belles pensées. Une phrase, pourtant, m’a plongé dans l’étonnement. L’auteur écrit sans dire gare :
d’Orient'', par Granowsky, l’autre traite des femmes. Dans
 
ce dernier opuscule, j’ai trouvé de fort belles pensées.
 
Une phrase, pourtant, m’a plongé dans l’étonnement. L’auteur écrit sans dire gare :
 
4 365

modifications