« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Construction -- Principes » : différence entre les versions

m (Bot: Fixing redirects)
société les porta bientôt à changer leurs cahutes contre des demeures
durables et bâties avec luxe. Satisfaire rigoureusement au besoin est
 
toujours la première loi observée, non-seulement dans l'ensemble des
bâtiments, mais dans les détails de la construction; ne jamais sacrifier la
solidité à une vaine apparence de richesse est la seconde. Cependant la
pierre et le bois sont toujours de la pierre et du bois, et si l'on peut
employer ces matières dans une construction en plus ou moins grande
quantité, leur fonction est la même chez tous les peuples et dans tous les
temps. Quelque riches et puissants que fussent les moines, ils ne pouvaient
espérer construire comme l'avaient fait les Romains. Ils s'efforcèrent donc
d'élever des constructions solides et durables (car ils comptaient bien
bâtir pour l'avenir) avec économie. Employer la méthode romaine la plus
ordinaire, c'est-à-dire en composant leurs constructions de massifs de
blocages enfermés entre des parements de brique ou de moellon, c'était
mettre à l'œuvre plus de bras qu'ils n'en avaient à leur disposition.
Construire au moyen de blocs énormes de pierre de taille, soigneusement
taillés et posés, cela exigeait des transports impossibles, faute de routes
Utilisateur anonyme