« Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/217 » : différence entre les versions

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 8 : Ligne 8 :
« Après avoir rejoint la plage et le vaisseau,
« Après avoir rejoint la plage et le vaisseau,
D’abord aux flots divins nous lançons la carène ;
D’abord aux flots divins nous lançons la carène ;
Ensuite, colloquant le mal et chaque antenne,
Ensuite, colloquant le mât et chaque antenne,
Nous faisons embarquer l’offrande du troupeau,
Nous faisons embarquer l’offrande du troupeau,
Et nous-mêmes montons, tristes, fondant en larmes.
Et nous-mêmes montons, tristes, fondant en larmes.
Ligne 20 : Ligne 20 :


Ma nef touche aux confins de l’océan immense.
Ma nef touche aux confins de l’océan immense.
Là des Cimmôriens le peuple et les remparts
Là des Cimmériens le peuple et les remparts
Gisent ensevelis sous une brume intense.
Gisent ensevelis sous une brume intense.
Jamais vers eux Phœbus ne porte ses regards,
Jamais vers eux Phœbus ne porte ses regards,