« L’Odyssée/Traduction Séguier/17 » : différence entre les versions

nettoyage
m (Zyephyrus: match)
(nettoyage)
 
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/339]]==
 
D’un maître exécuter les ordres rigoureux.
Va donc ; cet homme sûr me servira de guide,
Quand l’âtre et le soleil m’auront fait moins frileux.
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/340]]==
<poem>
le soleil m’auront fait moins frileux.
Mauvais sont mes habits ; je crains le souffle humide
Du matin, et d’ailleurs la ville est loin, dit-on. »
Mais allons, du trajet déroule les tableaux. »
 
Télémaque aussitôaussitôt, de sa voix claire et franche :
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/341]]==
<poem>
t, de sa voix claire et franche :
« Ma mère, quand j’évite un horrible trépas,
N’excite point mes pleurs, ne me tourmente pas.
« Télémaque, à mon toit dépêche tes servantes
Pour rapporter au tien les dons de Ménélas. »
Immédiatement le sage Télémaque :
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/342]]==
<poem>
« L’avenir, ô Pirée, est encore incertain.
sage Télémaque :
« L’avenir, ô Pirée, est encore incertain.
Si des amants sournois me renverse l’attaque
Et que mes biens légaux deviennent leur butin,
De piétons, de coursiers. Jupin darde-carreaux
Jeta parmi les miens la Fuite avilissante.
Nul n’osa résister à ce torrent de maux.
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/354]]==
<poem>
sister à ce torrent de maux.
Un grand nombre tomba sous l’épée incesssante,
Et le cachot retint ce qui resta vivant.
Télémaque gémit du paternel affront,
Mais, sans vouloir répandre un seul pleur d’allégeance,
Grave, il branla la tête, en couvant sa vengeance.
Grave,
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/356]]==
<poem>
il branla la tête, en couvant sa vengeance.
 
Or la reine, ayant su le scandale si prompt
Et je n’ai pu savoir la fin de ses déboires.
Ainsi que l’on regarde un céleste chanteur
Qui dans ses vers redit d’agréd’agréables histoires,
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/357]]==
<poem>
ables histoires,
En ne lassant jamais son fidèle auditeur,
Ainsi me charmait-il en mon recoin champêtre.
Mais un dernier détail, ne le néglige pas :
Si j’observe qu’en tout le pauvre est véridique,
Je lui donne un chiton, un luxueux manteau. »
Je
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/358]]==
<poem>
lui donne un chiton, un luxueux manteau. »
 
Le porcher diligent s’éloigna sans réplique,
Ceux-ci chantaient, dansaient, le soir étant venu.
</poem>
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/360]]==
 
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/361]]==
 
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/362]]==
 
==[[Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/363]]==