« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Balustrade » : différence entre les versions

m
m (correction typo)
{{TextQuality|100%}}<div class=prose>
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 2, Bain de Mortier|Bain de Mortier]]</center>
chéneaux et des galeries de circulation à tous les étages. Les balustrades
exécutées pendant cette période présentent une extrême variété de formes
et de constructions. La nature de la pierre influe beaucoup sur leur compsitioncomposition. Là où les matériaux étaient durs et résistants, mais d'un grain fin
et faciles à tailler, les balustrades sont légères et très-ajourées; là où la
pierre est tendre, au
ainsi que fut couronnée la corniche supérieure du chœur de la cathédrale
de Troyes<span id="note4"></span>[[#footnote4|<sup>4</sup>]]. Cet exemple de balustrade
crénelée ne manque pas d'originalité , mais il a le défaut de n'être nullement en harmonie avec l'édifice; nous
ne le donnons d'ailleurs que comme une
</div>
XVI<sup>e</sup>, on fit souvent aussi des balustrades aveugles qui n'étaient, sous les
appuis des fenêtres, que des bandeaux larges formant une riche décoration.
Telles étaient 1esles balustrades qui réunissaient les alléges des fenêtres du
premier étage de l'hôtel la Trémoille à Paris (28), balustrades qui sont
toutes variées soit comme dessin, soit comme division; car il n'est pas rare
<span id="footnote6">[[#note6|6]] : Voir l'hôtel de Jacques Cœur à Bourges, sur les balustrades duquel on a sculpté des cœurs, des coquilles, et cette devise «A VAILLANS RIENS IMPOSSIBLE.»
 
<span id="footnote7">[[#note7|7]] : Cette baluslradebalustrade est taillée dans des dalles de granit; elle est surmontée d'une dentelure présentant des couronnes et des fleurons alternés.
 
<span id="footnote8">[[#note8|8]] : Voy. <i>L'Église Saint-Eustache à Paris</i>, par Victor Calliat. Paris, 1850.
5 406

modifications