« Page:Godwin - Caleb Williams, I (trad. Pichot).djvu/42 » : différence entre les versions

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 9 : Ligne 9 :
avait pris ses avantages, il ne le quittait plus sans
avait pris ses avantages, il ne le quittait plus sans
lui avoir bien fait sentir, dans tous ses membres, la peine de sa présomption. On n’aurait pas enduré
lui avoir bien fait sentir, dans tous ses membres, la peine de sa présomption. On n’aurait pas enduré
aussi patiemment la tyrannie de M. Tyrrel, si ses
aussi patiemment la tyrannie de M. Tyrrel, si ses
talents pour la parole ne fussent pas continuellement venus au secours de cette autorité que lui
talents pour la parole ne fussent pas continuellement venus au secours de cette autorité que lui
avaient originairement obtenue son rang et ses prouesses.
avaient originairement obtenue son rang et ses prouesses.
Ligne 16 : Ligne 16 :
conquise parmi les hommes. Il n’y avait pas une
conquise parmi les hommes. Il n’y avait pas une
mère qui n’enseignât à sa fille à regarder la main
mère qui n’enseignât à sa fille à regarder la main
de M. Tyrrel comme l’objet le plus élevé de son ambition. Il n’y avait pas une fille qui ne jetât un
de M. Tyrrel comme l’objet le plus élevé de son ambition. Il n’y avait pas une fille qui ne jetât un
coup d’œil favorable sur ses formes athlétiques et
coup d’œil favorable sur ses formes athlétiques et
sur la gloire de ses prouesses. Comme il n’y avait
sur la gloire de ses prouesses. Comme il n’y avait
505 833

modifications