Différences entre les versions de « La marine militaire de la France en 1845 »

m
aucun résumé de modification
m
m
Ce n'est pas qu'employés dans une juste proportion, les hommes du recrutement, hommes d'élite pour la plupart, de grande taille et plus forts en général que nos véritables matelots, ne pussent être admis avec avantage à bord de nos navires. Il est certain qu'il y avait tout profit à recevoir à la place de novices encore trop faibles pour figurer dans l'armement d'une pièce de gros calibre ces vigoureux enfans de nos campagnes, dont on pouvait tirer un excellent parti partout ailleurs que sur une vergue; mais leur nombre devait être rigoureusement limité, et si l'on voulait avoir quelque souci de l'honneur et de la sûreté de nos vaisseaux, il fallait bien se garder, même au milieu de la paix la plus profonde, d'excéder jamais ces limites, portées, déjà bien loin. L'avenir de notre marine dépendait donc encore, quoiqu'on en eût pu dire, du développement de notre inscription maritime.
 
M. l'amiral de Rigny, qui comprenait en homme supérieur tous les inconvéniens inhérens à cette organisation de nos équipages, avait, dès l'année 1831, établi le principe de l'armement permanent d'un certain nombre de vaisseaux. Jusqu'à lui, on avait trouvé tout naturel de n'armer ces grandes machines de guerre qu'au moment du besoin, et on eût volontiers fait comme les Turcs, qui congédient leurs équipages pendant l'hiver pour les rassembler de nouveau au printemps. M. l'amiral de Rigny, qui avait étudié de près la marine anglaise et les élémens d'une supériorité qu'il ne suffit pas de méconnaître pour l'effacer, pensa au contraire que le désarmement de la flotte était la dernière des économies à réaliser, et que, si nous n'entretenions constamment armée une forte division de vaisseaux, nous nous trouverions hors d'état, en présence de quelques éventualités pressantes, d'improviser avec nos ressources factices des armemens que le personnel exubérant dont disposait l'Angleterre, ses institutions vivaces et ses traditions d'escadres lui permettaient de différer impunément jusqu’au dernier moment. Conformément à ce principe que l’illustre amiral eut la gloire d’avoir introduit le premier dans notre marine, nous avions, depuis l’expédition du Tage (1)<ref> Ce fut après cette brillante expédition du Tage, qui inaugura d’une manière si glorieuse le nouveau pavillon de la France, que M. l’amiral de Rigny, interpellé à la chambre des députés, dans la séance du 18 août 1831, sur le chiffre de l’indemnité stipulée pour les frais de l’expédition, prononça ces paroles remarquables, qui sont la meilleure justification du système d’armemens permanens que nous avons maintenu en France depuis cette époque: « J’ai entendu dire qu’on avait trouvé cette indemnité trop modique. J’avoue, messieurs, que, s’il avait fallu armer et équiper une flotte telle que celle employée à cette expédition, certainement l’indemnité aurait été insuffisante; ''mais je déclare que, s’il avait fallu armer et équiper cette flotte, l’expédition ne serait pas faite aujourd’hui, et qu’elle aurait pu à peine avoir lieu à la fin de l’année''. » </ref>, entretenu constamment sur nos côtes ou sur celles de l’Asie Mineure des escadres d’évolution, dans lesquelles se réalisèrent la plupart des progrès dont nous pouvons nous féliciter aujourd’hui. Il en résulta qu’en 1840, lorsque les mers du Levant devinrent tout à coup le théâtre des plus graves complications, nous nous trouvâmes naturellement prêts à faire face aux premières éventualités. Nos armemens maritimes, augmentés progressivement par les deux ministères qui s’étaient succédé depuis le 12 mai 1839, se composaient alors de 20 vaisseaux réunis dans la Méditerranée, 22 frégates, 21 corvettes, 20 grands bricks, 16 bricks-avisos et 29 bâtimens à vapeur. Les Anglais, au contraire, réduits, jusqu’au jour où le ministère est armé par le parlement du bill de presse, à la seule ressource des engagemens volontaires, avaient éprouvé, malgré l’immense développement de leur population maritime, quelque difficulté à former les équipages de leurs derniers vaisseaux; ils avaient dû avoir recours, pour les compléter, aux bateliers du Shannon et aux caboteurs de la côte d’Irlande. Ainsi, soit négligence, soit confiance, il est certain que cette fois ils songèrent trop tard à accroître leurs forces, et qu’ils nous furent un instant, dans la Méditerranée, numériquement inférieurs. Leur position au mois de juillet 1840 était, on le voit, des plus périlleuses. Ce qui la rendait plus critique encore, c’est que leur escadre, qu’ils avaient long-temps tenue réunie à l’entrée des Dardanelles ou dans la rade d’Ourlac, était alors dispersée à Malte, à Thasos et sur la côte de Syrie, tandis que les onze vaisseaux que nous avions rassemblés dans le Levant formaient une force compacte et imposante.
 
Ce n’eût été rien, cependant, si ces onze vaisseaux eussent été des vaisseaux armés à la hâte, comme au temps de la république, et accourant du port pour essayer, le jour même du combat, la portée de leurs canons; mais ces vaisseaux avaient été, pendant plus d'un an, sous les ordres d'un homme qui avait fait du commandement d'une escadre l'espoir et la pensée de toute sa vie : ces vaisseaux avaient exercés par un chef qui comptait bien s'en servir un jour. Tous ceux qui ont connu M. l'amiral Lalande savent avec quelle joie fiévreuse il sentit sous sa main cette réunion de onze vaisseaux, la plus considérable qu'eût eue la France depuis 1815. Homme d'esprit et homme d'action, bouillant, infatigable, présent à tout, se portant sans cesse d'un vaisseau à l'autre, convaincu qu'il fallait se préparer pour un collision prochaine, l'illustre amiral avait fait passer le feu de ses ame dans ces états-majors et ces équipages qu'il pénétrait de sa confiance et électrisait par sa gaieté et son ardeur. Il avait médité avec fruit l'histoire de nos guerres maritimes, que personne ne connaissait mieux que lui, et il savait que les combats de mer sont avant tout de combats d'artillerie. Aussi, persuadé que le succès devait appartenir à celui qui manoeuvrerait le mieux ses canons, il avait consacré tous ses soins à l'instruction militaire de l'escadre : sur les îles désertes qui ferment la rade d'Ourlac du côté de l'est, il avait élevé des simulacres de vaisseaux en pierres sèches. Avec leurs larges raies de batterie peintes à la chaux, ces bâtimens simulés rappelaient les mannequins, coiffés d'un turban et le yataghan à la ceinture, avec lesquels Suwarow habituait ses grenadiers à charger les Osmanlis à la baïonnette. L'amiral les donnait à détruire à ses canonniers, mais il leur promettait de les mettre bientôt aux prises avec des vaisseaux plus faciles à entamer. Ce fut lui qui, frappé des résultats que les Américains avaient obtenus en 1812 par la rapidité de leur tir, introduisit dans notre marine la charge précipitée, consistant à enfoncer à la fois la gargousse et le boulet dans l'ame de la pièce. Il habitua nos matelots à faire voler leurs canons au sabord, leur répétant sans cesse qu'il fallait chercher vite, mais pointer avec calme. Aussi, l'élan de nos équipages, le degré d'instruction auquel ils étaient arrivés, inspiraient à tous nos officiers une confiance extrême; et lorsque notre escadre fut rappelée à Toulon, il leur sembla qu'on leur ravissait une victoire assurée.
 
Ayons sans cesse ces chiffres devant les yeux, non pour nous effrayer de l'infériorité numérique de nos forces maritimes, mais pour y pourvoir, et ne nous lassons point de chercher comment notre marine doit se préparer à soutenir une lutte inégale.
 
 
<small>xxxxxxxxxx</small><br />
<small>(1) Ce fut après cette brillante expédition du Tage, qui inaugura d’une manière si glorieuse le nouveau pavillon de la France, que M. l’amiral de Rigny, interpellé à la chambre des députés, dans la séance du 18 août 1831, sur le chiffre de l’indemnité stipulée pour les frais de l’expédition, prononça ces paroles remarquables, qui sont la meilleure justification du système d’armemens permanens que nous avons maintenu en France depuis cette époque: « J’ai entendu dire qu’on avait trouvé cette indemnité trop modique. J’avoue, messieurs, que, s’il avait fallu armer et équiper une flotte telle que celle employée à cette expédition, certainement l’indemnité aurait été insuffisante; ''mais je déclare que, s’il avait fallu armer et équiper cette flotte, l’expédition ne serait pas faite aujourd’hui, et qu’elle aurait pu à peine avoir lieu à la fin de l’année''. » </small><br />
 
 
<center>II</center>
 
Ces questions toutes spéciales étaient restées entourées de nuages quand parut, au mois de mai 1844, cette ''Note'' célèbre (1)<ref> Voyez la ''Note sur l'état des forces navales de la France'', par M. le prince de Joinville, dans la livraison de la ''Revue des Deux Mondes'' du 15 mai 1844.</ref> qui les dégagea soudainement d'une obscurité épaissie à plaisir, et fit pénétrer jusqu'au coeur du pays la vive lumière dont elle les éclaira. J'avoue que je ne suis point de ceux qui ont pensé alors qu'une pareille révélation pût donner à l'Angleterre la mesure de nos forces; il me sembla que son gouvernement avait trop d'intérêt à être bien informé à cet égard pour qu'on pût espérer qu'il ignorât le secret de nos arsenaux, lui à qui le développement mystérieux de la marine russe au fond de la Baltique et de la mer Noire n'avait pu réussir à échapper. Ce ne fut point à l'Angleterre que cette ''Note'' ouvrit les yeux: ce fut à la France. Le système de guerre dont elle recommandait l'adoption fut approuvé par le plus grand nombre, combattu par plusieurs : le service qu'elle rendit au pays fut indépendant de tout système; il consista à proclamer, sur la mauvaise direction de nos efforts, sur l'insuffisance de notre matériel et de notre personnel, de courageuses vérités qui avaient besoin de trouver l'autorité d'un pareil organe. C'est aussi à cette oeuvre patriotique que le brave amiral Lalande dévouait ses dernières pensées, le dernier souffle de sa vie : c'est là le but que doit se proposer tout esprit droit et sincère. En finir avec des illusions qui ne peuvent être que dangereuses et funestes, c'est déjà faire un premier pas vers des efforts sérieux et réparateurs.
 
D'ailleurs, il faut le reconnaître, le moment était bien choisi pour signaler le danger que nous courions à rester plus long-temps sous l'empire de la routine. Les immenses perfectionnemens qu'avaient déjà reçus les navires à vapeur semblaient devoir favoriser singulièrement la réalisation de la pensée qui avait présidé à la réorganisation de notre puissance navale, et c'était précisément cette partie de notre matériel que nous traitions avec le plus de négligence! La vapeur menaçait l'Angleterre de mettre la marine à la portée de tout grand peuple qui aurait des soldats et des finances prospères, et nous laissions nos rivaux prendre une telle avance dans cette voie nouvelle, que nous nous exposions à ne pouvoir les y suivre. Il importait assurément de nous arracher à cette léthargie, et de fixer par une discussion publique et solennelle les conditions dans lesquelles devait se développer à l'avenir notre matériel naval, et les tendances auxquelles nous devions obéir. Jouets de courans contraires, au moment même où des complications pressantes nous commandaient impérieusement de nous hâter, nous nous trouvions, par une fatalité singulière, condamnés en quelque sorte à l'immobilité. Il fallait indispensablement prendre un parti mais lequel? Rarement une question plus grave s'était posée devant le pays.
Ce résultat obtenu devait, ce semble, exciter à en poursuivre un autre. Il fallait demander au recrutement une mousqueterie d'élite, comme on lui avait demandé des canonniers; et de même qu'on s'était bien gardé de changer l'uniforme, la discipline ou le nom de ces matelots consacrés à des fonctions spéciales, il fallait avoir sur chaque navire un détachement de soldats-marins que l'on pût, comme les canonniers, employer à tous les services, envoyer sur toutes les vergues. Ces soldats devaient arriver à bord de nos vaisseaux déjà dressés, par un mode d'instruction particulière, à la plupart des manoeuvres qui doivent s'exécuter sur le terrain, aptes par conséquent à former le noyau d'un débarquement, et constituant une mousqueterie qui n'eût point été inférieure à celle que l'institution des soldats de marine assure aux bâtimens anglais et américains.
 
Les abordages prémédités sont devenus très rares aujourd'hui, parce que c'est une manoeuvre toujours dangereuse et difficile à exécuter; avec les navires à vapeur ils seront beaucoup plus fréquens, et d'ailleurs il arrive déjà très souvent qu'ils terminent un combat dans lequel les deux adversaires, dégréés et peu maîtres de leur manoeuvre, sont jetés l'un sur l'autre par le vent ou la houle. Si, une fois les navires ainsi accrochés, on pouvait s'élancer sur le pont ennemi le sabre aux dents et le pistolet au poing, ce serait une mêlée, une affaire d'arme blanche, dans laquelle l'élan et le courage auraient beau jeu; mais les deux navires, bien qu'accrochés, sont encore séparés par un intervalle de dix ou douze pieds : si quelque mât sert à les réunir, c'est un pont qui offre à peine passage à deux hommes de front. Pendant qu'on se presse sur cet étroit espace, un feu nourri de mousqueterie est échangé d'un bord à l'autre. Celui des hunes plonge et moissonne les officiers qui marchent à la tête des compagnies d'abordage. Chaque coup, s'il est bien dirigé, met un ennemi hors de combat, et l'affaire est souvent décidée par ce feu meurtrier avant qu'on ait pu se joindre corps à corps (2)<ref> A l'appui de cette opinion, on peut citer ce qui se passa au combat de Trafalgar. ''Le Redoutable'', un de nos plus vieux vaisseaux de 74, mais aussi l'un des mieux organisés, abordé par ''le Victory'', vaisseau à trois ponts, que montait l'amiral Nelson, faillit s'emparer, grace à un assaut imprévu, de ce bâtiment qui le dominait de toute la hauteur d'une batterie. L'amiral anglais et son secrétaire étaient déjà tombés sous le feu rapide et meurtrier qui partait des hunes du ''Redoutable''. Le pont du ''Victory'' avait été en partie évacué par les hommes qui servaient les pièces des gaillards, et si le vaisseau à trois ponts ''le Temerary'' ne fût venu à son tour aborder le vaisseau de l'intrépide capitaine Lucas, cette journée de Trafalgar, si funeste à notre marine, eût été signalée par un des plus extraordinaires faits d'armes que puissent présenter les annales maritimes.</ref>. On voit donc combien il nous importe d'avoir des tireurs habiles, et combien il serait à regretter que les Anglais eussent encore cet avantage sur nous.
 
Le recrutement pourrait fournir, mien-, que l'inscription elle-même, ces deux classes d'hommes spéciaux, canonniers et soldats de marine, qui ne devraient jamais excéder le quart de l'équipage. Quant aux hommes qui doivent gouverner le navire, et qui sont plus particulièrement chargés du service des hunes, comme les timoniers et les gabiers, ils ne peuvent sortir que de l'inscription, et devraient avoir également reçu une instruction spéciale qui garantit à tout bâtiment de la flotte que ces élémens indispensables ne manqueraient point à la composition de son équipage.
 
La marine, quoi qu'on fasse, sera toujours une question d'argent, une des plus lourdes charges du budget. Ce qui importe, c'est que les sacrifices du pays ne soient point faits en pure perte et servent à créer autre chose que des fantômes. Il n'y a point long-temps que de très bons esprits hésitaient encore à admettre la nécessité de constituer une marine en France, et se demandaient si, avec cette vaste frontière à couvrir, avec cette Europe toujours prête à peser sur nous, il nous était permis d'aspirer à être à la fois une grande puissance maritime et une grande puissance continentale. Il leur semblait qu'en abdiquant toute prétention à ce double sceptre, nous établirions plus sûrement notre suprématie en Europe. Concentrer notre action sur le continent, asseoir ainsi notre influence politique sur une base inébranlable, tandis que nous entraînerions à notre suite, dans la voie généreuse où nous les devançons, tous ces peuples initiés par nous aux bienfaits de la liberté et aux idées fécondes de la dignité humaine, c'était laisser, selon eux, un assez beau rôle à la France. La conquête de l'Algérie et les évènemens d'Orient ont mis un terme à ces hésitations. Tournant le dos au Rhin, la France, depuis 1840, prête sans cesse l'oreille aux craquemens redoutables que fait entendre ce vaste empire, rongé par la base à l'autre bout de la Méditerranée. Sa légitime ambition est de faire sentir ses forces aux deux extrémités de ce grand cratère dont l'empereur voulait faire un lac français. Aussi, à aucune autre époque de notre histoire, la marine n'a-t-elle été plus populaire parmi nous qu'elle ne l'est aujourd'hui. Nous avons vu l'accroissement de notre puissance navale proclamé d'un accord unanime comme une nécessité de premier ordre, et la sollicitude publique épouser avec éclat des intérêts qu'on lui avait long-temps reproché de méconnaître. Qui pourrait se défendre de partager cette pieuse émotion et de s'associer à cet enthousiasme? Qui pourrait refuser de concourir à cette oeuvre? Pour moi, je l'avoue, en voyant la nation prête à s'imposer de nombreux sacrifices pour avoir une marine glorieuse, pour faire respecter son pavillon sur les mers comme sur le continent, je me suis senti saisi d'un irrésistible désir d'exprimer tout haut mon espoir et d'élever ma faible voix pour dire à mon pays sous quel signe il pourra vaincre.
 
 
<small>xxxxxxxxxx</small><br />
<small> (1) Voyez la ''Note sur l'état des forces navales de la France'', par M. le prince de Joinville, dans la livraison de la ''Revue des Deux Mondes'' du 15 mai 1844.</small><br />
<small> (2) A l'appui de cette opinion, on peut citer ce qui se passa au combat de Trafalgar. ''Le Redoutable'', un de nos plus vieux vaisseaux de 74, mais aussi l'un des mieux organisés, abordé par ''le Victory'', vaisseau à trois ponts, que montait l'amiral Nelson, faillit s'emparer, grace à un assaut imprévu, de ce bâtiment qui le dominait de toute la hauteur d'une batterie. L'amiral anglais et son secrétaire étaient déjà tombés sous le feu rapide et meurtrier qui partait des hunes du ''Redoutable''. Le pont du ''Victory'' avait été en partie évacué par les hommes qui servaient les pièces des gaillards, et si le vaisseau à trois ponts ''le Temerary'' ne fût venu à son tour aborder le vaisseau de l'intrépide capitaine Lucas, cette journée de Trafalgar, si funeste à notre marine, eût été signalée par un des plus extraordinaires faits d'armes que puissent présenter les annales maritimes.</small><br />
 
 
E. JURIEN DE LA GRAVIÈRE, Capitaine de corvette.
<references/>
</div>
380 493

modifications