Différences entre versions de « Page:Balzac - Œuvres complètes Tome 5 (1855).djvu/450 »

m
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{Numérotation|'''LES CÉLIBATAIRES : PIERRETTE.'''||447}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
Le visage de Sylvie avait été clair pour le colonel pendant cette tirade, et son exclamation acheva de convaincre le colonel de la perfidie de Vinet.
 
Le visage de Sylvie avait été clair pour le colonel pendant cette tirade, et son exclamation acheva de convaincre le colonel de la perfidie de Vinet.
   
— Ainsi, dit-elle, vous n’aimez pas Pierrette !
+
— Ainsi, dit-elle, vous n’aimez pas Pierrette ?
   
 
— Ah çà ! êtes-vous folle, ma chère Sylvie ? s’écria le colonel. Est-ce quand on n’a plus de dents qu’on essaie de casser des noisettes ? Dieu merci, je suis dans mon bon sens et je me connais.
 
— Ah çà ! êtes-vous folle, ma chère Sylvie ? s’écria le colonel. Est-ce quand on n’a plus de dents qu’on essaie de casser des noisettes ? Dieu merci, je suis dans mon bon sens et je me connais.
4 365

modifications