Différences entre les versions de « Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/61 »

m
(→‎Page non corrigée : trop d'hébreu et de grec pour que je mette à Corrigée)
 
m (→‎Page corrigée : ו > י)
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
Ils sont nommés ''Officiers de Parco'', parce qu’ils s’assemblent au Parquet de la Chancellerie, & ''Abréviateur'', parce qu’ils dressent les minutes & les bréviatures des lettres apostoliques.
 
Ils sont nommés ''Officiers de Parco'', parce qu’ils s’assemblent au Parquet de la Chancellerie, & ''Abréviateur'', parce qu’ils dressent les minutes & les bréviatures des lettres apostoliques.
   
ABRÉVIATION. s. f. Retranchement de quelques lettres dans un mot, quand on veut écrire vite, ou en moins d’espace. C’est ainsi que nous écrivons, ''M. Monsieur'' ; ''Chlet.'' pour ''Châtelet''. Il y a ordinairement quelques marques ou traits de plume sur les mots Abrégés. {{lang|la|''Scribendi compendium''.}} Les signatures de la Cour de Rome sont pleines d’''abréviations''. L’écriture Gothique étoit incommode à cause de ses ''abréviations''. On ne sauroit lire les Ecrits des Rabbins, qu’on n’ait une explication des ''abréviations'' Hébraïques. Les Copistes, ou les Ecrivains Juifs ne se contentent pas de faire des ''abréviations'', comme les Grecs & les Latins, en retranchant quelques {{corr|letres|lettres}} ou syllabes dans un mot. Ils ne mettent d’un mot que la première lettre ; {{lang|he|ר}} signifie ''Rabbi'' : {{lang|he|א}} signifie {{lang|he|אל}}, {{lang|he|ארוגו}}, ou {{lang|he|אמר}}, &c. selon l’endroit où il se trouve. Souvent même ils prennent ces premières lettres de plusieurs mots de suite, les joignent ensemble ; & en y ajoutant des voyelles, ils font un nom barbare qu’ils donnent à la personne qui porte les noms qu’ils ont abrégés de la sorte. Ainsi Rabbi Schelomoh Jarhhi, en jargon d’abréviations Hébraïques s’appelle ''Rasi'' ; Rabbi Moyse ben Maïemon, ''Rambam'' ; & de même en d’autres dictions que les noms propres. {{lang|he|נבוא}}, par exemple, est mis pour {{lang|he|מתז בםפר ובשהאף}}, {{lang|la|''Donum in abdito avertit iram''}}. Mercerus, David de Pomis, Schindler, Buxtorf, & d’autres, ont fait des explications de ces espèces de chiffres, sans lesquelles on ne peut aborder les Rabbins, sur-tout en commençant. Les ''abréviations'' de l’écriture s’appeloient ''Notes'' dans l’Antiquité. On les appelle encore ainsi dans les anciennes inscriptions Latines. Plusieurs ont fait des collections & des explications des ''abréviations'' Romaines. Une des plus amples est celle de Sertorius Ursatus, qui se trouve à la fin des Marbres d’Oxford. {{lang|la|''Sertorii Ursati Equitis, de notis Romanorum Commentarius''.}} Tous ces mots viennent du Latin {{lang|la|''Abbreviare''}}, dont l’origine est {{lang|la|''brevis''}}, bref, court, qui vient du Grec {{lang|grc|Βραχὺϛ}}.
+
ABRÉVIATION. s. f. Retranchement de quelques lettres dans un mot, quand on veut écrire vite, ou en moins d’espace. C’est ainsi que nous écrivons, ''M. Monsieur'' ; ''Chlet.'' pour ''Châtelet''. Il y a ordinairement quelques marques ou traits de plume sur les mots Abrégés. {{lang|la|''Scribendi compendium''.}} Les signatures de la Cour de Rome sont pleines d’''abréviations''. L’écriture Gothique étoit incommode à cause de ses ''abréviations''. On ne sauroit lire les Ecrits des Rabbins, qu’on n’ait une explication des ''abréviations'' Hébraïques. Les Copistes, ou les Ecrivains Juifs ne se contentent pas de faire des ''abréviations'', comme les Grecs & les Latins, en retranchant quelques {{corr|letres|lettres}} ou syllabes dans un mot. Ils ne mettent d’un mot que la première lettre ; {{lang|he|ר}} signifie ''Rabbi'' : {{lang|he|א}} signifie {{lang|he|אל}}, {{lang|he|ארוגו}}, ou {{lang|he|אמר}}, &c. selon l’endroit où il se trouve. Souvent même ils prennent ces premières lettres de plusieurs mots de suite, les joignent ensemble ; & en y ajoutant des voyelles, ils font un nom barbare qu’ils donnent à la personne qui porte les noms qu’ils ont abrégés de la sorte. Ainsi Rabbi Schelomoh Jarhhi, en jargon d’abréviations Hébraïques s’appelle ''Rasi'' ; Rabbi Moyse ben Maïemon, ''Rambam'' ; & de même en d’autres dictions que les noms propres. {{lang|he|נבוא}}, par exemple, est mis pour {{lang|he|מתז בםפר יבשהאף}}, {{lang|la|''Donum in abdito avertit iram''}}. Mercerus, David de Pomis, Schindler, Buxtorf, & d’autres, ont fait des explications de ces espèces de chiffres, sans lesquelles on ne peut aborder les Rabbins, sur-tout en commençant. Les ''abréviations'' de l’écriture s’appeloient ''Notes'' dans l’Antiquité. On les appelle encore ainsi dans les anciennes inscriptions Latines. Plusieurs ont fait des collections & des explications des ''abréviations'' Romaines. Une des plus amples est celle de Sertorius Ursatus, qui se trouve à la fin des Marbres d’Oxford. {{lang|la|''Sertorii Ursati Equitis, de notis Romanorum Commentarius''.}} Tous ces mots viennent du Latin {{lang|la|''Abbreviare''}}, dont l’origine est {{lang|la|''brevis''}}, bref, court, qui vient du Grec {{lang|grc|Βραχὺϛ}}.
   
 
☞ {{sc|{{corr|Abbréviations|Abréviations}}}}, chez les Négocians, Banquiers & teneurs de livres, sont des lettres initiales ou des caractères dont ils se servent pour abréger certains termes de Négoce, & rendre leurs écritures plus courtes.
 
☞ {{sc|{{corr|Abbréviations|Abréviations}}}}, chez les Négocians, Banquiers & teneurs de livres, sont des lettres initiales ou des caractères dont ils se servent pour abréger certains termes de Négoce, & rendre leurs écritures plus courtes.