« De la suffisance de la religion naturelle » : différence entre les versions

cedil; -> ç
m (liens vers l'espace auteur)
(cedil; -> ç)
 
 
1. La religion naturelle est l'ouvrage de Dieu ou des hommes. Des hommes : vous ne pouvez le dire, puisqu'elle est le fondement de la religion révélée. Si c'est l'ouvrage de Dieu, je demande à quelle fin Dieu l'a donnée. La fin d'une religion qui vient de Dieu ne peut être que la connaissance des vérités essentielles, et la pratique des devoirs importants. Une religion serait indigne de Dieu et de l'homme si elle se proposait un autre but. Donc, ou Dieu n'a pas donné aux hommes une religion qui satisfît à la fin qu'il a dû se proposer, ce qui serait absurde ; car cela supposerait en lui impuissance ou mauvaise volonté ; ou l'homme a obtenu de lui tout ce dont il avait besoin. Donc il ne lui fallait pas d'autres connaissances que celles qu'il avait reccedilreçues de la nature. Quant aux moyens de satisfaire aux devoirs, il serait ridicule qu'il les eût refusés. Car de ces trois choses, la connaissance des dogmes, la pratique des devoirs, et la force nécessaire pour agir et pour croire, le manqué d'une rend les deux autres inutiles. C'est en vain que je suis instruit des dogmes, si j'ignore les devoirs. C'est en vain que je connais les devoirs, si je croupis dans l'erreur ou dans l'ignorance des vérités essentielles. C'est en vain que la connaissance des vérités et des devoirs m'est donnée, si la grâce de croire et de pratiquer m'est refusée. Donc j'ai toujours eu tous ces avantages, Donc la religion naturelle n'avait rien laissé à la révélation d'essentiel et de nécessaire à suppléer. Donc cette religion n'était point insuffisante.
 
2. Si la religion naturelle eût été insuffisante, c'eût été ou en elle-même, ou relativement à la condition de l'homme. Or on ne peut dire ni l'un ni l'autre. Son insuffisance en elle-même serait la faute de Dieu. Son insuffisance relative à la condition de l'homme supposerait que Dieu eût pu rendre la religion naturelle suffisante, et par conséquent la religion révélée, superflue, en changant la condition de l'homme ; ce que la religion révélée ne permet pas de dire. D'ailleurs une religion insuffisante relativement à la condition de l'homme serait insuffisante en elle-même. Car la religion est faite pour l'homme, et toute religion qui ne mettrait pas l'homme en état de payer à Dieu ce que Dieu est en droit d'en exiger, serait défectueuse en elle-même. Et qu'on ne dise pas que Dieu ne devant rien à l'homme, il a pu sans injustice lui donner ce qu'il voulait ; car remarquez qu'alors le don de Dieu serait sans but et sans fruit ; deux défauts que nous ne pardonnerions pas à l'homme, et que nous ne devons point reprocher à Dieu. Sans but, car Dieu ne pourrait se proposer d'obtenir de nous par ce moyen ce que ce moyen ne peut produire par lui-même. Sans fruit, puisqu'on soutient que le moyen est insuffisant pour produire aucun fruit qui soit légitime.
Utilisateur anonyme