« L’Avare (Goldoni) » : différence entre les versions

27 932 octets ajoutés ,  il y a 13 ans
m
Aucun résumé des modifications
{{TextQuality|25100%}}[[Catégorie:Théâtre]]
[[Catégorie:XVIIIe siècle]]
[[Catégorie:1756]]
bonheur d’être époux ? Qu’elle se familiarise en
attendant avec ma façon de penser, et que s’accommodant
à mon système...système… Voici don Ambroise.
Il serait possible que le Chevalier ne l’eût point encore
vu ; et si mon bonheur m’offre le premier à lui, c’est
 
Si fait, si fait ; c’est un point convenu. Un simple
motif de curiosité...curiosité…
 
 
Vous me rassurez, vous me comblez de joie, mon
cher don Ambroise ! Ah ! souffrez qu’en témoignage
de l’amitié la plus vraie...vraie… (''Il l’embrasse''.)
 
 
 
Je vous suis dévoué pour la vie. (''Il sort''.)
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE X.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">DON AMBROISE, ensuite DON FERNAND.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Bon voyage ! il commençait à me fatiguer. Je
suis un fin renard ! À ce que je vois, il y a entre
lui et moi la différence d’un forçat à un marinier.
Que la peste te crève ! quel long détour il a pris
pour m’attraper ! je le croyais d’abord un modèle
de générosité, et j’ai fini par ne trouver en lui que
le plus méprisable des avares. Il n’en est pas ainsi
de moi : l’avare n’est pas celui qui cherche à conserver
ce qu’il possède, mais l’âme basse qui convoite
ce qu’il n’a pas.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Seigneur don Ambroise…
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Le courrier est arrivé ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Oui, Monsieur. J’ai une lettre de mon père…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Et de l’argent ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Et de l’argent.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Je commence donc, dès à présent, à vous souhaiter
un bon voyage.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Et moi à vous remercier…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Point de complimens. Venez, que je vous embrasse ;
partez, et que le Ciel vous accompagne.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Ah ! sans doute, il faudra partir !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Qu’avez-vous ? vous soupirez !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je suis au desespoir. Mon cœur bondit dans mon
sein, et mes larmes s’échappent malgré moi.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Eh ! mon enfant, seriez-vous amoureux, par hasard ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
De grâce ! ne me refusez pas votre pitié.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Je vous plains : mais partez vîte.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Vous me verrez expirer sur le seuil de votre porte.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Comment, diable ! est-ce de ma belle-fille que vous
êtes amoureux ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
(''Il se détourne, et soupire.'')
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Partez, partez sur-le-champ.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Tout bien considéré, je ne crois vous faire aucune
injure. Je tiens un certain rang dans mon pays, je
suis fils unique, et mon père est dans l’intention de
me marier.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Votre but serait donc de l’épouser ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je serais trop heureux ! mais je ne le mérite pas.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Dites-moi un peu : allons au but. Est-ce d’elle
ou de sa dot que vous êtes amoureux ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
De sa dot ! que me parlez-vous de dot ? Je sacrifierais,
pour obtenir Eugénie, tous les trésors du
monde.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Sait-elle le bien que vous lui voulez ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je n’ai pas eu la force de parler.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Mon cher don Fernand ! je vous aime comme si
vous étiez mon fils. Je suis fâché de vous voir dans
le chagrin. Mais suivez-moi, nous allons la raisonner.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Vous me rendez la vie, la joie, au point…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Expliquons-nous en quatre mots. La voulez-vous
épouser ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Plût au Ciel ! je serais le plus heureux des hommes.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Mais que dira votre père ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Il m’aime tendrement. Je suis sûr qu’il ne me refusera
pas cette satisfaction.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Quel âge avez-vous ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Vingt ans, environ.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Vous n’êtes plus mineur, et la loi vous donne
le droit de contracter. Consentirez-vous à faire entre
mes mains une renonciation à la dot ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
J’y suis très-disposé.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Et à vous engager pour Eugénie, dans le cas où
elle renouvellerait un jour ses prétentions !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Bien volontiers.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Dans l’instant, dans la minute. Je cours chez le
procureur. Où est ma note ? Bon je l’ai. Présentez-vous
cependant à Eugénie, et dites-lui quelque chose.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je n’en aurai pas le courage.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Un jeune Cavalier de vingt ans ne saura pas dire
deux mots à une jolie femme ! courage cependant,
si vous voulez terminer. Commencez à la disposer
en votre faveur, et je viendrai à votre secours.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je sais que d’autres ont des prétentions à sa main.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Soyez sans alarmes. Ces deux prétendant sont deux
avares. Vous êtes le plus généreux, vous avez incontestablement
le plus de mérite. Elle sera votre épouse,
quoiqu’il puisse arriver. Allez, ne perdez point de
temps.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
J’y cours. J’éprouve ma timidité ordmaire : mais
vos bontés m’encouragent. (''Il sort''.)
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE XI.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">DON AMBROISE ensuite DONNA EUGÉNIE.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
J’ai donc enfin trouvé un honnête homme ! mais
ne le laissons pas échapper. Ce qui est fait, est fait.
Son père sera bien forcé d’y consentir… Oh ! voilà
donna Eugénie. Il la cherche d’un côté, tandis qu’elle
arrive de l’autre.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Bonjour, Seigneur beau-père.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Bonjour,Madame la mariée.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
La mariée !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Oui, consolez-vous : je crois que vous serez contente
de mon choix.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Et qui croyez-vous donc que je vais épouser ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Une personne que vous connaissez, que vous
recevez quelquefois, et qui, je m’en flatte au moins,
ne paraît pas vous déplaire.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
C’est le Comte, sans doute, ou le Chevalier. (''Haut''.)
Mais expliquez-vous donc plus clairement…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Je viens de vous l’envoyer pour s’expliquer lui-même.
Je veux exercer un peu votre curiosité, vous
faire deviner… Au surplus c’est un très-galant
homme, soyez en sure ; et vous le pouvez prendre
les yeux fermés.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Dites-moi, du moins…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Non, Madame, non. Vous le verrez dans l’instant.
(''Il sort''.)
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE XII.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">DONNA EUGÉNIE, ensuite LE COMTE.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Ce ne peut être que l’un des deux. À parler franchement,
je préférerais le Chevalier. Mais je me suis
engagée à souscrire au choix de don Ambroise. Voici
le Comte : c’est lui sans doute que m’envoie don
Ambroise, et voilà l’époux qu’il me destine.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Pardon, Madame, si je vous dérange de nouveau.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Comte, j’ai tout lieu de me féliciter.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
De quoi Madame ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Don Ambroise m’a dit…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Don Ambroise est un grossier, et je saurai bien
le forcer à rendre raison de ses procédés à mon égard,
et de ceux qu’il se propose d’avoir envers vous.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Quoi ! ne consent-il pas à notre hymen ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Au contraire ; la basse avidité de retenir votre
dot, fait qu’il rebute tous les partis qui se présentent
pour vous, et qu’il s’est oublié avec moi.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Je ne reviens pas de ma surprise. Il m’a dit cependant…
(''À part''.) J’aperçois le Chevalier qui
s’approche ; c’est lui apparemment qui a fixé son choix.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Que vous a-t-il dit, Madame ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Comte, vous savez avec quelle indifférence je…
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE XIII.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">{{sc|Les Mêmes}}, LE CHEVALIER.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
À l’exemple du cher Comte, j’entre sans me faire
annoncer. Je vous salue, Madame. Bonjour mon
ami.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Avez-vous appris quelque nouvelle, Chevalier ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Oui, Madame, et une nouvelle de la dernière
importance. Je suis impatient de vous en faire part.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Je suis fâchée que la présence du Comte…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Je me retirerai, Madame.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Restez, restez ; je suis bien aise que tout le monde
en soit instruit.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
C’est donc vous que don Ambroise…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Oui, a joué indignement. Il m’a flatté de l’espérance
de fixer son choix : mais il exigeait de moi une renonciation
formelle à votre dot. Ce n’est pas que je ne
prréfère à tout l’or du monde le bonheur d’obtenir
votre main. Mais il ne m’est pas permis de disposer
de ce qui vous appartient. Voyez donc à quel but
tend l’indigne bassesse de ses projets, et décidez-vous,
Madame, à disposer enfin de vous-même.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Mais quel peut donc être l’objet de son choix ? Une
personne, dit-il, que je connais, que je reçois souvent ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Vous ne pouvez plus dépendre raisonnablement d’un
tel homme ; et l’odieux de sa conduite vous dispense
de toute espèce de ménagement avec lui.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Vous êtes plus que justittée aux yeux du monde.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à part''.)</div>
 
Ma curiosité s’irrite toujours de plus en plus.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Le Chevalier attend votre décision.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Le Comte l’attend également. Nous sommes deux
qui aspirons également au bonheur de vous posséder ;
il faut vous décider, Madame. La division par moitié
n’a plus lieu dans le cas dont il s’agit.
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE XIV.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">{{sc|Les Mêmes}}, JASMIN.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Jasmin}} (''à Eugénie'')</div>
 
Le seigneur don Fernand demande à voir Madame.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
S’il n’a rien de bien pressé à me dire, dis-lui que
nom nous verrons à dîner.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Jasmin}}.</div>
 
Il a reçu des lettres de sa famille, et je le crois
sur son départ.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Si vîte ? Fais entrer. Voyons donc.
(''Jasmin sort''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Chevalier, la décision que Madame va prononcer
exclut non-seulement toute idée de partage par la
moitié, mais toute espérance même de ces petites
faveurs auxquelles vous attachez si peu d’importance.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Que chacun voie à sa manière. Pour moi, je ne
ferai pas à la vertu de mon épouse l’injure de douter
d’elle. Plus je la verrai entourée, plus je m’applaudirai
d’avoir une femme de mérite, et je serai le
premier à rire de ceux qui se flatteraient follement de
m’avoir dérobé la plus faible étincelle du feu qui
brûlera constamment pour moi dans son cœur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Quelle noblesse de sentimens !
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE XV.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">{{sc|Les Mêmes}}, DON FERNAND.</div>
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''s’arrêtant de loin''.)</div>
 
M’est-il permis…?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Approchez, don Femand.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''à part''.)</div>
 
Que la présence de ces deux hommes me pèse !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Est-il vrai que vous nous quittez ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''encore de loin''.)</div>
 
Madame…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Approchez donc. Quel excès de timidité !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Je reviendrai Madame… J’ai quelque chose
à vous communiquer.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Vous pouvez parler librement. Vous connaissez ces
Messieurs. Vous seraient-ils suspects ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}</div>
 
Ce que j’ai à vous dire… (''À part''.) Il m’est
impossible de le dire.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Parlez à Madame, comme vous le jugerez à propos.
Je n’écouterai point ce que vous allez dire. (''Il s’éloigne''
''un peu''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Ne vous gênez pas, je vous en prie. Je connais
mon devoir. (''Il s’écarte aussi''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Voyons ; de quoi s’agit-il ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}</div>
 
Pardon, Madame, si une extrême nécessité…
(''À part''.) Je ne sais par où commencer. Dans quel
embarras me met don Ambroise !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à part''.)</div>
 
Serait-ce don Fernand ? (''Haut''.) Dites-moi ; avez-vous vu mon beau-père ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Madame… c’est lui précisément qui m’envoie
auprès de vous.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à part''.)</div>
 
La nouveauté serait curieuse. (''Haut''.) Que vous
a-t-il dit de me communiquer ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Il veut que je vous révèle… que si me suis
tu jusqu’ici. (''À part''.) L’expression me manque.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à part''.)</div>
 
C’est lui ; il n’y a plus de doute. En vérité mon
beau-père radote de plus en plus. Un jeune homme
encore soumis à son père, dans le cours de ses études !
Allons donc, ce serait une folie pour lui.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''à part''.)</div>
 
Elle m’a compris, je le vois ; et je crois lire dans
ses yeux autre chose que du mépris.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Eh bien ! ces grandes confidences ne sont pas
encore terminées ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Pas encore, Monsieur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Approchez, Messieurs, approchez. Ce n’est qu’un
compliment que don Fernand vient me faire. Son
père le rappelle à Mantoue, et en fils sage et prudent,
et qui connaît ses devoirs, il veut partir sur-le-champ
et est venu prendre congé de moi. Je sais
qu’une petite inclination le retient à Pavie ; il voudrait
bien s’unir avec celle qu’il aime. Mais avec un peu de
réflexion, il a vu qu’à son âge il faut songer à finir
ses études, et non à se perdre par un mariage insensé.
Il sent très-bien que son père en serait très-fâché,
et que ce n’est pas ainsi qu’un fils unique doit répondre
à l’amour de son père. Il a donc résolu de partir :
je l’engage à le faire, et vous applaudirez, sans doute,
à l’honnêteté de son projet.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''à part''.)</div>
 
Sans parler, j’ai ma réponse.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
À merveille, don Fernand ! Je suis ravi de trouver
en vous tant de prudence avec tant de jeunesse.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''au chevalier''.)</div>
 
Je suis bien sensible à votre honnêteté.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Fuyez, don Fernand, fuyez ! vous ne savez pas où
conduit l’amour.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''au Comte''.)</div>
 
Je vous remercie de ce bon conseil.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Prenez votre parti de bonne grace, et consolez-vous ;
ce qui vous sera d’autant plus facile, que la personne
en question vous estime ; mais ne vous aime pas du
tout.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Qu’elle est triste la consolation que vous m’offrez !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
Je le croirais amoureux de vous.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Il n’y aurait rien d’invraisemblable.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}.</div>
 
Cela n’est pas possible. Il était trop ami de mon
époux.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Raison de plus, Madame. C’est peut-être, selon lui,
une preuve d’amitié, de consoler la veuve de son
ami.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''un peu en colère''.)</div>
 
En vérité, Monsieur, je ne conçois pas…
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Point de colère, s’il vous plaît.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}</div>
 
Je vous salue, Messieurs. (''Il va pour sortir''.)
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE DERNIÈRE.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">{{sc|Les Mêmes}}, DON AMBROISE, un Procureur.</div>
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Où va don Fernand ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
À Mantoue.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Sans votre épouse ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à Don Ambroise''.)</div>
 
Et vous approuveriez qu’il se mariât ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Oui certes, et c’est lui que vous devez épouser,
pour votre bien.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}}.</div>
 
Madame me refuse.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Elle vous refuse ? Ma fille vous ne connaissez pas
ce jeune homme. Il a un mérite que n’ont point ces
deux Messieurs. Laissons à part la noblesse et la fortune ;
je ne veux piquer personne. Mais il vous aime
sincèrement ; et une preuve sans réplique que son
amour est bien différent de celui des autres, c’est
qu’il vous demande, et n’a point encore parlé de
dot.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}</div>
 
J’ouvre les yeux, et je reconnais l’espèce de mérite
qui vous paraît transcendant chez lui. Je suis maîtresse
de mon bien ; et le respect que j’ai conservé jusqu’ici
au père de mon époux, votre injustice cesse de le
mériter ; que votre avarice ne s’en flatte plus.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Fernand}} (''au Procureur''.)</div>
 
Monsieur, il n’est plus question de l’écrit que nous
devions passer. Mais faites, je vous prie, tout ce qu’il
faut pour défendre ma pauvre existence. Ma belle-fille,
après avoir dissipé sa dot en colifichets de
toilette, veut me dépouiller encore du peu qui me
reste.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}} (''à Don Ambroise''.)</div>
 
En vérité, Monsieur, vos procédés m’étonnent.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Et les vôtres m’indignent.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Un moment, Messieurs ; laissez-moi dire deux mots,
et voyons si je ne pourrai pas arranger tout cela à la
satisfaction générale.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Il en résultera un procès, et je m’engage à le
soutenir pour donna Eugénie.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Non, point de procès. Écoutez : Il n’est pas juste
que le pauvre don Ambroise qui a tant dépensé déjà,
se ruine totatement par la restitution d’une dot. Madame
ne peut rester veuve ni se marier sans dot ; elle doit
bien moins encore s’engager dans un procès long,
ennuyeux, et dont les suites peuvent être funestes.
Prenons un autre parti. Qu’elle épouse un galant
homme qui puisse, pour le moment, se passer de
sa dot ; que cette dot reste entre les mains de don
Ambroise, sa vie durant, et que l’intérêt en courre
à raison de quatre pour cent. Mais que cet intérêt
encore demeure entre ses mains, tant qu’il vivra.
À sa mort, la dot et tous les intérêts reviendront
à Madame ou à ses héritiers ; et pour ne pas
embarrasser la succession de don Ambroise dans des
comptes difficiles à débrouiller, qu’il jouisse de tout
pendant sa vie, et, puisqu’il n’a ni enfans ni neveux,
qu’il institue donna Eugénie sa légataire universelle
après sa mort. (''À don Ambroise''.) Cela vous arrange-t-il ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Vous ne me prenez rien, je suis content.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Et vous, Madame, qu’en pensez-vous ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}</div>
 
Je m’en rapporte aveuglément à la sagesse de vos
décisions.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Puisque vpus trouvez mes propositions honnêtes,
daignez voir en moi le galant homme prêt à vous
épouser, sans avoir, pour le moment, besoin de
votre dot.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Je puis faire cette offre comme vous. L’assurance
d’avoir un jour cette dot, accrue au bénéfice des
enfans, vaut bien l’avantage de la toucher pour le
présent ; et la découverte du Chevalier n’a rien de
si merveilleux, que je n’aie pu imaginer comme lui.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}<ref>Des envieux soutenaient devant Colomb que rien n’était
plus facile que ses découvertes. Sa réponse est célèbre. Il leur
proposa de faire tenir un œuf debout ; et aucun n’ayant pu le
faire, il cassa le bout de l’œuf et le fit tenir. Cela est bien
aisé, dirent les assistans. Que ne vous en avisiez-vous donc !
répondit Colomb.</ref> (''au Comte''.).</div>
 
Le fameux Colomb découvrit l’Amérique. On ne
manqua pas de dire ensuite que c’était la chose du
monde la plus aisée. Le parallèle d’un œuf à faire
tenir debout, suffit à ce grand homme pour couvrir
de honte les ennemis de sa gloire ; et je vous dis,
à vous, que l’honneur de la découverte m’appartient
dans cette circonstance.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Entre vous le débat, Messieurs. J’ai, ma vie durant,
la jouissance assurée de mon bien.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Madame est libre de prononcer.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Donna Eugénie}}</div>
 
Comte, j’ai été jusqu’ici dans l’indifférence. Mais
il y aurait de l’ingratitude de ma part envers le Chevalier,
à profiter de ses conseils pour faire le bonheur
d’un autre. C’est lui qui a trouvé le fil qui me tire du
labyrinthe ; c’est à lui que la conquête appartient.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Ô la plus sage, la plus accomplie des femmes !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Comte}}.</div>
 
Que ce prétexte soit vrai ou faux, je dois respecter
votre décision, et comme, en vous épousant, je n’eusse
point souffert l’amitié du Chevalier pour vous, vous
êtes bien sure, quand il devient votre époux, de ne
me plus revoir.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Le Chevalier}}.</div>
 
Je suis d’une humeur un peu moins triste que la
vôtre. Tous les Cavaliers honnêtes pourront se présenter
dans la société de mon épouse ; je vous proteste que
ma confiance est entière en elle, et que votre mérite
même ne me cause point de frayeur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|Don Ambroise}}.</div>
 
Allons, seigneur Docteur, allons dresser un autre
écrit, mais clair, expressif, de manière que je n’aie
rien à craindre tant que je vivrai. Et vous, seigneur
don Fernand, allez poursuivre à Mantoue le cours
de vos études. Monsieur le Chevalier, le contrat une
fois dressé, vous épouserez ma belle-fille ; et vous,
monsieur le Comte, si tant de bonheur vous échappe,
vous n’avez que ce que mérite un avare.
 
 
 
 
<div style="text-align:center">''Fin de la Comédie''.</div>
 
{{ThéâtreFin}}
224 650

modifications