« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Décoration » : différence entre les versions

m
Bot: Fixing redirects
m (Bot : Remplacement de texte automatisé (-(class=prose|class="prose"|class=text) +class="text"))
m (Bot: Fixing redirects)
{{TextQuality|100%}}<div class="text">
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 5, Dauphin|Dauphin]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index alphabétique - D|Index alphabétique - D]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 5, Dent-de-scie|Dent-de-scie]] ></center>
|-
|
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index Tome 5|Index par tome]]</center>
|
|}
lui consacrer ici un article spécial, et nous renvoyons nos lecteurs à tous
les mots qui traitent des parties des édifices susceptibles d'être ornées, et
notamment à l'article [[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 8, Sculpture |Sculpture ]]. Quant à la décoration
temporaire, elle fut appliquée de tout temps. Les anciens décoraient leurs
temples de fleurs, de feuillages et de tentures à certaines occasions, et les
313 808

modifications