« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Redent » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
mAucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
sont terminés par un ornement feuillu, comme aux fenêtres de la sainte
Chapelle du palais à Paris.
</div>
 
[[Image:Redent.simple.png|center]]
[Illustration: Fig. 1.]
<div class=prose>
 
Les redents sont simples ou redentés. La figure 1 présente un redent
simple; la figure 2, des redents redentés de deux sortes. Le premier, A,
pour résultat de donner de la solidité et du nerf aux branches d'arcs <i>e</i>
(voy. MENEAU).
</div>
 
[[Image:Redents.redentes.png|center]]
[Illustration: Fig. 2.]
<div class=prose>
 
Des redents sont posés aussi comme simple décoration, à dater du
commencement du XIII<sup>e</sup> siècle, soit à l'intrados d'arcs de porches ou de
style et bien composés, dont nous donnons (fig. 3) un échantillon. En A,
est tracé l'ensemble de cette découpure de pierre, maintenue à l'intrados
 
*[Illustration: Fig. 3.]
 
*[Illustration: Fig. 4.]
 
de l'archivolte, d'abord par les coupes <i>f</i> et par des T de cuivre
coulés en plomb. En B, est donnée la section des redents sur les
branches courbes en <i>ab</i> et sur les intervalles en <i>ac</i>. Ces redents datent de
1240 environ.
</div>
 
[[Image:Redent.cathedrale.Amiens.png|center]]
<div class=prose>
Au lieu d'être fermée par des linteaux, la porte centrale du portail de
la cathédrale de Bourges est terminée par deux arcs plein cintre ornés
le renforçant. Cette décoration appartient aux constructions de la cathédrale
de Bourges élevées entre 1240 et 1250.
</div>
 
[[Image:Redent.cathedrale.Bourges.png|center]]
<div class=prose>
Les articles GÂBLE, PIGNON, montrent l'application des redents aux
rampants qui se détachent, soit sur des nus, soit sur le ciel. Il est utile
5 406

modifications