Ouvrir le menu principal

Modifications

m
Correction des redirects après renommage
{{TextQuality|75%}}<div class="text">
{{Navigateur|[[Aurore - Livre troisième - §177200]]|[[Aurore/Livre troisième]]|[[Aurore - Livre troisième - §179202]]}}
 
Avenir de la noblesse. - L'attitude du monde aristocratique exprime que dans tous ses membres le sentiment de la puissance joue sans cesse son jeu charmant. C'est ainsi que l'individu de mceurs nobles, qu'il soit homme ou femme, ne se laisse pas aller à des gestes d'abandon, il évite de se mettre à son aise devant tout le monde, par exemple de s'adosser en chemin de fer aux coussins du wagon, il ne semble pas se fatiguer de rester sur pied pendant des heures à la cour, il installe sa maison, non selon son agrément, mais pour qu'elle produise l'impression de quelque chose de vaste et d'imposant, comme si elle devait servir de séjour à des êtres plus grands (qui vivent plus longtemps), il répond à un discours provocant par de la retenue, avec un esprit clair, non comme s'il était scandalisé, anéanti, honteux, hors d'haleine, à la façon des plébéiens. Tout comme il sait garder l'apparence d'une force physique supérieure, toujours présente, il désire aussi maintenir, par une sécurité continuelle et beaucoup d'aménité, même dans les situations les plus pénibles, l'impression que son âme et son esprit sont à la hauteur des dangers et des surprises. Une culture noble peut ressembler, quant aux passions, soit à un cavalier qui éprouve du plaisir à faire marcher une bête ardente et fière au pas espagnol - que l'on se représente l'époque de Louis XIV - soit encore à un cavalier qui sent que sa monture s'élance sous lui comme une force de la nature, et qu'ils ne sont pas loin, tous deux, de perdre la tête, mais qu'ils se redressent avec fierté, jouissant de leur allure : dans les deux cas la culture noble respire la puissance et si très souvent, dans ses mœurs, elle n'exige que l'apparence du sentiment de puissance, le véritable sentiment de la supériorité grandit pourtant sans cesse par l'impression que ce jeu fait sur ceux qui ne sont point nobles et par le spectacle de cette impression. - Cet incontestable bonheur de la culture noble, qui s'édifie sur le sentiment de la supériorité, commence maintenant à monter à un degré supérieur encore, parce que, grâce à tous les esprits libres, il est dès lors permis à ceux qui sont nés et ont été élevés dans la noblesse, de pénétrer sans déchoir dans l'ordre de la connaissance pour y chercher des consécrations plus intellectuelles, y apprendre une courtoisie supérieure; permis de regarder vers cet-idéal de la sagesse victorieuse que nulle époque ne put encore dresser devant elle, avec une si bonne conscience que l'époque qui veut s'ouvrir. Et, en fin de compte, de quoi s'occuperait dès lors la noblesse, s'il apparaît de jour en jour plus clairement qu'il est indécent de s'occuper de politique?
''Ceux qui s'usent quotidiennement''. – Ces jeunes gens ne manquent ni de caractère, ni de dispositions, ni de zèle : mais on ne leur a jamais laissé le temps de se donner une direction à eux-mêmes, les habituant, au contraire, dès leur plus jeune âge, à en recevoir une. Lorsqu'ils étaient mûrs pour être « envoyés dans le désert », on agissait autrement, – on les utilisa, on les déroba à eux-mêmes, on les éleva à être usés quotidiennement, on leur fit de cela un devoir et un principe – et maintenant ils ne peuvent plus s'en passer, ils ne veulent pas qu'il en soit autrement. Mais, à ces pauvres bêtes de trait, il ne faut pas refuser leurs « vacances » – ainsi nomme-t-on cet idéal forcé d'un siècle surmené : des vacances où l'on peut une fois paresser à cœur joie, être stupide et enfantin.
</div>
{{A3}}
313 808

modifications