« Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/191 » : différence entre les versions

mAucun résumé des modifications
Balise : Validée
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 15 : Ligne 15 :


— Hélas ! elle a écouté mes paroles avec douceur,
— Hélas ! elle a écouté mes paroles avec douceur,
et quand la confidence a été faite : — Mon enfant, m’a-t-elle dit, c’était un mal et une grande imprudence de donner des espérances à ce jeune homme avant d’avoir pris conseil de ton oncle et de ta tante ; mais puisqu’il n’y a plus à y revenir, tâchons de tirer le meilleur parti possible d’une mauvaise position. Tu connais les projets de M. de Vaudreuil et tu sais qu’il revient rarement sur une décision prise. Cependant je te promets mon concours ; prie le ciel qu’il me donne l’éloquence nécessaire pour le convaincre. Ne te fais pas illusion pourtant, il y a de grandes difficultés à vaincre. {{corr|| » }}
et quand la confidence a été faite : — « Mon enfant, m’a-t-elle dit, c’était un mal et une grande imprudence de donner des espérances à ce jeune homme avant d’avoir pris conseil de ton oncle et de ta tante ; mais puisqu’il n’y a plus à y revenir, tâchons de tirer le meilleur parti possible d’une mauvaise position. Tu connais les projets de {{M.|de Vaudreuil}} et tu sais qu’il revient rarement sur une décision prise. Cependant je te promets mon concours ; prie le ciel qu’il me donne l’éloquence nécessaire pour le convaincre. Ne te fais pas illusion pourtant, il y a de grandes difficultés à vaincre.{{corr|| » }}


— Voyons, reprit Nicolas, si je ne suis pas un
— Voyons, reprit Nicolas, si je ne suis pas un
73 120

modifications