« Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/399 » : différence entre les versions

Balises : Problématique Modification par mobile Modification par le web mobile
Balises : Non corrigée Modification par mobile Modification par le web mobile
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page à problème
+
Page non corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
362 ESP
{{nr|362|ESP|}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{AN|
{{AN|
{{sc|Espinay (d’)}}, marquis dudit lieu en 1575 et s{{e|r}} de la Rivière, par. de Champeaux, — s{{e|r}} des Loges, par. de Chantepie, — de la Marche, par. du Pertre, — de Broons, par. de ce nom, marquis de Vaucouleurs, par. de Trélivan, — s{{e|r}} du Bois-du-Liers, par. de Chelun, — de Griflet, par. de Pleugriflet, — de Beauchesne, par. d’Elven, — de GrandBois, — de Maumusson, par. de ce nom, — vicomte de Blaison, s{{e|r}} de Durtal et baron de Mathefelon en Anjou, — s{{e|r}} de Sérigné, par. de la Bouèxière, — d’Yvignac, par. de ce nom.}}
{{sc|Espinay (d’)}}, marquis dudit lieu en 1575 et s{{e|r}} de la Rivière, par. de Champeaux, — s{{e|r}} des Loges, par. de Chantepie, — de la Marche, par. du Pertre, — de Broons, par. de ce nom, marquis de Vaucouleurs, par. de Trélivan, — s{{e|r}} du Bois-du-Liers, par. de Chelun, — de Griflet, par. de Pleugriflet, — de Beauchesne, par. d’Elven, — de GrandBois, — de Maumusson, par. de ce nom, — vicomte de Blaison, s{{e|r}} de Durtal et baron de Mathefelon en Anjou, — s{{e|r}} de Sérigné, par. de la Bouèxière, — d’Yvignac, par. de ce nom.}}
{{A|

Anc. ext. chev., réf. 1069, vingt gén., réf. de 1448 à 1513, par. de Champeaux, le Pertre et Chelun, év. de Rennes, et Pleugriflet év. de Vannes.
Anc. ext. chev., réf. 1069, vingt gén., réf. de 1448 à 1513, par. de Champeaux, le Pertre et Chelun, év. de Rennes, et Pleugriflet év. de Vannes.


Ligne 9 : Ligne 9 :


La branche aînée s’est fondue en 1598 dans Schomberg, d’où le marquisat d’Espinay a passé par alliance aux la Rochefoucauld et par acquêt en 1633 aux la Trémoille qui le revendirent en 1719 aux le Prestre de Châteaugiron ; la branche de Broons s’est fondue en 1689 dans Lorraine-Brionne et la seigneurie de Broons était possédée en 1775 par les de Bruc ; la branche du Bois-du-Liers s’est fondue en 1579 dans Téhillac, puis Coëtlogon, Bois-Adam et par acquêt Gardin ; la branche de Vaucouleurs s’est éteinte en 1764.}}
La branche aînée s’est fondue en 1598 dans Schomberg, d’où le marquisat d’Espinay a passé par alliance aux la Rochefoucauld et par acquêt en 1633 aux la Trémoille qui le revendirent en 1719 aux le Prestre de Châteaugiron ; la branche de Broons s’est fondue en 1689 dans Lorraine-Brionne et la seigneurie de Broons était possédée en 1775 par les de Bruc ; la branche du Bois-du-Liers s’est fondue en 1579 dans Téhillac, puis Coëtlogon, Bois-Adam et par acquêt Gardin ; la branche de Vaucouleurs s’est éteinte en 1764.}}
|1|2}}
{{AN|
{{AN|
{{sc|Espinay (de l’)}}, s{{e|r}} dudit lieu, de la Hauteville, de Trémar, de Buhel, de Lalier et de Malarit, par. de Plessé, — du Chaffault et de la Roche-Ballue, par. de Bouguenais, — de Monceaux, des Brétaudières et du Pesle, par. de Saint-Philbert, — de Briort et de Prénouveau, par. de Port-Saint-Père, — de Vilaire, — de la Pommeraye, — des Clouzeaux, — de Bedouan, par. de Donges, — du Housseau, par. de Carquefou.}}
{{sc|Espinay (de l’)}}, s{{e|r}} dudit lieu, de la Hauteville, de Trémar, de Buhel, de Lalier et de Malarit, par. de Plessé, — du Chaffault et de la Roche-Ballue, par. de Bouguenais, — de Monceaux, des Brétaudières et du Pesle, par. de Saint-Philbert, — de Briort et de Prénouveau, par. de Port-Saint-Père, — de Vilaire, — de la Pommeraye, — des Clouzeaux, — de Bedouan, par. de Donges, — du Housseau, par. de Carquefou.}}
Ext. réf. 1668, cinq gén., montre de 1544, par. de Bouguenais, év. de Nantes.
{{A|Ext. réf. 1668, cinq gén., montre de 1544, par. de Bouguenais, év. de Nantes.
D’argent à trois buissons d’épines de sinople ; aliàs : de sinople à trois buissons d’argent. Devise : ''Sequamus quô fata vocant''.
D’argent à trois buissons d’épines de sinople ; aliàs : de sinople à trois buissons d’argent. Devise : ''Sequamus quô fata vocant''.
{{bloc smaller|
{{bloc smaller|
Ligne 17 : Ligne 18 :


Une branche transplantée en Poitou au {{sc|xvii}}{{e|e}} siècle y existe encore aujourd’hui.}}
Une branche transplantée en Poitou au {{sc|xvii}}{{e|e}} siècle y existe encore aujourd’hui.}}
|1|2}}

{{AN|
{{AN|
{{sc|Espinay (de l’)}}, s{{e|r}} dudit lieu, par. de Saint-Malon, — de la Ville-Gélouard, par. de Saint-Pern, — de la Ville-Martin, — de la Motte, — de Launay, par. de Longaulnay.}}
{{sc|Espinay (de l’)}}, s{{e|r}} dudit lieu, par. de Saint-Malon, — de la Ville-Gélouard, par. de Saint-Pern, — de la Ville-Martin, — de la Motte, — de Launay, par. de Longaulnay.}}
{{A|

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1445 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.
Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1445 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.
|1|2}}
1 074

modifications