Différences entre les versions de « Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 10.djvu/245 »

 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{Manchette|D}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
<section begin="1404"/>{{nld|1695|border-top:1px solid black;}}
en assez bonne santé. L`on ne se souvient plus ici
 
  +
en assez bonne santé. L’on ne se souvient plus ici de {{Mme}} de Meckelbourg, si ce n’est pour parler de son avarice. On dit que M.{{lié}}de Montmorency va épouser {{Mme}} de Seignelai<ref>2. Charles-François-Frédéric de Montmorency, qui prit un peu plus tard le nom de son père, était fils aîné du maréchal de Luxembourg, et devint gouverneur de Normandie. Né le 22 février 1661, il avait épousé le 18 août 1686 Marie-Anne d’Albert, fille aînée de Charles-Honoré duc de Chevreuse Luynes. Resté veuf le 17 septembre 1691, il se remaria le 15 février 1696 avec Marie—Gillonne de Gillier, fille unique de René marquis de Clérambault, morte le 15 septembre 1709 (voyez tome {{rom-maj|III|}}, {{pg}}182, note 14. Il mourut le 4 août 1726. — Voyez sur la rupture du mariage de Montmorency et de {{Mme}} de Seignelai et sur leurs secondes noces, les détails piquants donnés par Saint-Simon (tome {{rom-maj|I|}}, {{pg}}302 ; tome {{rom-maj|II|}}, {{pg}}380 et suivantes ; et tome {{rom-maj|II|}}, {{pg}}409 et 410).</ref> ; j’ai peine à croire ce mariage-là. M.{{lié}}de Coulanges arriva hier de Saint-Martin et de Versailles ; mais c’est chez {{Mme}} de Louvois qu’ il est descendu : ''à tout seigneur, tout honneur''. Je comprends fort bien que l’on s’accommode d’un mari qui a plusieurs femmes<ref>3. Coulanges appelait {{Mme}} de Louvois ''sa seconde femme,'' Voyez ci·dessus, {{pg}}232.</ref> ; j’en souhaiterois encore une ou deux comme {{Mme}} de Louvois à M.{{lié}}de Coulanges. Le maréchal de Villeroi préta hier le serment, et prit le bâton ensuite<ref>4. Le duc de Villeroi avait été fait maréchal de France en 1693 ; après la mort du maréchal de Luxembourg, le Roi lui donna la charge de capitaine de ses gardes ; il prêta serment le 3 février 1695. « M.{{lié}}de Noailles, qui est en quartier, dit Dangeau, l’alla recevoir dans la salle des gardes, et lui céda pour toute la journée l’honneur de faire sa charge, honnêteté que les capitaines des gardes du corps ont toujours pour celui qui est reçu. »</ref> ; il fit attendre beaucoup le Roi, parce qu’il s’ajustoit ; il avoit un habit de velours bleu d’une magnificence extraordinaire, et sa bonne mine le paroit plus que son habit. {{Mme}} la duchesse du Lude m’a fait promettre que je vous ferois mille compliments et mille amitiés bien {{tiret|ten|dres}}<section end="1404"/>
Mme de Meckelbourg, si ce n`est pour parler de son
 
avarice. On dit que M. de Montmorency va épouser
 
Mme de Seignelai<ref>2. Charles-François-Frédéric de Montmorency, qui prit un peu
 
plus tard le nom de son père, était fils aîné du maréchal de Luxembourg, et devint gouverneur de Normandie. Né le 22 février 1661,
 
il avait épousé le 18 août 1686 Marie-.~
 
ne d’Albert, fîlle aînée de Charles—honoré duc de Chevreuse Luynes. Resté veuf le I7 septembre
 
1691, il se remaria le 15 2evrier 1696 avec Marie—Gillonne de Gillier, fille unique de René marquis de Clérambault, morte le
 
15 septemhre I709 (voyez tome lll, p. 182, note 14. Il mourut le 4 août 1726. Voyez sur la rupture du mariage de Montmorency et de Mme de Seignelai et sur leurs secondes noces, les détails piquants donnés par Saint-Simon (tome I, p. 302 ; tome II, p. 380 et suivantes ; et tome II, p. 409 et 410).</ref> ; j`ai peine à croire ce mariage-là. M. de Coulanges arriva hier de Saint-Martin et de Versailles ;
 
mais c'est chez Mme de Louvois qu`il est descendu :
 
''a tout seigneur, tout honneur''. Je comprends fort
 
bien que l'on s'accommode d`un mari qui a plusieurs
 
Femmes <ref>3. Coulanges appelait Mme de Louvois ''sa seconde femme,'' Voyez
 
ci·dessus, p. 232.</ref>; j`en souhaiterois encore une ou deux comme
 
Mme de Louvois à M. de Coulanges. Le maréchal de
 
Villeroi préta hier le serment, et prit le bâton ensuite<ref>4. Le duc de Yilleroi avait été fait maréchal de France en 1693 ;
 
après la mort du maréchal de Luxembourg, le Roi lui donna la
 
charge de capitaine de ses gardes ; il prèta serment le 3 février 1695.
 
« M. de Noailles, qui est en quartier, dit Dangeau, l’alla recevoir
 
dans la salle des gardes, et lui cèda pour toute la journée l’honneur
 
de faire sa charge, honnêteté que les capitaines des gardes du corps
 
ont toujours pour celui qui est reçu. »</ref> ; il
 
fit attendre beaucoup le Roi, parce qu`il s`ajustoit ; il avoit
 
un habit de velours bleu d`une magnificence extraordinaire,
 
et sa bonne mine le paroit plus que son habit.
 
Mme la duchesse du Lude m`a fait promettre que je
 
vous ferois mille compliments et mille amitiés bien ten-