Différences entre les versions de « Page:Larousse - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle - Tome 10, part. 3, Lu-Marc.djvu/176 »

aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « MAGO J’aîme à oaiser sa bouche et toucher son tetîn ; Et, sans faire autre effet, faire un petit festin, Non de chair, mois de fruit, do fraises et de cresme. Quand l’automne s’approche et le froid vient vers nous, J’aime, avec la châtaigne, avoir de bon vin doux, Et, assis près du feu, faire une chère lie. En hiver, je ne puis sortir de la maison, Si n’est au soir masqué ; mais, en toute saison, J’aime fort à coucher dans les bras de ma mie. M... »)
 
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 111 : Ligne 111 :
 
la république, étendit son commerce, etc. Il
 
la république, étendit son commerce, etc. Il
 
mourut l’an 498 avant J.-C. Ses fils Amilcar
 
mourut l’an 498 avant J.-C. Ses fils Amilcar
  +
et Asdrubal lui succédèrent. — {{sc|Magon}}, dit ''Barcée'', amiral, mort en 384 avant J.-C. Envoyé en Sicile avec une flotte (396 av. J.-C.), il battit Leptine, frère de Denys le Tyran. Quatre ans après, il fut battu lui-même par Denys et fit la paix. Nommé suffète, il retourna en Sicile, et périt les armes à la main à Cabala. — {{sc|Magon-Barcée}}, fils du précédent, lui succéda dans le commandement, vainquit Denys à Cronium (382 av. J.-C.), et conquit une partie de la Sicile. Mais plus tard il se laissa battre honteusement par Timoléon et prit la fuite. Condamné à mort dans sa patrie, il se tua pour échapper au supplice (343 av. J.-C). — {{sc|Magon}}, amiral, aïeul du
et Asdrubal lui succédèrent. — {{sc|Magon}}, dit
 
''Darcée'', amiral, mort en 384 avant J.-C. Envoyé
 
en Sicile avec une flotte (396 av. J.-C.),
 
il battit Leptine, frère de Denys le Tyran.
 
Quatre ans après, il fut battu lui-même par
 
Denys et fit la paix. Nommé suti’ète, il retourna
 
en Sicile, et périt les armes à la main
 
a Cabala. — {{sc|Magon-BarcÉe}}, fil3 du précédent,
 
lui succéda dans le commandement,
 
vainquit Denys à Cronium (382 av. J.-C.), et
 
conquit une partie de la Sicile. Mais plus tard
 
il se laissa battre honteusement par Timoléon
 
et prit la fuite. Condamné à mort dans sa
 
patrie, il se tua pour échapper au supplice
 
(343 av. J.-C). — {{sc|Magon}}, amiral, aïeul du
 
   
 
X.
 
X.
23 342

modifications