« Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/127 » : différence entre les versions

m
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
remarque dans cette foule dont les ancêtres viennent de la Catalogne ou de l’Andalousie. Ce n’est que ceintures aux mille couleurs, corsages brodés, vestes de velours, bas à coins élégants, guêtres bariolées, souliers à boucles d’argent, légères mantilles jetées sur la tête au travers desquelles brillent les yeux noirs. <ref>Voir Ferland, ''Cours d’Histoire du Canada'', {{2e}} partie, p. 407.</ref>
remarque dans cette foule dont les ancêtres viennent de la Catalogne ou de l’Andalousie. Ce n’est que ceintures aux mille couleurs, corsages brodés, vestes de velours, bas à coins élégants, guêtres bariolées, souliers à boucles d’argent, légères mantilles jetées sur la tête au travers desquelles brillent les yeux noirs.<ref>Voir Ferland, ''Cours d’Histoire du Canada'', {{2e}} partie, p. 407.</ref>


Dans une loge spécialement réservée à cet effet, Don Pedro de Vilescas, le commandant du fort, vient
Dans une loge spécialement réservée à cet effet, Don Pedro de Vilescas, le commandant du fort, vient
118 771

modifications