Différences entre les versions de « Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1805, tome 12.djvu/60 »

m
→‎top : Corrections diverses, remplacement: eu dessus → en dessus
m (→‎top : clean up, remplacement: tètes. → têtes.)
m (→‎top : Corrections diverses, remplacement: eu dessus → en dessus)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 6 : Ligne 6 :
 
La grandeur du piège est indéterminée. Celui dont on donne ici les proportions est garni de filets à ressort de quinze ponces sur douze : les autres grandeurs que je vais indiquer seront en rapport avec celles-ci.
 
La grandeur du piège est indéterminée. Celui dont on donne ici les proportions est garni de filets à ressort de quinze ponces sur douze : les autres grandeurs que je vais indiquer seront en rapport avec celles-ci.
   
D’abord la base E F est une petite pièce de bois, communément de hêtre, dont la longueur totale, de E en F, est de dix-neuf à vingt pouces. Sa largeur primitive est de vingt-huit a vingt-sept lignes à sa tête, à la prendre entre tes lettres D ''d''. Cette largeur va en diminuant jusqu’à l’autre extrémité comprise entre A ''a'', où elle n’est plus que de vingt-deux à vingt-une lignes. La poignée F D ''d'', est d’environ trois pouces, pris sur la longueur totale : on la voit ici découpée en espèce de pique. On sent que cette ''façon'' est indifférente, et que cette partie, uniquement destinée à servir de prise, pourroit tout aussi bien être ''tout d’une venue''. L’épaisseur de cette base est par-tout de huit lignes. J’ai dit que sa largeur primitive étoit de vingt-huit à vingt-sept lignes d’un bout, et de l’autre de vingt-deux à vingt-une, En, effet, ces largeurs n’existent plus qu’aux deux points indiqués entre D ''d'' et A ''a'' : ce qui forme deux espèces de têtes d’environ six lignes chaque d’épaisseur, et entre lesquelles le bois est entaillé et évidé de A en D, sur une longueur d’environs quinze pouces, et à huit lignes de profondeur. Cette entaille est pratiquée de l’autre côté, c’est-à-dire de ''a'' en ''d'' : ce qui ne laisse à la base, entre ses deux têtes, qu’environ douze lignes de large. On peut voir cette disposition d’une manière sensible à la figure 6, représentant la base E F vue par-derrière, et où l’espace ''e f'' indique la partie rétrécie entre les deux têtes, sur une longueur d’environ quinze pouces. La destination de cette entaille est de recevoir et loger les deux cylindres G H et ''g h'', ''mêmes figures'', sur lesquels est monté le châssis de fil de fer qui soutient le filet. Ces cylindres ont environ sept lignes de diamètre ; à chaque bout et au centre du diamètre sont plantées quatre petites broches de fer ''iiii'', ''fig''. 6, lesquelles sont reçues à ces mêmes points ''i'' par quatre tourillons, ou petits pitons percés, dont on voit les têtes. C’est dans ces tourillons que tournent les broches ou axes des cylindres : leur ressort est de fil de fer tourné en spirale, dit aussi ''ressort à boudin''. Ce sont deux branches de fil de fer implantées dans chaque cylindre par une de leurs extrémités aux points L ''l'', ''fig''. 6, et qui, après avoir embrassé ces cylindres dix ou douze fois, s’enfoncent, par leur autre extrémité dans la face supérieure de la base. À chacun de ces points G et ''g'' ''fig.'' 6, on distingue dans, les cylindres deux points noirs : ces points désignent l’extrémité de deux autres broches de fer, qui traversent diamétralement le cylindre et le débordent d’environ deux lignes en dessous seulement ; eu dessus elles doivent être rivées à fleur du bois : elles sont implantées, d’ailleurs, dans la même direction que le châssis, et elles servent, comme on va le voir tout à l’heure, à retenir les ailes déployées.
+
D’abord la base E F est une petite pièce de bois, communément de hêtre, dont la longueur totale, de E en F, est de dix-neuf à vingt pouces. Sa largeur primitive est de vingt-huit a vingt-sept lignes à sa tête, à la prendre entre tes lettres D ''d''. Cette largeur va en diminuant jusqu’à l’autre extrémité comprise entre A ''a'', où elle n’est plus que de vingt-deux à vingt-une lignes. La poignée F D ''d'', est d’environ trois pouces, pris sur la longueur totale : on la voit ici découpée en espèce de pique. On sent que cette ''façon'' est indifférente, et que cette partie, uniquement destinée à servir de prise, pourroit tout aussi bien être ''tout d’une venue''. L’épaisseur de cette base est par-tout de huit lignes. J’ai dit que sa largeur primitive étoit de vingt-huit à vingt-sept lignes d’un bout, et de l’autre de vingt-deux à vingt-une, En, effet, ces largeurs n’existent plus qu’aux deux points indiqués entre D ''d'' et A ''a'' : ce qui forme deux espèces de têtes d’environ six lignes chaque d’épaisseur, et entre lesquelles le bois est entaillé et évidé de A en D, sur une longueur d’environs quinze pouces, et à huit lignes de profondeur. Cette entaille est pratiquée de l’autre côté, c’est-à-dire de ''a'' en ''d'' : ce qui ne laisse à la base, entre ses deux têtes, qu’environ douze lignes de large. On peut voir cette disposition d’une manière sensible à la figure 6, représentant la base E F vue par-derrière, et où l’espace ''e f'' indique la partie rétrécie entre les deux têtes, sur une longueur d’environ quinze pouces. La destination de cette entaille est de recevoir et loger les deux cylindres G H et ''g h'', ''mêmes figures'', sur lesquels est monté le châssis de fil de fer qui soutient le filet. Ces cylindres ont environ sept lignes de diamètre ; à chaque bout et au centre du diamètre sont plantées quatre petites broches de fer ''iiii'', ''fig''. 6, lesquelles sont reçues à ces mêmes points ''i'' par quatre tourillons, ou petits pitons percés, dont on voit les têtes. C’est dans ces tourillons que tournent les broches ou axes des cylindres : leur ressort est de fil de fer tourné en spirale, dit aussi ''ressort à boudin''. Ce sont deux branches de fil de fer implantées dans chaque cylindre par une de leurs extrémités aux points L ''l'', ''fig''. 6, et qui, après avoir embrassé ces cylindres dix ou douze fois, s’enfoncent, par leur autre extrémité dans la face supérieure de la base. À chacun de ces points G et ''g'' ''fig.'' 6, on distingue dans, les cylindres deux points noirs : ces points désignent l’extrémité de deux autres broches de fer, qui traversent diamétralement le cylindre et le débordent d’environ deux lignes en dessous seulement ; en dessus elles doivent être rivées à fleur du bois : elles sont implantées, d’ailleurs, dans la même direction que le châssis, et elles servent, comme on va le voir tout à l’heure, à retenir les ailes déployées.
 
[[File:Rozier - Cours d’agriculture, tome 12, pl. 1, fig. 6.png|400px|center]]
 
[[File:Rozier - Cours d’agriculture, tome 12, pl. 1, fig. 6.png|400px|center]]
 
Pour faire les châssis ABCD et ''a b c d'', ''fig''. i, on se sert de fil de fer normand non recuit, désigné dans le commerce par le n°. 18. On en a deux bouts de longueur suffisante, qu’on implante fortement dans chaque cylindre, de manière à former un carré long, comme on le voit ''figure'' 1. On les enfonce dans une position telle, que, dans l’état naturel du<section end="FILETS À RESSORT"/>
 
Pour faire les châssis ABCD et ''a b c d'', ''fig''. i, on se sert de fil de fer normand non recuit, désigné dans le commerce par le n°. 18. On en a deux bouts de longueur suffisante, qu’on implante fortement dans chaque cylindre, de manière à former un carré long, comme on le voit ''figure'' 1. On les enfonce dans une position telle, que, dans l’état naturel du<section end="FILETS À RESSORT"/>
19 725

modifications