Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 2.djvu/549 »

(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr||VOYAGE DANS LES RÉGIONS ARCTIQUES.|543}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
qui pouvaient nous tirer d’embarras, et nous mettre à même de continuer notre route.
+
{{tiret2|géogra|phiques}} qui pouvaient nous tirer d’embarras, et nous mettre à même de continuer notre route.
   
« 10 janvier. — Après le service divin qui eut lieu beaucoup plus tôt que de coutume, nous nous mîmes en mesure de remplir notre promesse de la veille, quoique le thermomètre fût tombé à 37° au-dessous de zéro. Nous trouvâmes les naturels au lieu indiqué, et à notre approche, l’un d’eux, qui paraissait être un guide ou un chef, fit une centaine de pas à notre rencontre en ouvrant les bras pour montrer qu’il était désarmé. Nous jetâmes alors nos fusils, sur quoi tout le reste de la troupe lança ses armes en l’air, comme la première fois, et attendit notre arrivée en poussant les cris accoutumés. Leur nombre s’était accru d’environ vingt enfans, et nous les abordâmes avec les formalités d’usage.
+
« ''10 janvier''. — Après le service divin qui eut lieu beaucoup plus tôt que de coutume, nous nous mîmes en mesure de remplir notre promesse de la veille, quoique le thermomètre fût tombé à 37° au-dessous de zéro. Nous trouvâmes les naturels au lieu indiqué, et à notre approche, l’un d’eux, qui paraissait être un guide ou un chef, fit une centaine de pas à notre rencontre en ouvrant les bras pour montrer qu’il était désarmé. Nous jetâmes alors nos fusils, sur quoi tout le reste de la troupe lança ses armes en l’air, comme la première fois, et attendit notre arrivée en poussant les cris accoutumés. Leur nombre s’était accru d’environ vingt enfans, et nous les abordâmes avec les formalités d’usage.
   
 
« Nous découvrîmes bientôt le village, qui consistait en douze huttes de neige bâties au fond d’une petite crique sur le rivage, à deux milles et demi de distance du navire. Ces huttes avaient la forme de calottes renversées, et étaient disposées sans régularité ; chacune d’elles était munie extérieurement d’un long conduit tortueux servant de passage, à l’entrée duquel se tenaient les femmes avec les jeunes filles et les petits enfans. Nous avions apporté des verroteries et des aiguilles que nous leur distribuâmes, ce qui fit disparaître aussitôt la réserve et la timidité qu’elles avaient montrées en nous voyant.
 
« Nous découvrîmes bientôt le village, qui consistait en douze huttes de neige bâties au fond d’une petite crique sur le rivage, à deux milles et demi de distance du navire. Ces huttes avaient la forme de calottes renversées, et étaient disposées sans régularité ; chacune d’elles était munie extérieurement d’un long conduit tortueux servant de passage, à l’entrée duquel se tenaient les femmes avec les jeunes filles et les petits enfans. Nous avions apporté des verroteries et des aiguilles que nous leur distribuâmes, ce qui fit disparaître aussitôt la réserve et la timidité qu’elles avaient montrées en nous voyant.
51 442

modifications