Différences entre les versions de « Page:Maison rustique du XIXe siècle, éd. Bixio, 1844, I.djvu/373 »

→‎Corrigée : Coquille style
m
(→‎Corrigée : Coquille style)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
Le ''fossé'' est une excavation longitudinale plus ou moins large, plus ou moins profonde, dont on environne un champ pour le défendre contre les hommes et les animaux ; pour protéger les haies et barrières intérieures contre la dent ou les attaques du bétail ; pour dessécher les terres et le sol des chemins en recevant les eaux surabondantes et les tenant à la portée des racines des arbres qui sont dans le voisinage. Il y a plusieurs sortes de fossés : simples, doubles, revêtus en maçonnerie et plantés.
 
Le ''fossé'' est une excavation longitudinale plus ou moins large, plus ou moins profonde, dont on environne un champ pour le défendre contre les hommes et les animaux ; pour protéger les haies et barrières intérieures contre la dent ou les attaques du bétail ; pour dessécher les terres et le sol des chemins en recevant les eaux surabondantes et les tenant à la portée des racines des arbres qui sont dans le voisinage. Il y a plusieurs sortes de fossés : simples, doubles, revêtus en maçonnerie et plantés.
   
On distingue dans le fossé : l’ouverture, les glacis, le fond, la berge et la crête. L’''ouverture'' est la partie de la tranchée qui sépare les deux glacis à l’extrémité supérieure. Les ''glacis'' sont la partie qui commence au niveau du sol et descend de chaque côté jusqu’au fond du fossé. Le ''fond'' est la partie opposée à l’ouverture où viennent aboutir les glacis. La ''berge'' est l’élévation en talus formée le long du fossé avec la terre provenant de l’excavation. La crête est la partie la plus élevée de cette berge. L’''inclinaison des glacis'' doit être plus ou moins considérable, suivant que la terre a plus ou moins de consistance. En effet, si la terre est forte et tenace, l’inclinaison de 64 millim. par 32 centim. (un pouce par pied) sera suffisante ; tandis que si la terre est légère, sablonneuse, on doit donner à cette inclinaison de 46 à 60 degrés.
+
On distingue dans le fossé : l’ouverture, les glacis, le fond, la berge et la crête. L’''ouverture'' est la partie de la tranchée qui sépare les deux glacis à l’extrémité supérieure. Les ''glacis'' sont la partie qui commence au niveau du sol et descend de chaque côté jusqu’au fond du fossé. Le ''fond'' est la partie opposée à l’ouverture où viennent aboutir les glacis. La ''berge'' est l’élévation en talus formée le long du fossé avec la terre provenant de l’excavation. La ''crête'' est la partie la plus élevée de cette berge. L’''inclinaison des glacis'' doit être plus ou moins considérable, suivant que la terre a plus ou moins de consistance. En effet, si la terre est forte et tenace, l’inclinaison de 64 millim. par 32 centim. (un pouce par pied) sera suffisante ; tandis que si la terre est légère, sablonneuse, on doit donner à cette inclinaison de 46 à 60 degrés.
   
 
Le ''fond'' présente ordinairement une surface plane, ou fond de cuve, ou arrondie en manière d’auge ; quelquefois il forme un angle plus ou moins aigu, lorsque le fossé est assez profond pour que les glacis, plus ou moins inclinés, viennent à se rencontrer.
 
Le ''fond'' présente ordinairement une surface plane, ou fond de cuve, ou arrondie en manière d’auge ; quelquefois il forme un angle plus ou moins aigu, lorsque le fossé est assez profond pour que les glacis, plus ou moins inclinés, viennent à se rencontrer.
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
Les ''fossés doubles'' sont deux fossés placés à 1 mèt. 32 centim. (4 pi.) de distance et prolongés ainsi parallèlement. La terre provenant de cette double tranchée forme une double berge sur le terrain qui sépare les 2 fossés, et dont la crête tient le milieu entre l’un et l’autre. Cette sorte de clôture n’est guère pratiquée (excepté quand la berge doit être plantée) que dans les terrains humides, et ceux qui les font construire ont autant pour but de dessécher l’enclos que de le défendre.
 
Les ''fossés doubles'' sont deux fossés placés à 1 mèt. 32 centim. (4 pi.) de distance et prolongés ainsi parallèlement. La terre provenant de cette double tranchée forme une double berge sur le terrain qui sépare les 2 fossés, et dont la crête tient le milieu entre l’un et l’autre. Cette sorte de clôture n’est guère pratiquée (excepté quand la berge doit être plantée) que dans les terrains humides, et ceux qui les font construire ont autant pour but de dessécher l’enclos que de le défendre.
   
Les ''fossés revêtus en maçonnerie'' sont ceux dont les terres sont soutenues des deux côtés par un mur en maçonnerie. Ils ne sont à la portée que des riches propriétaires et pour l’enclos des jardins et des parcs. Ces murs sont ordinairement construits en moellons piqués, liés ensemble par un mortier à chaux et à sable, soutenus, à des distances très-rapprochées, par des chaînes en pierre de taille, et entre ces chaînes par des éperons ou murs de refend, placés du côté des terres, qui ont à leur base de 1 mèt, à 1 mèt. 60 centim. (de 3 à 4 pieds 1/2) de saillie, suivant la hauteur du mur à soutenir, et viennent mourir à rien à quelques centimètres au-dessous du couronnement ; ces éperons ont en outre pour effet, en divisant les terres, d’en affaiblir considérablement la poussée, et d’empêcher ainsi l’influence qu’elle aurait sur la durée du mur. Ces fossés ont ordinairement de 2 à<section end="sections"/>
+
Les ''fossés revêtus en maçonnerie'' sont ceux dont les terres sont soutenues des deux côtés par un mur en maçonnerie. Ils ne sont à la portée que des riches propriétaires et pour l’enclos des jardins et des parcs. Ces murs sont ordinairement construits en moëllons piqués, liés ensemble par un mortier à chaux et à sable, soutenus, à des distances très-rapprochées, par des chaînes en pierre de taille, et entre ces chaînes par des éperons ou murs de refend, placés du côté des terres, qui ont à leur base de 1 mèt, à 1 mèt. 60 centim. (de 3 à 4 pieds 1/2) de saillie, suivant la hauteur du mur à soutenir, et viennent mourir à rien à quelques centimètres au-dessous du couronnement ; ces éperons ont en outre pour effet, en divisant les terres, d’en affaiblir considérablement la poussée, et d’empêcher ainsi l’influence qu’elle aurait sur la durée du mur. Ces fossés ont ordinairement de 2 à<section end="sections"/>
899

modifications