« Page:Lavisse - Une certaine manière d’arranger l’Histoire, paru dans Le Temps, 29 juin 1913.djvu/9 » : différence entre les versions

m
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « <nowiki /> {{taille|« Les grands ministres du dix-septième siècle, les Sully, les Richelieu, les Colbert, les Louvois continuent ''très exactement'', conformément au… »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
{{taille|« Les grands ministres du dix-septième siècle, les Sully, les Richelieu, les Colbert, les Louvois continuent ''très exactement'', conformément au caractère primitif de leurs charges, à s’occuper d’affaires domestiques. Ils continuent d’être des domestiques. »|90}}
{{taille|« Les grands ministres du dix-septième siècle, les Sully, les Richelieu, les Colbert, les Louvois continuent ''très exactement'', conformément au caractère primitif de leurs charges, à s’occuper d’affaires domestiques. Ils continuent d’être des domestiques. »|90}}


La preuve, c’est que Louis XIII entretient Richelieu de l’humeur d’Anne d’Autriche et du plaisir qu’il éprouve à fréquenter Mlle d’Hautefort, et que Colbert va chercher Mlle de La Vallière au couvent de Chaillot « pour lui faire entendre raison, s’il est permis de s’exprimer ainsi », écrit {{M.|Brentano}} spirituellement.
La preuve, c’est que Louis {{rom-maj|XIII|13}} entretient Richelieu de l’humeur d’Anne d’Autriche et du plaisir qu’il éprouve à fréquenter {{Mlle|d’Hautefort}}, et que Colbert va chercher {{Mlle|de La Vallière}} au couvent de Chaillot « pour lui faire entendre raison, s’il est permis de s’exprimer ainsi », écrit {{M.|Brentano}} spirituellement.


Je me suis demandé si {{M.|Brentano}} voulait rire, puisqu’il est spirituel ; mais j’ai commencé à comprendre qu’intitulant son livre ''le Roi'', il était bien obligé de chercher des analogies entre des temps différents, et d’ouvrir, comme a dit Pascal, « de fausses fenêtres par symétrie ».
Je me suis demandé si {{M.|Brentano}} voulait rire, puisqu’il est spirituel ; mais j’ai commencé à comprendre qu’intitulant son livre ''le Roi'', il était bien obligé de chercher des analogies entre des temps différents, et d’ouvrir, comme a dit Pascal, « de fausses fenêtres par symétrie ».



{{—|3}}
{{—|3}}




La preuve, affirme {{M.|Brentano}}, que le pouvoir royal est bien celui d’un père de famille, c’est que le roi n’a pas besoin de faire des lois.
La preuve, affirme {{M.|Brentano}}, que le pouvoir royal est bien celui d’un père de famille, c’est que le roi n’a pas besoin de faire des lois.
109 131

modifications