Différences entre les versions de « Page:Pour lire en traîneau - nouvelles entraînantes.pdf/360 »

 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
blié de fort remarquables sur l’hégémonie anglaise à travers le monde — les premiers sur cette grave question, je crois — et que j’ai {{corr|dévoré|dévorés}} avec le plus vif intérêt lorsqu’il me fit l’honneur de me les offrir.
 
blié de fort remarquables sur l’hégémonie anglaise à travers le monde — les premiers sur cette grave question, je crois — et que j’ai {{corr|dévoré|dévorés}} avec le plus vif intérêt lorsqu’il me fit l’honneur de me les offrir.
   
Si j’ai bonne mémoire, sa fille était mariée en Irlande ou en Écosse et avait elle-même, voilà bien plus de vingt-cinq ans, trois toutes jeunes filles de seize à dix-huit ans, qui étaient tout à fait simples, charmantes comme leur mère et leur grand-père, et qui avaient su accumuler sur leurs têtes, toutes les beautés et les blancheurs diaphanes de la verte Érin et de haute Germanie.
+
Si j’ai bonne mémoire, sa fille était mariée en Irlande ou en Écosse et avait elle-même, voilà bien plus de vingt-cinq ans, trois toutes jeunes filles de seize à dix-huit ans, qui étaient tout à fait simples, charmantes comme leur mère et leur grand-père, et qui avaient su accumuler sur leurs têtes, toutes les beautés et les blancheurs diaphanes de la verte Érin et de la blonde Germanie.
   
 
C’est ainsi qu’à cette époque déjà lointaine, je passai une saison délicieuse avec la famille de Hubner à Luz-Saint-Sauveur, au milieu des montagnes des Pyrénées, et ce n’est pas sans un certain sentiment de mélancolie que je me rappelle ces souvenirs, car s’ils sont restés charmants ils me disent aussi que j’ai doublé la cinquantaine depuis bien longtemps et que les petites filles du baron de Hubner que j’ai perdues de vue, doivent être maintenant elles-mêmes de bonnes mères de famille, ayant dépassé la cinquantaine !
 
C’est ainsi qu’à cette époque déjà lointaine, je passai une saison délicieuse avec la famille de Hubner à Luz-Saint-Sauveur, au milieu des montagnes des Pyrénées, et ce n’est pas sans un certain sentiment de mélancolie que je me rappelle ces souvenirs, car s’ils sont restés charmants ils me disent aussi que j’ai doublé la cinquantaine depuis bien longtemps et que les petites filles du baron de Hubner que j’ai perdues de vue, doivent être maintenant elles-mêmes de bonnes mères de famille, ayant dépassé la cinquantaine !
1 513

modifications