Différences entre les versions de « Page:Pour lire en traîneau - nouvelles entraînantes.pdf/358 »

 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
   
   
{{t3|{{sc|professions et goût bizarres. — souvenirs personnels}}|{{sc|UN DIPLOMATE ET UN BIBLIOMANE}}}}
+
{{t3|{{sc|professions et goûts bizarres. — souvenirs personnels}}|{{sc|UN DIPLOMATE ET UN BIBLIOMANE}}}}
   
   
   
Dernièrement{{corr| |,}}, la ''Correspondance'', qui finit de publier le journal inédit du baron de Hubner qui fut ambassadeur d’Autriche à Paris sous Napoléon{{lié}}{{rom-maj|III|3}}, arrivait à ce curieux passage de l’emploi d’une journée de l’infortuné diplomate :
+
Dernièrement{{corr| |,}} la ''Correspondance'', qui finit de publier le journal inédit du baron de Hubner qui fut ambassadeur d’Autriche à Paris sous Napoléon{{lié}}{{rom-maj|III|3}}, arrivait à ce curieux passage de l’emploi d’une journée de l’infortuné diplomate :
   
 
« Arrivée vers sept heures du soir, à Fontainebleau. Dîner de quatre-vingts couverts dans la galerie Henri{{lié}}{{rom-maj|II|2}}. Au café, conversation avec l’empereur sur les affaires d’Orient. Bal : je l’ouvre avec l’impératrice. C’est sa fête ; l’empereur nous distribue des bouquets que nous lui offrons. Drouyn de Lhuys me prend à part et me prie de tenir pour communication officielle ce que m’a dit son maître. Je couche dans la galerie des Cerfs, sous la plaque de Monaldeschi. Le lendemain, chasse, déjeuner ; causerie avec l’impératrice, qui me parle de tout, et de l’Orient, avec une vivacité andalouse ; promenade en voiture, dîner, curée, bal intime aux sons d’un orgue de Barbarie que meuvent
 
« Arrivée vers sept heures du soir, à Fontainebleau. Dîner de quatre-vingts couverts dans la galerie Henri{{lié}}{{rom-maj|II|2}}. Au café, conversation avec l’empereur sur les affaires d’Orient. Bal : je l’ouvre avec l’impératrice. C’est sa fête ; l’empereur nous distribue des bouquets que nous lui offrons. Drouyn de Lhuys me prend à part et me prie de tenir pour communication officielle ce que m’a dit son maître. Je couche dans la galerie des Cerfs, sous la plaque de Monaldeschi. Le lendemain, chasse, déjeuner ; causerie avec l’impératrice, qui me parle de tout, et de l’Orient, avec une vivacité andalouse ; promenade en voiture, dîner, curée, bal intime aux sons d’un orgue de Barbarie que meuvent
1 513

modifications