« Page:Leblanc et Maricourt - Peau d’Âne et Don Quichotte, paru dans Le Gaulois, 1927.djvu/88 » : différence entre les versions

(Toto256: split)
 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 5 : Ligne 5 :
Longuement, avidement, elle le regarda. Puis, sous les roses de son chapeau, elle parut extrêmement pâle, ses traits se contractèrent, un crispement douloureux abaissa les commissures de ses lèvres. Des pieds à la tête elle tremblait comme une pauvre petite feuille morte balayée par les tempêtes.
Longuement, avidement, elle le regarda. Puis, sous les roses de son chapeau, elle parut extrêmement pâle, ses traits se contractèrent, un crispement douloureux abaissa les commissures de ses lèvres. Des pieds à la tête elle tremblait comme une pauvre petite feuille morte balayée par les tempêtes.


Tempêtes de la nature qui flétrissent les roses et fony mourir les feuilles des arbres, tempêtes de la vie qui rident les visages et ravagent les cœurs humains ? Qui sait…
Courbée, caduque, vieillaque, Folette, en un moment, venait de bondir à travers les âges comme si elle atteignait ses cent ans. D’une voix déchirante, elle cria :


Mais, courbée, caduque, vieillaque, Folette, en un moment, venait de bondir à travers les âges comme si elle atteignait ses cent ans.
— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Oh ! Ma pauvre Marie-Claire !…


D’une voix déchirante, elle cria :
Mais qu’est-ce donc ? Sans aucun sens du respect, quelqu’un éclatait de rire auprès de Folette.


— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Oh ! ma pauvre Marie-Claire !…
D’une voix discordante et suraiguë, on reprenait :


Mais qu’est-ce donc ? Sans aucun sens du respect, quelqu’un éclatait de rire auprès de Folette.
— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Ma pauvre Marie-Claire !


D’une voix discordante et suraiguë, on reprenait :
Les termes manquent qui pourraient clairement ici exprimer l’effroi de Pierre et de Violette. Décidément, ils vivent en pleine fantasmagorie.


— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Ma pauvre Marie-Claire !
Savez-vous qui parle ? Eh bien, c’est l’oiseau couleur d’arc-en-ciel lui-même. Il a vilainement profité du désarroi de l’infortunée Folette. Abusant de la situation, il lui a dérobé la noix qu’il guettait. Il la tourne et retourne amoureusement dans sa patte crochue, couverte d’écailles comme une coquille d’huître.


Les termes manquent qui pourraient clairement ici exprimer l’effroi de Pierre et de Violette. Décidément, ils vivent en pleine fantasmagorie. Savez-vous qui parle ? Eh bien, c’est l’oiseau couleur d’arc-en-ciel lui-même. Il a vilainement profité du désarroi de l’infortunée Folette. Abusant de la situation, il lui a dérobé la noix qu’il guettait et qu’il tourne et retourne amoureusement dans sa patte crochue, couverte d’écailles comme une coquille d’huître.
Gloussant, toussant et ricanant, il glapit toujours comme pour ajouter à l’impudence du larcin :


Il glousse, tousse et ricane, et, comme pour ajouter à l’impudence du larcin, il glapit toujours :
— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Ma pauvre Marie-Claire !

— Marie-Claire ! Marie-Claire ! Ma pauvre Marie-Claire !


C’est affreux.
C’est affreux.
Ligne 37 : Ligne 39 :




… Ah ! mon Dieu ! Qu’est-ce qui se passe, là… à côté de Folette ?
… Ah ! mon Dieu ! Qu’est-ce qui se passe, là… à côté de Folette ?


Voilà que l’oiseau qui parle s’enfuit d’un vol maladroit et lourd en abandonnant sa noix. Tandis qu’il sautille sans grâce, la patte en l’air, un monstre s’avance à pas de velours, sorte de panthère noire qui surgit d’un massif de verdure. Il rase le sol. Petite bête de rapine et de proie, il se coule sur le sable, les épaules hautes, tendues pour le bond suprême, avançant avec une rare prudence son mufle avide sous les yeux d’or.
Voilà tout à coup que l’oiseau qui parle s’enfuit d’un vol maladroit et lourd en abandonnant sa noix. Tandis qu’il sautille sans grâce, la patte en l’air, un monstre s’avance à pas de velours, sorte de panthère noire qui surgit d’un massif de verdure. Il rase le sol. Petite bête de rapine et de proie, il se coule sur le sable, les épaules hautes, tendues pour le bond suprême, avançant avec une rare prudence son mufle avide sous les yeux d’or.


Tout à coup, il saute. Il saute sur l’oiseau voleur. En un clin d’œil, il le saisit et, la tête relevée maintenant, noble comme un lion qui enlève sa proie, au milieu du désert, il s’apprête à partir.
Tout à coup, il saute. Il saute sur l’oiseau voleur. En un clin d’œil, il le saisit et, la tête relevée maintenant, noble comme un lion qui enlève sa proie, au milieu du désert, il s’apprête à partir.<section end="s2" />
<section end="s2" />