Différences entre les versions de « Page:Maison rustique du XIXe siècle, éd. Bixio, 1844, I.djvu/116 »

→‎Corrigée : Mise en forme lisible
(typo)
(→‎Corrigée : Mise en forme lisible)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<nowiki />
 
<nowiki />
   
  +
Entre autres ''exemples curieux de ce dernier genre de danger'', dans l’usage des débris animaux purs, nous citerons ce qui est arrivé lors d’un {{1er}} essai du sang sec aux colonies : un champ de cannes à sucre venait de recevoir, au pied de chacune des touffes, une petite poignée de l’engrais pulvérulent déposé à la surface du sol ; des milliers de rats arrivèrent de toutes parts, et fouillant entre les racines, afin d’y rechercher le sang sec, ils détruisirent toute espérance de récolte pour cette fois.
Entre autres ''exemples curieux de ce dernier genre de danger'', dans l’usage des débris
 
animaux purs, nous citerons ce qui est arrivé
 
lors d’un {{1er}} essai du sang sec aux colonies :
 
un champ de cannes à sucre venait de recevoir,
 
au pied de chacune des touffes, une petite
 
poignée de l’engrais pulvérulent déposé
 
à la surface du sol ; des milliers de rats arrivèrent
 
de toutes parts, et fouillant entre les
 
racines, afin d’y rechercher le sang sec, ils
 
détruisirent toute espérance de récolte pour
 
cette fois.
 
   
  +
L’un des ''moyens de multiplier les bons effets de la poudre charbonneuse'', base du noir animalisé, consisterait à l’expédier pour être employée partout où se rencontrent abondamment des détritus riches en matières animales, et dont on perd la plus grande partie de l’action trop vive, en même temps que l’on altère le goût des produits de la culture et que l’on infecte l’air des alentours. C’est ainsi qu’un simple mélange, en proportion suffisante pour désinfecter ces matières (et qui varierait entre un dixième et un quart de leur volume), pourrait tripler au moins et souvent sextupler leur effet utile, en faisant disparaître tons les inconvéniens inséparables de la putridité. Enfin, ne fût-ce que pour éviter que les engrais de chair musculaire et de sang desséchés ne fussent enlevés par les rats et divers petits animaux, il conviendrait même, pour ces derniers engrais riches, d’avoir recours au mélange avec 10 à 15 {{abréviation|p. 0/0|pourcent}} de poudre charbonneuse.
L’un des ''moyens de multiplier les bons effets de la poudre charbonneuse'', base du noir
 
animalisé, consisterait à l’expédier pour être
 
employée partout où se rencontrent abondamment
 
des détritus riches en matières
 
animales, et dont on perd la plus grande partie
 
de l’action trop vive, en même temps que
 
l’on altère le goût des produits de la culture
 
et que l’on infecte l’air des alentours. C’est
 
ainsi qu’un simple mélange, en proportion
 
suffisante pour désinfecter ces matières (et
 
qui varierait entre un dixième et un quart
 
de leur volume), pourrait tripler au moins
 
et souvent sextupler leur effet utile, en faisant
 
disparaître tons les inconvéniens inséparables
 
de la putridité. Enfin, ne fût-ce que
 
pour éviter que les engrais de chair musculaire
 
et de sang desséchés ne fussent enlevés
 
par les rats et divers petits animaux, il conviendrait
 
même, pour ces derniers engrais
 
riches, d’avoir recours au mélange avec 10 à
 
15 {{abréviation|p. 0/0|pourcent}} de poudre charbonneuse.
 
   
 
{{p|4:3:2:10}}{{T6|§ {{rom-maj|x}}. — Imitations diverses et falsifications du noir animalisé ; moyens de les reconnaître.|m=2em}}
 
{{p|4:3:2:10}}{{T6|§ {{rom-maj|x}}. — Imitations diverses et falsifications du noir animalisé ; moyens de les reconnaître.|m=2em}}
   
{{a|(''Cendres animalisées, tourbe animalisée, cendres noires, poussiers de charbon et de houille, fraziers de forge, résidus de bleus de Prusse, noir en grains''.)|2|0}}
+
{{a|(''Cendres animalisées, tourbe animalisée, cendres noires, poussiers de charbon et de houille, fraziers de forge, résidus de bleus de Prusse, noir en grains''.)|2|0}}
   
  +
Depuis que l’usage du noir animalisé s’est tellement répandu en France que l’on s’occupe d’en établir des centres de fabrication dans les principales villes du royaume, on a cherché les moyens d’imiter ce produit par des mélanges moins coûteux, qui eussent une action analogue ; nous dirons un mot des résultats auxquels on est ainsi parvenu en animalisant les cendres et la tourbe.
Depuis que l’usage du noir animalisé s’est
 
tellement répandu en France que l’on s’occupe
 
d’en établir des centres de fabrication
 
dans les principales villes du royaume, on a
 
cherché les moyens d’imiter ce produit par
 
des mélanges moins coûteux, qui eussent une
 
action analogue ; nous dirons un mot des résultats
 
auxquels on est ainsi parvenu en animalisant
 
les cendres et la tourbe.
 
   
  +
''Cendres animalisées''. — En substituant des cendres, résidus de la combustion des bois, houille, tourbe, à la substance charbonneuse calcinée exprès en vases clos, on conçoit qu’il a été facile de réaliser une économie notable, mais qu’aussi l’on a perdu les avantages qui permettent de faire supporter au noir animalisé, comme aux autres engrais riches, des frais de transport à une assez grande distance.
''Cendres animalisées''. — En substituant des
 
cendres, résidus de la combustion des bois,
 
houille, tourbe, à la substance charbonneuse
 
calcinée exprès en vases clos, on conçoit
 
qu’il a été facile de réaliser une économie
 
notable, mais qu’aussi l’on a perdu les avantages
 
qui permettent de faire supporter au
 
noir animalisé, comme aux autres engrais
 
riches, des frais de transport à une assez
 
grande distance.
 
   
  +
En effet, ''la propriété désinfectante des cendres étant considérablement moindre'' que celle de la substance charbonneuse dont nous avons parlé, on n’y peut mélanger qu’une proportion bien moindre de matière animale putrescible ; et encore, celle-ci, trop rapidement décomposée, agit-elle moins long-temps et, moins utilement, puisqu’elle devance, dans sa décomposition, le développement des plantes. Elle peut même nuire par le goût désagréable qu’elle leur communique.
En effet, ''la propriété désinfectante des cendres étant considérablement moindre'' que celle
 
de la substance charbonneuse dont nous avons
 
parlé, on n’y peut mélanger qu’une proportion
 
bien moindre de matière animale putrescible ;
 
et encore, celle-ci, trop rapidement
 
décomposée, agit-elle moins long-temps et,
 
moins utilement, puisqu’elle devance, dans
 
sa décomposition, le développement des
 
plantes. Elle peut même nuire par le
 
goût désagréable qu’elle leur communique.
 
   
  +
Un autre motif d’infériorité résulte encore des variations inévitables dans la nature des diverses cendres qu’on peut se procurer : ainsi, les cendres des divers bois diffèrent entre elles suivant que ceux-ci ont été brûlés neufs ou flottés, et suivant encore que l’incinération a été poussée plus ou moins loin. Les mêmes causes produisent des effets plus marqués encore dans les résidus de la combustion des tourbes plus ou moins terreuses, et des houilles dont la composition est extrêmement variable. Ces dernières présentent toujours d’ailleurs une multitude de petits grains en scories, en partie vitrifiés, très-rudes et peu propres à être mis en contact avec les racines des plantes.
Un autre motif d’infériorité résulte encore
 
des variations inévitables dans la nature des
 
diverses cendres qu’on peut se procurer :
 
ainsi, les cendres des divers bois diffèrent entre
 
elles suivant que ceux-ci ont été brûlés
 
neufs ou flottés, et suivant encore que l’incinération
 
a été poussée plus ou moins loin.
 
Les mêmes causes produisent des effets plus
 
marqués encore dans les résidus de la combustion
 
des tourbes plus ou moins terreuses,
 
et des houilles dont la composition est extrêmement
 
variable. Ces dernières présentent
 
toujours d’ailleurs une multitude de
 
petits grains en scories, en partie vitrifiés,
 
très-rudes et peu propres à être mis en contact
 
avec les racines des plantes.
 
   
  +
Il arrivera donc rarement que ces diverses cendres, plus ou moins chargées des matières animales, pourront améliorer le fond du sol, et surtout offrir assez d’avantage aux agriculteurs pour être transportées à de grandes distances. Cependant, dans certaines terres fortes que la plupart des cendres peuvent amender, on trouvera presque toujours du profit à les mélanger avec des déjections animales qu’elles rendront plus faciles à répandre.
Il arrivera donc rarement que ces diverses
 
cendres, plus ou moins chargées des matières
 
animales, pourront améliorer le fond du sol,
 
et surtout offrir assez d’avantage aux agriculteurs
 
pour être transportées à de grandes
 
distances. Cependant, dans certaines terres
 
fortes que la plupart des cendres peuvent
 
amender, on trouvera presque toujours du
 
profit à les mélanger avec des déjections animales
 
qu’elles rendront plus faciles à répandre.
 
   
  +
La ''dose de cendres le plus animalisées'', employée comme engrais, pourra être de 25 à 30 hectolitres par hectare : il conviendra d’éviter de les mettre en contact immédiat avec les graines ou les racines des plantes repiquées. On devra en conséquence les répandre à la surface du champ, après avoir recouvert la semence par le rouleau ou la herse, ou encore enterrer préalablement cet engrais à l’aide d’un hersage avant de semer, ou enfin les répandre entre les rangées des jeunes plantes sarclées, ou près des touffes, sans être en contact avec les tiges.
La ''dose de cendres le plus animalisées'',
 
employée comme engrais, pourra être de 25
 
à 30 hectolitres par hectare : il conviendra
 
d’éviter de les mettre en contact immédiat
 
avec les graines ou les racines des plantes
 
repiquées. On devra en conséquence les répandre
 
à la surface du champ, après avoir
 
recouvert la semence par le rouleau ou la
 
herse, ou encore enterrer préalablement cet
 
engrais à l’aide d’un hersage avant de semer,
 
ou enfin les répandre entre les rangées des
 
jeunes plantes sarclées, ou près des touffes,
 
sans être en contact avec les tiges.
 
   
  +
''Tourbe animalisée''. — La tourbe non incinérée, mêlée avec un tiers ou un quart de son poids de matière fécale, a été essayée comme engrais. Il est probable que dans les localités où on l’obtiendrait à très-bas prix et presque sans frais de transport, elle serait utilement employée, répandue sur les terres, comme les ''fumiers d’étable'' (''Voy''. plus loin) ; elle pourrait cependant trop alléger certains sols : pour éviter cet inconvénient, on devrait la mélanger avec un engrais plus riche qui permit de diminuer le volume total employé : nous ne pouvons d’ailleurs avoir de certitude à cet égard avant que l’expérience en grand soit venue vérifier ces conjectures.
''Tourbe animalisée''. — La tourbe non incinérée,
 
mêlée avec un tiers ou un quart de
 
son poids de matière fécale, a été essayée
 
comme engrais. Il est probable que dans les
 
localités où on l’obtiendrait à très-bas prix
 
et presque sans frais de transport, elle serait
 
utilement employée, répandue sur les terres,
 
comme les ''fumiers d’étable'' (''Voy''. plus loin) ;
 
elle pourrait cependant trop alléger certains
 
sols : pour éviter cet inconvénient, on
 
devrait la mélanger avec un engrais plus riche
 
qui permit de diminuer le volume total
 
employé : nous ne pouvons d’ailleurs avoir de
 
certitude à cet égard avant que l’expérience
 
en grand soit venue vérifier ces conjectures.
 
   
  +
''Cendres noires, poussiers de charbon, fraziers de forge''.— Plusieurs autres imitations des résidus de raffineries ou du noir animalisé peuvent être considérées comme de ''véritables falsifications''. C’est ainsi que des spéculateurs se sont proposé d’augmenter la quantité de ces engrais, par des mélanges de matières semblables en apparence, mais d’une bien moindre valeur, et ne contenant ni le sang ni les autres matières animales qui font la base de la principale action de ces deux engrais à l’état de pureté.
''Cendres noires, poussiers de charbon, fraziers de forge''.
 
— Plusieurs autres imitations
 
des résidus de raffineries ou du noir animalisé
 
peuvent être considérées comme de
 
''véritables falsifications''. C’est ainsi que des spéculateurs
 
se sont proposé d’augmenter la
 
quantité de ces engrais, par des mélanges de
 
matières semblables en apparence, mais d’une
 
bien moindre valeur, et ne contenant ni le
 
sang ni les autres matières animales qui font
 
la base de la principale action de ces deux
 
engrais à l’état de pureté.
 
   
Il importe beaucoup aux agriculteurs de
+
Il importe beaucoup aux agriculteurs de reconnaitre ces mélanges frauduleux, et rien n’est plus facile, surtout relativement à la
reconnaitre ces mélanges frauduleux, et rien
 
n’est plus facile, surtout relativement à la
 
899

modifications