Différences entre les versions de « Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 10.djvu/229 »

aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « 1398. -- DE COULANGES A MADAME DE SÉVIGNÉ ET A LA FAMIILLE DE GRIGNAN. A Paris, le dernier jour de l’an. ME voici enfin dans la grande ville, où je n’ai pa… »)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 18 : Ligne 18 :
Tout le monde me dit que je me porte si bien, que j`ai
Tout le monde me dit que je me porte si bien, que j`ai
le teint si frais, et que je suis si jeune, que par saint
le teint si frais, et que je suis si jeune, que par saint
Jean ! je le crois. Enfin voilà le 20° décembre passé, et
Jean ! je le crois. Enfin voilà le 20è décembre passé, et
je suis sur mes pieds comme un autre ; c`est dommage
je suis sur mes pieds comme un autre ; c`est dommage
que la saison soit aussi avancée ; car si j`avois pu prévoir
que la saison soit aussi avancée ; car si j`avois pu prévoir
9 489

modifications