Différences entre versions de « Page:Cœurderoy - Jours d'exil, tome II.djvu/174 »

(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
ce monde et moi j’ai mis des flots, des flots et
+
ce monde et moi j’ai mis des flots, des flots et puis des flots encore. Plus de loi sur mon âme, plus d’habits sur mon corps. Là-bas, sur le rivage j’ai laissé tout cela.
puis des flots encore. Plus de loi sur mon âme,
 
plus d’habits sur mon corps. Là-bas, sur le rivage
 
j’ai laissé tout cela.
 
   
Salut ! ô Liberté. Je suis seul avec toi. L’immensité m’entoure. Sur ma tète brille le dôme du
+
Salut ! ô Liberté. Je suis seul avec toi. L’immensité m’entoure. Sur ma tête brille le dôme du ciel, sous mon corps gronde l’abîme des eaux. Mes pieds ont quitté le sol ; je me suis délivré de l’attitude verticale qui rapprochait mes yeux des yeux de mon semblable, toujours jaloux. Je suis tout de mon long, étendu sur le lac, contemplant face à face les solitudes sublimes, l’infini des airs et l’aile rose des nuits d’été.
ciel, sous mon corps gronde l’abîme des eaux.
 
Mes pieds ont quitté le sol ; je me suis délivré de
 
l’attitude verticale qui rapprochait mes yeux des
 
yeux de mon semblable, toujours jaloux. Je suis
 
tout de mon long, étendu sur le lac, contemplant
 
face à face les solitudes sublimes, l’infini des airs
 
et l’aile rose des nuits d’été.
 
   
  +
Salut ! ô Liberté. Sous la voûte étoilée je vois passer la Lune. Vers son orbe riant mon âme s’élance, pareille à l’alouette qui mire ses yeux vifs dans un prisme glacé. Mon âme devient l’âme de la nature, mon corps se confond avec l’eau, mes cheveux sont les joncs, mes dents sont les rochers, mon souffle c’est la brise. Sur l’univers, sur l’éternelle durée, sur les harmonies <sup>97</sup> mystérieuses mes contemplations s’étendent avec la douce lueur qui couvre tout.
Salut ! ô Liberté. Sous la voûte étoilée je vois
 
passer la Lune. Vers son orbe riant mon âme
 
s’élance, pareille à l’alouette qui mire ses yeux
 
vifs dans un prisme glacé. Mon âme devient l’âme
 
de la nature, mon corps se confond avec l’eau,
 
mes cheveux sont les joncs, mes dents sont les rochers, mon souffle c’est la brise. Sur l’univers, sur
 
l’éternelle durée, sur les harmonies <sup>97</sup> mystérieuses mes contemplations s’étendent avec la douce
 
lueur qui couvre tout.
 
   
   
   
  +
Ô Terre, triste cachot, tripot où l’on s’égorge sous prétexte de vivre : je connais tes intrigues, je te prends en pitié ! Tourne, globe maudit, dans le sang, dans la poix, dans la fange et dans l’or ! Tourne, roule, bondis sur ton axe enflammé ! Que le sable de tes déserts, la glace de tes pôles, les flots de lave de tes volcans pleuvent comme la
Ô Terre, triste cachot, tripot où l’on s’égorge
 
sous prétexte de vivre : je connais tes intrigues,
 
je te prends en pitié ! Tourne, globe maudit, dans
 
le sang, dans la poix, dans la fange et dans l’or !
 
Tourne, roule, bondis sur ton axe enflammé ! Que
 
le sable de tes déserts, la glace de tes pôles, les
 
flots de lave de tes volcans pleuvent comme la
 
22 704

modifications