Différences entre versions de « Page:Martinesisme, Willermosisme, Martinisme et Franc-Maçonnerie.djvu/46 »

 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
{{Taille|{{droite|Paris, le 19 janvier 1899.|2}}|90}}
 
{{Taille|{{droite|Paris, le 19 janvier 1899.|2}}|90}}
 
{{interligne|0.5em}}
 
{{interligne|0.5em}}
{{g|{{Taille|{{sc|Mon cher docteur,}}|90}}|6}}
+
{{g|{{Taille|{{sc|Mon cher Docteur,}}|90}}|6}}
 
{{interligne|0.5em}}
 
{{interligne|0.5em}}
 
{{Taille|Je ne vois aucun inconvénient à vous répéter aujourd’hui par écrit ce que je vous ai dit dernièrement de vive voix à propos d’Henri Delaage. J’ai eu de fréquentes relations avec lui de 1860 à 1870, et je me souviens qu’il m’a souvent parlé de son grand-père le ministre Chaptal, et de Saint-Martin (le philosophe inconnu), que son grand-père connaissait particulièrement. Il s’était occupé aussi lui-même, avec M. Matter, de la doctrine du Martinisme, sur laquelle ce dernier auteur a publié un ouvrage à la Librairie académique Didier, où je l’ai aussi quelquefois rencontré.|90}}
 
{{Taille|Je ne vois aucun inconvénient à vous répéter aujourd’hui par écrit ce que je vous ai dit dernièrement de vive voix à propos d’Henri Delaage. J’ai eu de fréquentes relations avec lui de 1860 à 1870, et je me souviens qu’il m’a souvent parlé de son grand-père le ministre Chaptal, et de Saint-Martin (le philosophe inconnu), que son grand-père connaissait particulièrement. Il s’était occupé aussi lui-même, avec M. Matter, de la doctrine du Martinisme, sur laquelle ce dernier auteur a publié un ouvrage à la Librairie académique Didier, où je l’ai aussi quelquefois rencontré.|90}}
22 772

modifications