Différences entre les versions de « Page:Pensées de Marc-Aurèle, trad. Couat.djvu/223 »

Notes corrigées
(Pywikibot touch edit)
(Notes corrigées)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
<section begin=texte/><nowiki />
<section begin="texte"/><nowiki />


'''{{Centré|22}}'''
'''{{Centré|22}}'''
Ligne 7 : Ligne 7 :
'''{{Centré|23}}'''
'''{{Centré|23}}'''


Que ceci soit toujours évident à tes yeux: ce qu’est la cour pour toi (?), un champ l’est pour cet autre ; vivre ici ou au sommet d’une montagne, ou au bord de la mer, ou en quelque lieu que ce soit, c’est, en somme, la même chose. Tu arriveras tout droit au mot de Platon : «...enfermé dans un parc sur la montagne, et tirant le lait de ses brebis. »
Que ceci soit toujours évident à tes yeux : ''ce qu’est la cour pour toi'' (?), un champ l’est pour cet autre ; vivre ici ou au sommet d’une montagne, ou au bord de la mer, ou en quelque lieu que ce soit, c’est, en somme, la même chose. Tu arriveras tout droit au mot de Platon : «enfermé dans un parc sur la montagne, et tirant le lait de ses brebis. »


'''{{Centré|24}}'''
'''{{Centré|24}}'''


Quel est le principe qui commande en moi ? Qu’en fais-je à présent? A quel objet est-ce que je l’applique présentement ? Serait-il dépourvu d’intelligence ? Se serait-il violemment détaché de tous sentiments de solidarité ? Serait-il mêlé à cette misérable chair et confondu avec elle au point d’obéir à toutes ses impulsions ?
Quel est le principe qui commande en moi ? Qu’en fais-je à présent ? À quel objet est-ce que je l’applique présentement ? Serait-il dépourvu d’intelligence ? Se serait-il violemment détaché de tous sentiments de solidarité ? Serait-il mêlé à cette misérable chair et confondu avec elle au point d’obéir à toutes ses impulsions ?


'''{{Centré|25}}'''
'''{{Centré|25}}'''


Celui qui fuit de chez son maître est un déserteur. La loi est notre maîtresse ; par suite, celui qui la viole est un déserteur. Mais celui qui s’afflige, qui s’irrite, qui s’effraie, ne veut pas que se soit produit dans le passé ou se produise dans le pré sent ou dans l’avenir tel événement prescrit par l’ordonnateur de toutes choses, la loi, qui répartit à chacun ce qui lui revient. Donc, celui qui s’effraie, ou s’afflige, ou s’irrite, est un déserteur.
Celui qui fuit de chez son maître est un déserteur. La loi est notre maîtresse ; par suite, celui qui la viole est un déserteur. Mais celui qui s’afflige, qui s’irrite, qui s’effraie, ne veut pas que se soit produit dans le passé ou se produise dans le présent ou dans l’avenir tel événement prescrit par l’ordonnateur de toutes choses, la loi, qui répartit à chacun ce qui lui revient. Donc, celui qui s’effraie, ou s’afflige, ou s’irrite, est un déserteur.
<section end=texte/>
<section end="texte"/>
------
------
<section begin=notes/>i. [ôti Toloïto èxeîvo 5 àypô; ioTi. Ce texte est très corrompu. Couat : « ce champ est ce que tu voudras. »— J’ai lu èxçi’vw, et supposé après ôti une lacune de quelques mots, par exemple : ofov aoi T| auX^.]
<section begin="notes"/>{{bloc|1. [{{lang|grc|ὅτι τοιοῦτο ἐκεῖνο ἀργός ἐστι}}. Ce texte est très corrompu. Couat : « ce champ est ce que tu voudras. » — J’ai lu {{lang|grc|ἐκείνῳ}}, et supposé après {{lang|grc|ὅτι}} une lacune de quelques mots, par exemple : {{lang|grc|οἷον σοὶ αὐλή}}.]


2. [Théélète, 174, D-E : «En entendant l’éloge d’un tyran ou d’un roi, le philosophe pense au pâtre heureux... de tirer de ses troupeaux beaucoup de lait. Les rois aussi sont des bergers; ils ont charge de faire paître et de traire une espèce d’animaux plus difficiles et plus dangereux...; ils demeurent clos dans leurs murailles comme le pâtre en son parc sur la montagne. »]
2. [''Théétète'', 174, D–E : « En entendant l’éloge d’un tyran ou d’un roi, le philosophe pense au pâtre heureux… de tirer de ses troupeaux beaucoup de lait. Les rois aussi sont des bergers ; ils ont charge de faire paître et de traire une espèce d’animaux plus difficiles et plus dangereux… ; ils demeurent clos dans leurs murailles comme le pâtre en son parc sur la montagne. »]


3. [Cf. supra VU, 16, et la seconde note.]
3. [Cf. ''supra'' VII, 16, et la seconde note.]


’,. [Cf. in/ra XI. 1a.]
4. [Cf. ''infra'' XI, 20.]}}<section end="notes"/>

26<section end=notes/>
20 912

modifications