Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/591 »

(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
 
''Chi ha tempo ha vita''. C’était le secret de la patience de Frédéric. Il avait gardé en effet son impertinence, sa façon un peu précieuse de plaisanter, son sourire à la mode de France, mais d’une lèvre plus raide que la nôtre. Or ce furent des choses terriblement sérieuses que lui dirent, en l’éveillant, le colonel et le capitaine. « Seigneur Jésus, s’écria-t-il, prenez-moi plutôt ma vie ! » Pendant deux heures, il gémit, pleura, se tordit les mains. Il envoya vers Katte pour lui demander son pardon. Il implora un sursis de l’exécution : une estafette aurait vite fait de courir à Wüsterhausen, où était le roi, pour y porter, en échange de la grâce de Katte, sa renonciation à la couronne, son consentement à la prison perpétuelle pour lui-même, et même l’offre de sa vie, s’il la fallait à sa majesté. Mais les visages de ceux qui l’écoutaient disaient qu’il priait et pleurait en vain.
 
''Chi ha tempo ha vita''. C’était le secret de la patience de Frédéric. Il avait gardé en effet son impertinence, sa façon un peu précieuse de plaisanter, son sourire à la mode de France, mais d’une lèvre plus raide que la nôtre. Or ce furent des choses terriblement sérieuses que lui dirent, en l’éveillant, le colonel et le capitaine. « Seigneur Jésus, s’écria-t-il, prenez-moi plutôt ma vie ! » Pendant deux heures, il gémit, pleura, se tordit les mains. Il envoya vers Katte pour lui demander son pardon. Il implora un sursis de l’exécution : une estafette aurait vite fait de courir à Wüsterhausen, où était le roi, pour y porter, en échange de la grâce de Katte, sa renonciation à la couronne, son consentement à la prison perpétuelle pour lui-même, et même l’offre de sa vie, s’il la fallait à sa majesté. Mais les visages de ceux qui l’écoutaient disaient qu’il priait et pleurait en vain.
   
353 715

modifications