Différences entre les versions de « Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/150 »

Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
<section begin="875"/>{{nld|1681|border-top:1px solid black;}}
+
<section begin="875"/>{{brn|1}}
  +
{{nld|1681|border-top:1px solid black;}}
{{brn|1}}
 
 
Un homme dit l’autre jour à Monsieur le chancelier<ref>14. Le chancelier le Tellier.</ref>de ma part, que je plaignois fort un roi conquérant qui ne vous avoit pas pour historien. Adieu, Monsieur : peu de gens sont dignes de vous admirer autant que le font les vrais honnêtes gens, encore moins autant que je le fais, et encore moins autant que vous le méritez.
 
Un homme dit l’autre jour à Monsieur le chancelier<ref>14. Le chancelier le Tellier.</ref>de ma part, que je plaignois fort un roi conquérant qui ne vous avoit pas pour historien. Adieu, Monsieur : peu de gens sont dignes de vous admirer autant que le font les vrais honnêtes gens, encore moins autant que je le fais, et encore moins autant que vous le méritez.