Revue des Romans/Anne-Philibert-François-Claude, dit Nancy

Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Musset, L. Narejny  ►


NANCY (A. P.).


ALPHONSE DE COUCY, ou Quelques scènes de la campagne de Russie, 2 vol. in-12, 1819. — Alphonse de Coucy est un jeune militaire que sa femme a suivi dans la campagne de Russie. Après la bataille de Mojaïk, Coucy et sa femme passent quelque temps à Moscou, qui n’offrait déjà plus qu’un immense monceau de cendres ou de ruines. À l’occasion du séjour des deux époux dans cette ville, l’auteur trouve moyen d’amener sur la scène plusieurs personnages, dont les aventures amoureuses ou plaisantes reposent un peu l’imagination attristée par des scènes guerrières ou désastreuses. Mais bientôt le signal de la retraite est donné, et l’on n’a plus sous les yeux que des tableaux désolants. Coucy et sa femme se trouvent réduits aux plus cruelles extrémités ; plus de provisions, plus d’asile pour la nuit, plus de fourrage, des routes impraticables. Pour comble de malheur, l’infortuné guerrier est blessé, et sa femme, après avoir été d’abord en voiture, puis à cheval, puis à pied à côté du cheval qui portait le bagage, en vint à se charger elle-même du peu d’effets qui restaient, et à conduite par la bride le cheval que montait son mari. Au delà de Smolensk, la situation devient tellement déchirante que, si les plus beaux traits d’humanité et de générosité ne se mêlaient à tant de désastres, on n’aurait pas le courage de poursuivre. Les deux époux doivent leur salut à l’empereur Alexandre ; mais la sensible Lisiska ne survécut que deux mois aux angoisses qu’elle avait éprouvées.