Ouvrir le menu principal

Projet de réforme de l'État de Gaston Doumergue (1934)


Projet de réforme de l’État de Gaston Doumergue


Paru dans Le Temps


4 novembre 1934


Les décisions du conseil des ministres

Les ministres se sont réunis en conseil, ce matin, à 9 h 30, à l'Élysée, sous la présidence de M. Albert Lebrun. Voici le détail de la délibération tel que l'a communiqué à la presse, à l'issue de la séance, M. Marchandeau, ministre de l'intérieur.


Le projet de réforme de l'État

M. Gaston Doumergue, président du conseil, a présenté au conseil, qui les a adoptés à la majorité, ses projets sur la réforme de l'État.

LE TEXTE DES PROJETS

Les modifications que le président du conseil a décidé de faire apporter, par l'Assemblée de Versailles, à la loi constitutionnelle, sont contenues dans le texte ci-après :

1° Insérer, au début de l'article 6 de la loi du 25 février 1875, l'alinéa suivant :

« Le nombre des ministres ne peut excéder vingt, non compris le président du conseil qui a la qualité de Premier ministre sans portefeuille. »

2° Remplacer : le premier alinéa de l'article 5 de la loi du 25 février 1875, par les dispositions suivantes :

« Le président de la République peut dissoudre la Chambre des députés avant l'expiration légale de son mandat.

« Au cours de la première année de ce mandat, la dissolution ne peut être prononcée que sur l'avis conforme du Sénat.

« Au cours des années suivantes, le président de la République peut dissoudre la Chambre sans l'avis conforme du Sénat. »

3° Compléter l'article 4 de la loi du 25 février 1875 par les dispositions suivantes :

« L'État assure aux fonctionnaires la stabilité de leur emploi et des garanties de carrière.

« Toute cessation de service injustifiée ou concertée entraîne rupture du lien qui les unit à l'État. »

4° Compléter l'article 8 de la loi du 24 février 1875 par les articles suivants :

« En dehors de l'initiative du gouvernement, aucune proposition de dépense n'est recevable, si elle n'a été précédée du vote par les deux chambres d'une recette correspondante.

« Lorsque le budget d'un exercice n'aura pas été voté, par les deux chambres, avant le 1er janvier de l'année à laquelle il s'applique, le président de la République pourra proroger pour tout ou partie de ladite année, par décret pris en Conseil d'État, le budget de l'exercice précédent. »