Port-Royal

Ce texte est en cours d’édition. Sa présentation n’est pas terminée, il est possible qu’il contienne des fautes d’orthographe ou de typographie, et il peut en manquer certaines parties. Vous pouvez cependant participer à son élaboration au cours de votre lecture.


Tome premier
Librairie de L. Hachette et Cie.


TABLE DES MATIÈRES.



LIVRE PREMIER

ORIGINES ET RENAISSANCE DE PORT-ROYAL.


I, pages 33 et suiv.


Plan et méthode. — Le Port-Royal distinct du Jansénisme. — Fondation du monastère. — Étymologies, légende. — Mathilde de Garlande et Eudes de Sully, fondateurs. — Croisade des Albigeois ; clémence de Mathilde à la prise de Ménerbe. — Le monastère sous la juridiction de Cîteaux. — Logement de saint Thibauld. — Décadence du premier Port-Royal. — Les abbesses La Fin ; seizième siècle ; les abbesses La Vallée et Boulehart. — Jacqueline-Marie Arnauld, coadjutrice, âgée de sept ans.


II, pages 53 et suiv.


Origine des Arnauld. — M. de La Mothe-Arnauld à la Saint-Barthélemy. — M. de Montlosier. — Le fils aîné de M. de La Mothe au siège d’Issoire. — M. Arnauld du Fort devant La Rochelle. — M. Arnauld de Philisbourg. — M. Antoine Arnauld, l’avocat ; et M. Marion, son beau-père. — M. Marion, le premier du Palais qui ait bien écrit ; ce que cela veut dire.


III, pages 64 et suiv.


Genre d’éloquence de M. Arnauld l’avocat ; emphase. — Ce qu’en racontent Tallemant et d’Andilly, — et Pierre Matthieu. — Leduc de Savoie au Parlement ; plaidoirie de M. Arnauld. — Son discours pour l’Université contre les Jésuites ; son désintéressement. — M. Arnauld et M. Marion honnêtes gens et chrétiens, mais selon le monde ; diplomatie pour les Bulles. — Petite supercherie jésuitique des Arnauld. — La jeune Angélique, coadjutrice de Port-Royal, élevée à Maubuisson par la sœur de la belle Gabrielle.


IV, pages 77 et suiv.


Henri IV à Maubuisson ; matière de fabliau. — Bulles obtenues et mensonge. — La jeune abbesse installée à Port-Royal. — Jeux et passe-temps ; mélancolie et angoisses — Contraste de caractère d’Angélique et d’Agnès. — Projet périlleux de la jeune Angélique ; maladie ; elle va chez son père. — Elle est touchée par l’affection humaine ; retour au monastère. — Sermon du Père Basile ; première lueur divine. — Le Père Bernard et le Père Pacifique ; transes mortelles ; excès ascétiques. — Elle va à Andilly : M. Arnauld la chapitre. — Elle revient à Port-Royal — Considérations sur l’œuvre de Grâce.


V, pages 98 et suiv.


Second coup de la Grâce à la Toussaint de cette année 1608. — Réforme commencée dans le monastère. — Dame Morel et le petit jardin. — Quelques caractères fondamentaux de l’invasion de la Grâce, communs chez tous les élus. — 25 septembre 1609, Journée du Guichet. — Évanouissement de la mère Angélique ; Esther. — M de Vauclair paie les frais ; tragi-comédie. — Serment téméraire de madame Arnauld. — Rapprochement avec les personnages de Corneille et avec le Polyeucte.


VI, pages 116 et suiv.


Épisode dramatique. — Corneille eut-il relation avec Port-Royal ? — Il connaît les Pascal. — Polyeucte et la doctrine de la Grâce. — Objections de l’hôtel Rambouillet. — Hymne de Polyeucte dans sa prison ; la mère Angélique au pied de l’autel. — Dénouement de Polyeucte ; suites de la Journée du Guichet. — Mort de madame Arnauld ; tribu de Lévi. — Jugements divers sur Polyeucte. — Caractère de Sévère. — Pauline. — Corneille, traducteur de l'imitation de Jésus-Christ. — Postérité de Polyeucte au théâtre ; le Saint-Genest de Rotrou.


VII, pages 147 et suiv.


Continuation de l’épisode dramatique. — Deux familles de génies : de laquelle Rotrou ? — Son degré de parenté avec Corneille. — Analyse du Saint-Genest. — Différence avec la tragédie sacrée de Racine. — Jugements de Port-Royal sur Polyeucte.


VIII, pages 175 et suiv.


Retour au cloître. — Suites de la Journée du Guichet. — Nouveaux directeurs : le Père Archange. — Premier printemps de Port Royal. — La sœur Anne-Eugenie : son récit. — Amélie, sœur de René. — Activité de Port-Royal ; missions à l’entour, — Réforme à Maubuisson ; la mère Angélique commissaire. — Enlèvement de madame d’Estrées ; elle reparaît à main armée. — La mère Angélique fait retraite en bon ordre. — Entrée à Pontoise et retour triomphant. — Elle revient à Port-Royal ; les trente muettes. — Saint François de Sales et sa relation avec Port-Royal. — Conseils charmants. — Sa pensée secrète sur l’état de l’Église.


IX, pages 216 et suiv.


Esprit de saint François de Sales. — Deux lignées d’esprits dans le Christianisme. — De quelques points de dogme chez saint François : son optimisme théologique. — Surcroissances de fleurs. — Ses affinités poétiques et littéraires. — Bernardin de Saint-Pierre et Lamartine. — Des Portes et d’Urfé. — Vogue de saint François près du sexe. — Son culte pour la Vierge. — Écrivain plus qu’il ne croit : Amyot et Montaigne. — Camus, évêque de Belley : école séraphique et allégorique. — Arnauld vrai Malherbe en théologie.


X, pages 249 et suiv.


Saint François de Sales au complet. — Entre-deux de Pascal. — Saint François énergique dans la douceur. — Sa réserve auprès des femmes. — Correctif dans sa doctrine de la Grâce : voile dont il la couvre. — Son aversion des disputes. — Habileté politique. — Ses relations avec le duc de Savoie. — Mission du Chablais. — Moyens humains. — Sa tentative près de Théodore de Bèze. — Coup d’état de Thonon. — Louange publique au duc de Savoie ; griefs secrets. — Son jugement sur Rome expliqué. — Académie florimontane.


XI, pages 272 et suiv.


M. de Saint-Cyran. — Son jugement sur saint François de Sales. — Sa naissance ; son éducation ; ses bizarres débuts. — Question royale. — Apologie pour l’évêque de Poitiers. — Sa liaison avec Jansénius : leur retraite. — Liaison avec M. d’Andilly ; air de mystère. — Lettres de Jansénius : indigestion de science ; crudité. — Amour de la vérité. — Une lettre de M. de Saint-Cyran à la mère Angélique. — Ses premiers rapports avec Richelieu.


XII, pages 310 et suiv.


Réfutation du Père Garasse par M. de Saint-Cyran. — Petrus Aurelius. — Tactique et coup d’éclat. — Translation de Port Royal à Paris. — Période de M. Zamet. — Maison du Saint-Sacrement ; faste, illusion, aberration, — M. de Saint-Cyran est introduit ; il répare. — Dernière lutte de la mère Angélique : soumission. — M. de Saint-Cyran seul chef à Port-Royal. — Année 1636, moment décisif.

LIVRE DEUXIÈME.

LE PORT-ROYAL DE M. DE SAINT-CYRAN.


I, pages 341 et suiv.


M. de Saint-Cyran directeur. — Ses principaux traits. — Sa conduite des religieuses : la sœur Marie-Claire. — Admirables oracles. — Ce qu’il dit de la Vierge. — Esprit de M. de Saint-Cyran. — Majesté et humilité. — Sa direction des grandes dames : princesse de Guemené. — Attitude envers les puissants. — Mot sur Rome, — sur le Concordat.


II, pages 368 et suiv.


M. Le Maître ; sa sainte mère. — Elle est gouvernante de la duchesse de Nemours. — Célébrité du jeune Le Maître au barreau. — Ses plaidoyers imprimés. — Il songe à se marier : jolie lettre de la mère Agnès. — Mort de madame d'Andilly ; M. Le Maître au jardin. — Son dernier plaidoyer. — Saint Paulin, saint Sulpice Sévère. — Lettre de M. Le Maître à M. le Chancelier. — Lettre à son père. — M. Le Maître chef des pénitents : son portrait, — Grandeur chrétienne et naïve.


III, pages 399 et suiv.


M. de Séricourt. — Prisonnier en Allemagne ; il s’échappe. — M. de Saci et son exemple. — Entrevue de M. de Séricourt et de M. Le Maître ; belle page de Fontaine. — Vauvenargues. — Claude Lancelot, nouveau solitaire. — Élevé chez M. Bourdoise. quel était celui-ci ? — Aspiration vers M. de Saint-Cyran. — Première visite de Lancelot ; touchant récit. – Seconde visite. – Sa sœur prend l’habit. — Cœurs sobres, larmes abondantes.


IV, pages 429 et suiv.


Suite des Mémoires de Lancelot. – Il entre dans la chambre de M. Le Maître. – Il vient loger à Port-Royal : les premiers solitaires. — Matines, psalmodies. — Age d’or et catacombes – Prochaine déviation de Port-Royal. – M. Singlin ; ses commencements. – Prêtre et directeur. – Pensées de M. de Saint-Cyran sur le Sacerdoce ; – sur la Prédication. – Puissance et magnificence


V, pages 453 et suiv.


M. Singlin forcé par M. de Saint-Cyran. – Entretien conservé — Saint Chrysostome et Basile. — M. Singlin directeur et prédicateur. – Son vrai rang dans la chaire. – Son gouvernement à Port-Royal. – Il est dépassé. – Il meurt. – M. de Bascle, un des solitaires.


VI, pages 479 et suiv.


Derniers jours de paix. – La mi-mai du printemps de Port-Royal. – Arrestation de M. de Saint-Cyran. – Cause immédiate : livre du Père Seguenot. – Agonie au Donjon et secours — Brûlement de papiers. — M. Le Maître et Laubardemont — Les solitaires à la Ferté-Milon ; leur retour à Port-Royal des Champs. — Interrogatoire de M. de Saint-Cyran. — Témoignage de Vincent de Paul. – Dissidence des pensées ; charité des cœurs.

APPENDICE.



FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.

TABLE DES MATIÈRES.


LIVRE DEUXIÈME

LE PORT-ROYAL DE M. DE SAINT-CYRAN.

(suite.)
VII, pages 5 et suiv.


Le prisonnier directeur. — Antoine Arnauld, disciple de Saint-Cyran ; ses débuts. — Passion et vocation doctorales. — Délivrance de M. de Saint-Cyran. — Sa visite à Port-Royal de Paris, — à Port-Royal des Champs. — Entretien avec M. Le Maître sur les livres, sur la science, sur les enfants. — Théorie littéraire janséniste. — Balzac et les Académistes.

VIII, pages 45 et suiv.

Application à ce temps-ci. — Balzac et M. de Saint-Cyran. — Lettre emphatique. — Scène du miroir. — Balzac et Richelieu. — Existence littéraire de Balzac. — Succès, querelles. — Hyperbole. — Relation de Balzac avec la famille Arnauld et avec Port-Royal. — Sa conversion et sa mort.

IX, pages 74 et suiv.

Suite de Balzac. — Le Socrate chrétien. — Retz et Balzac. — Espèce de grandeur de celui-ci. — Jugements et témoignages. — De la rhétorique et de la poétique à Port-Royal. — De l’art et du goût dans l’ordre chrétien.


X, pages 92 et suiv.

L’Augustinus de Jansénius. — Premier effet produit ; fortune du livre. — Les cinq Propositions : y sont-elles ? — Le chevalier de Grammont et mademoiselle Hamilton. — Examen de l’ Augustinus. — Première partie sur les Pélagiens, — sur les Semi-Pélagiens. — Questions éternelles. — Descartes et Jansénius. — Méthode de celui-ci : ses prolégomènes sur la raison et l’autorité.Essai sur l’Indifférence. — Méthode de charité.

XI, pages 124 et suiv.

Suite de l’Augustinus. — Saint Augustin au lieu d’Aristote. — Est-il infaillible sur la Grâce ? — A-t-il innové en son temps ? — Témoignages catholiques en divers sens. — Livre de l’Augustinus sur Adam et les Anges avant la Chute. — L’Adam de Jansénius et celui de Milton. — Liberté dans Éden. — Chute, volonté viciée, racine de concupiscence. — Jansénius et La Rochefoucauld — Jansénius et les décrets des Papes. — l’Augustinus dénoncé en Sorbonne. — Le docteur Cornet et Bossuet. — Bourdaloue. — Fleury et les Gallicans. — Un mot encore, par l’Augustinus, sur le goût littéraire ; si ce goût tient à la concupiscence ? — Le Père Bouhours dit que non.

XII, pages 165 et suiv.

Du livre de la Fréquente Communion. — Son origine. — Effet produit. — Arnauld réformateur en style théologique. — In- complet comme écrivain ; excès logique. — Pourquoi on ne le lit plus — De la doctrine de la Fréquente Communion. — Parallèle de saint Charles Borromée et de saint François de Sales — Sermons du Père Nouet. — Amende honorable. — Le Père Petau ; Raconis ; M. le Prince. — Ordre de départ d’Arnauld pour Rome. — Sa retraite. — M. Bourgeois, député près le Saint-Office. — Absolution de la Fréquente Communion. — Triomphe des doctrines ; Bourdaloue sur le petit nombre des Élus.

XIII, pages 193 et suiv.

Dernier temps de M. de Saint-Cyran. — Son ouvrage contre le Calvinisme. — Port-Royal en face des Protestants. — Mort de Louis XIII. — Port-Royal à l’égard des rois. — Théologie familière de M. de Saint-Cyran ; dernières tracasseries. — Sa sentence sur les faibles. — Sa mort. — Son enterrement. — Madame Marie de Gonzague. — Madame de Sablé. — M. de Barcos, abbé de Saint-Cyran : héritier et disciple direct. — Son portrait.

XIV, pages 224 et suiv.

Recrue de solitaires. — M. Victor Pallu. — La famille Du Fossé. — Haute bourgeoisie de Port-Royal. — M. de La Rivière. — M. de La Petitière. — Déclaration de M. Le Maître. — L’évêque de Bazas. — M. Manguelen, directeur préposé par M. Singlin. — Belle scène de nuit. — Fontaine et ses Mémoires. — Le jeune Lindo. — Retraite de M. d’Andilly.

XV, pages 250 et suiv.

Mémoires de d’Andilly. — Ses débuts ; ses charges. — Ses passetemps à Pomponne ; mascarade de madame de Rambouillet. — Propos divers. — Il répond à une calomnie du président de Gramond. — Son arrivée à Port-Royal. — Assainissement ; dépense. — Poires et pavies. — Visites et relations. — Littérature Louis XIII ; Gomberville, Godeau. — La Clélie. — Mademoiselle à Port-Royal ; — à Saint-Jean-de-Luz. — M. d’Andilly écrivain. — Il refuse l’Académie. — Ses vers sacrés. — Sa prose ; les Pères des Déserts.

XVI, pages 288 et suiv.
Congé pris de M. d’Andilly. — Nouveaux arrivants. — M. dePontis ; M. de Saint-Gilles ; l’abbé de Pontchâteau. — MM. de Bagnols et de Bernières, serviteurs au dehors. — Le monastère de Paris ; changement de scapulaire. — Madame d’Aumont. — Retour de la mère Angélique aux Champs ; allégresse. — Guerres de la Fronde. — Misère et charité. — Le duc de Luines et sa sainte épouse. — Système de Descartes ; débauches d’esprit à Vaumurier.


XVII, pages 322 et suiv.
M. de Saci. — Son enfance. — Ses premiers vers. — Différences avec Arnauld. — Genre de beauté ; trait distinctif. — Direction toute fondée et appuyée à l’Écriture-Sainte. — Finesse et grâce. — Sa seule erreur, les Enluminures. — Retranchement et sobriété. — Méthode d’esprit et sourire.


XVIII, pages 342 et suiv.
Suite de M. de Saci. — Divers temps de Port-Royal. — M. de Saci arrêté. — Deux ans de Bastille. — Sorte de bonheur. — Le dais du Saint-Sacrement. — Égalité d’âme ; délivrance. — Nouveau-Testament de Mons. — De la divulgation des Écritures ; censures, entraves. — Bible de Saci. — Style mitoyen ; trop d’élégance. — Dernier entretien de M. de Saci avec Fontaine. — Mort, funérailles ; contre-coups funèbres.


LIVRE TROISIÈME

PASCAL


I, pages 379 et suiv.


Apparition de Pascal parmi les solitaires. — Entretien avec M. de Saci. — Épictète et Montaigne devant saint Augustin. — Abondance et verve de Pascal. — Répliques de M. de Saci. — Beauté du dialogue ; — étendue et portée. — Platon, Xénophon.


II, pages 395 et suiv.


Montaigne à la barre de Port-Royal ; — moins heureux que Descartes. — Jugement sur lui : Nicole ; la Logique. — Page fulminante. — Contagion des Confessions. — Clef de la sentence janséniste : Montaigne l’homme naturel. — Le Montaigne en chacun. — Il est partout, hors en Port-Royal. — Seul point commun, contre la Scolastique. — Montaigne aussi hors du milieu.


III, pages 425 et suiv.


Suite de Montaigne ; arrière-fond. — De ces mots qui jugent. — Sur le repentir. — Sur l’immortalité ; que l’esprit est un traître — Son chapitre capital, Apologie de Raimond Sebond. — Dogmatisme latent ; tactique. — Labyrinthe et but. — Style d’enchanteur. — Langue individuelle, — Postérité ; influence. — Convoi idéal de Montaigne. — Les funérailles encore de M. de Saci.


IV, pages 454 et suiv.


Pascal ; sa famille ; ses origines. — Éducation sous son père. — Forme d’esprit ; vocation. — La trente-deuxième Proposition
d’Euclide. — Poinçon de vérité. — Machine arithmétique. — Jacqueline, sœur de Pascal. — Elle fait des vers ; comédie d’enfants devant Richelieu. — Les Pascal à Rouen. — Expériences sur le Vide ; première prise avec les Jésuites. — Accident du père : conversion de la famille. — Page de Jansénius à l’adresse de Pascal. — Maladie et infirmité.


V, pages 483 et suiv.


Pascal malade à Paris avec sa sœur. — Premières relations avec Port-Royal. — Jacqueline veut être religieuse. — Veto du père. — Séjour à Clermont ; Correspondance avec la mère Agnès. — Mort de M. Pascal ; veto du frère. — Chicane et humeur. — Angoisses de la sœur Sainte-Euphémie ; drame intime. — Admirables paroles de la mère Angélique. — Pascal au parloir. — Le pont de Neuilly, et le sermon de M. Singlin. — Pascal au désert. — Le duc de Roannès, et M. Domat.


APPENDICE.


 576


TABLE DES MATIÈRES.

LIVRE TROISIÈME.

PASCAL (SUITE).


VI, pages 7 et suiv.


Situation extérieure à la veille des Provinciales. — Les cinq Propositions déférées à Rome. — Innocent X. — Avocats pour et contre. — Le docteur Saint-Amour ; son portrait par Brienne. — Audience solennelle : compliments et condamnation. — La Bulle en France ; Mazarin. — Le Formulaire. — Affaire d’Arnauld à la Faculté. — Assemblées religieuses ; Assemblées politiques. — Une Chambre de 1815 en Sorbonne. — Arnauld rayé comme indigne. — Pascal survient à son aide ; bataille regagnée. — Année 1656, seconde époque.


VII, pages 41 et suiv.


À qui vint l’idée des Provinciales. — Anecdote de Perrault. — Première Lettre. — Style nouveau. — Critiques grammaticales du Père Daniel. — Ton comique et jeu. — Détails du succès ; le Chancelier saigné. — Margotin et le président de Bellièvre. — M. de Saint-Gilles et ses expédients. — Chiffres de la vente ; chiffre du tirage. — Chronique secrète. — Seconde Lettre ; le sérieux commence. — Pascal se loue lui-même. — Il raille l’Académie. —
Troisième Lettre. — Échec au Docteur. — Les Jansénistes du monde. — Mademoiselle d’Aumale et le conseiller Benoise.


VIII, pages 73 et suiv.


Dix-septième et dix-huitième Provinciales rapprochées des trois premières ; ces cinq Lettres prises à part. — Pascal jésuitique sur un point, — inexact sur quelques autres. — Sa grande variation sur la méthode de défense. — Il se rapproche finalement de Saint-Cyran. — Sa pensée sur Rome et sur le sens des Bulles. — En guerre là-dessus avec Arnauld. — Réponses ultra-logiques de celui-ci. — Position fausse d’Arnauld et du Jansénisme : — les Protestants la jugent du dehors ; — Pascal la dénonce du dedans. — Indépendance absolue du Pascal des Pensées ; hardiesse suprême.


IX, pages 98 et suiv.


Les Provinciales à partir de la quatrième ; revanche sur la Bulle. — Conseils en sens divers ; la lecture d’Escobar décide Pascal. — Génie de celui-ci ; ses limites ; — moral avant tout. — Le Père Casuiste des Provinciales ; Alain du Lutrin. — Pascal semi-dramatique, art du dialogue. — Critiques littéraires du Père Daniel ; elles portent peu. — Adresses et finesses véritables. — Le pistolet du Casuiste. — Instant où le jeu cesse. — Une qualité absente chez Pascal.


X, pages 122 et suiv.


Examen du fond. — Quelques citations inexactes. — Filliucius, sur l’exemption du jeûne. — Procédé de Pascal en citant. — Réponses des Jésuites en partie fondées. — Page émue du Père Daniel. — Pascal a pourtant raison ; comment cela ? — Les Jésuites Gouvernement ; machiavélisme. — Escobar pris comme verre grossissant. — Coup d’œil sur les débuts de la Société. — Saint Ignace et saint François-Xavier selon le Père Bouhours. — Esprit jésuitique ; — une fois connu, à jamais reconnaissable. — Colère généreuse.


XI, pages 146 et suiv.


Les Provinciales depuis la dixième ; vigueur croissante. — Tous les éloges justifiés. — Une réserve en faveur de Démosthène. — Épisode de la Sainte-Épine. — Retour au monastère. — Lettre de la mère Angélique à Arnauld. — Celui-ci poursuivi et caché ; soin touchant. — Les solitaires menacés. — Belle défense de M. d’Andilly : — diplomatie et gloriole. — Lettres de la mère
Angélique à la Reine de Pologne : — Naïveté et grandeur. — Le lieutenant de police Daubray à Port-Royal des Champs. — Espiègleries et malices des saints. — Le reliquaire à Port-Royal de Paris, — Marguerite et Margot.


XII, pages 173 et suiv.


Suite du miracle de la Sainte-Épine ; aperçu d’explication physique. — Gui Patin sur la valeur des témoignages. — Faux air d’authenticité. — Les miracles à la suite. — Impression sur Pascal. — Son vrai cachet restitué. — Répit donné à Port-Royal. — Digression sur Retz. — Dernier mot sur ses relations avec Port-Royal. — M. de Saint-Gilles à Paris et à Rotterdam. — Conclusion sur la Sainte-Épine. — Marguerite Périer et Massillon.


XIII, pages 201 et suiv.


Divers jugements sur les Provinciales. — Conséquences qu’elles eurent dans l’ordre théologique et dans le monde. — Conséquences théologiques. — Requête des Curés contre les Casuistes. — Pascal secrétaire des Curés. — Montalte-Wendrock; Arrêt du Conseil. — Le livre brûlé ; les conclusions triomphantes. — Assemblée du Clergé de 1700. — Les Jésuites chassés en 1764. — Essais de réfutation ; Bussy-Rabutin. — Le Père Daniel. — Le comte Joseph de Maistre.


XIV, pages 229 et suiv.


Du livre de l’Église gallicane. — Procès criminel au Jansénisme. — Madame de Sévigné témoin à charge ; citations tronquées. — Hobbes et Jansénius. — En quoi certaines philosophies accostent nécessairement le Christianisme. — Caractère de Joseph de Maistre ; son rôle singulier. — Son assaut contre Port-Royal. — Verve, excès crescendo d’injures. — Belle humeur et légèreté. — Voltaire plus pieux que de Maistre. — Port-Royal jugé par La Mennais.


XV, pages 259 et suiv.


Conséquences morales des Provinciales. — De la morale dite des honnêtes gens ; — divers temps de sa formation ; — Molière après Pascal, — Le Tartufe dans un salon janséniste. — Caractère de Molière ; — en quoi supérieur à Montaigne. — Molière plus triste que Pascal. — Idée d’un entretien entre tous les deux.


XVI, pages 280 et suiv.


Suite du Tartufe. — Cabale et interdiction. — Grand moment de 1669. — Le Casuiste dans Tartufe. — Dévotion aisée, et direction d’intention. — De la religion de Cléante. — L'Onuphre de La Bruyère ; — ce qu’il est au Tartufe. — La peinture à l’huile et la fresque. — La poétique de Molière. — Sa muse comique ou Dorine. — Son style. — Anathèmes de la Chaire. — Etat vrai de la croyance sous Louis XIV. — Bossuet et Molière. — Des discordes entre grands hommes ; rêve d’un Elysée.


XVII, pages 312 et suiv.


Dernières années de Pascal depuis 1657. — Son grand ouvrage sur la Religion. — La Roulette. — Ascétisme et sainteté. — Des pratiques excessives. — Véritable esprit de la discipline à Port-Royal. — Sentiment de Pascal sur la maladie. — Lettre de Pline. — Encore Montaigne. — Les deux solitudes avec leurs fruits. — Pascal et les pauvres.


XVIII, pages 333 et suiv.


D’un chapitre à écrire sur Pascal. — Des formes diverses de Sainteté. — La Sœur de Sainte-Euphémie ; — scrupules et angoisses sur la Signature ; — admirable lettre ; — mort. — Pascal fidèle à l’esprit de sa sœur. — Sublime évanouissement. — Les deux grandeurs morales. — Sœurs plus grandes que les frères. — Anecdote de l'abime. — Voltaire et Leibniz. — Bayle et Saint-Cyran — Derniers moments et mort de Pascal.


XIX, pages 371 et suiv.


Du livre des Pensées. — Travail et difficulté de l’édition ; — rôle de chacun ; — esprit véritable qui préside. — Que devient notre pensée après nous ? — Singulier propos de Nicole sur Pascal. — D’autres éditeurs auraient-ils fait mieux ? — Succès du livre. — A-t-il manqué de certains suffrages ?


XX, pages 394 et suiv.


Suite des éditions. — Attaques et réaction contre les Pensées. — Le Père Hardouin ; Voltaire. — M. Boullier, défenseur de Pascal. — Caractère de cette apologie. — Édition de Condorcet. — Réaction nouvelle de 1802. — Résultat net de la critique moderne. — État présent de la question.


XXI, pages 418 et suiv.


Conversation de Pascal. — Son plan ressaisi. — Préambule et méthode ; — opposée à celle de Descartes. — Entrée en matière : — 1° l’homme devant la nature. — L’homme en lui-même. — Le moi. — L’homme dans la société. — Où est le droit naturel ? — Des opinions populaires. — Incertitude universelle ; — angoisse. — 2° L’homme en quête du salut. — Les philosophies. — Les religions. — La Religion. — Le Peuple juif et l’Écriture. — Les Miracles et les Prophéties. — Jésus-Christ. — La Charité. — Jugement final sur la composition et sur le style.



LIVRE QUATRIÈME.

ÉCOLES DE PORT-ROYAL.


I, pages 467 et suiv.


Entière destruction des Écoles. — Résumé de leur histoire. Origine ; installation ; vicissitudes. — Esprit de cette éducation. — Idée chrétienne de l’enfance. — Milieu entre les Collèges et l’éducation domestique. — Du plus ou moins d’émulation. — Saint-Cyran et le monde moderne.


II, pages 501 et suiv.


Suite des Écoles. — Physionomie morale. — Des livres classiques de Port-Royal ; liste des principaux. — Caractère littéraire de l’enseignement. — Idée d’un Cours d’études. — Le latin et le grec. — Rôle exact de ces Messieurs. — Quelques critiques après l’éloge. — Le Père Labbe. — Le Père Vavassor. — Côté faible et défauts.



III, pages 534 et suiv.


Grammaire générale. — Sa nouveauté ; caractère original. — En quoi Port-Royal se distingue de l’Académie. — Quelques objections. — La Logique. — Esprit du livre ; voie moyenne. — Le bon sens. — L’indépendance. — La modestie. — Élévation finale. — Ce que pourrait être une Logique aujourd’hui.


IV, pages 558 et suiv.


Des principaux maîtres. — Lancelot ; — ses relations avec Chapelain. — Projet de Grammaire françoise. — M. Walon de Beaupuis. — Thomas Guyot. — Coustel. — Des principaux élèves. — Les fidèles, et ceux qui le furent moins. — Sur M. d’Aubigny. — De l’homme aimable au dix-septième siècle
.
APPENDICE.
FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.

Typographie L. Lahure, rue de Fleurus, 9, à Paris.