Ouvrir le menu principal

Poésie nouvelles (Tastu)/La jeune Fille, de Gil Vicente

Didier, Libraire-Éditeur (p. 151-153).



LA JEUNE FILLE,


De Gil Dicente.
LA DONCELLA.


¡ Muy graciosa es la Doncella !
¡ Como es hermosa y bella !

¿ Digas tu, el Marinero,
¿ Digas tu, el Caballero,
Que en las naves vivias,
Que las armas vestias
Si la nave o la vela
Si el caballo, o las armas,
Ô la estrella es tan bella ?
Ô la guerra es tan bella ?

¿ Digas tu, el Pastorcito,
Que el ganadico guardas,
Si el ganado, o los valles,
Ô la tierra es tan bella ?

¡ Muy graciosa es la Doncella !
¡ Como es hermosa y bella !

LA JEUNE FILLE.


Qu’elle est gracieuse et belle !
Est-il rien d’aussi beau qu’elle ?

Me diras-tu, matelot,
Sur ta galère fidèle,
Si la galère, ou le flot,
Ou l’étoile est aussi belle ?

Me diras-tu, chevalier,
Toi dont l’épée étincelle,
Si l’épée, ou le coursier,
Ou la guerre est aussi belle ?

Me diras-tu, pastoureau,
En paissant l’agneau qui bêle,
Si la montagne, ou l’agneau,
Ou la plaine est aussi belle ?

Qu’elle est gracieuse et belle !
Est-il rien d’aussi beau qu’elle ?