Ouvrir le menu principal

Le Parnasse contemporain/1869/Paysage nocturne

Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsII. 1869-1871 (p. 190).


PAYSAGE NOCTURNE


Tout dort. Les ponts avec le gaz de leurs lanternes
Se reflètent dans l’eau profonde. Entre les quais
Voguent péniblement des bateaux remorqués,
Et voici l’Hôtel-Dieu que flanquent des casernes.

Voyez, se découpant sur les nuages ternes,
Un vague entassement d’édifices tronqués,
De vieux donjons pareils à des géants masqués,
D’ogives, de créneaux, de grilles, de poternes.

C’est l’antique Palais de Justice, décor
Noir, la Tour de l’Horloge & la flèche aux fleurs d’or
De la Sainte-Chapelle ; & cette ombre qui perce

L’ombre nocturne, c’est, ô cruelle Thémis !
Le dôme du nouveau Tribunal de Commerce,
Champignon monstrueux qui flâne entre deux lis !