Ouvrir le menu principal


Chapitre 18Modifier

Comment ung grand clerc de Angleterre vouloit arguer contre Pantagruel, & fut vaincu par Panurge.

En ces mesmes iours ung grandissime clerc nommé Thaumaste ouyant le bruyt & renommée du sçavoir incomparable de Pantagruel vint du pays de Angleterre en ceste seule intention de veoir icelluy Pantagruel & le congnoistre, & esprouver si tel estoit son sçavoir comme en estoit la renommée. Et de faict arrivé à Paris se transporta vers l'hostel dudict Pantagruel qui estoit logé à l'hostel sainct Denys, & pour lors se pourmenoit par le iardin avecques Panurge, philosophant à la mode des Peripateticques. Et de premiere entrée le voyant tressaillit tout de peur, le voyant si grand & si gros: puis le salua, comme est la façon, courtoysement luy disant :

“ Bien vray est il ce que dit Platon le prince des philosophes, que si l'ymage de science & sapience estoit corporelle & spectable es yeulx des humains, elle exciteroit tout le monde en admiration de foy. Car seulement le bruyt d'icelle espandu par l'air, s'il est receu es oreilles des studieux et amateurs d'icelle, qu'on nomme Philosophes, ne les laisse dormir ny reposer à leur ayse, tant les stimule & embrase de acourir au lieu, & veoir la personne, en qui est dicte science avoir estably son temple, et depromer les oracles. Comme il nous feut manifestement demonstré en la Reyne de Saba, qui vint des limites d'Orient & mer Persicque pour veoir l'ordre de la maison du saige Salomon & ouyr sa sapience. En Anatharsis qui de Scythie alla iusques en Athenes pour veoir Solon. En Pythagoras, qui visita les Vaticinateurs Memphiticques. En Platon qui visita les Mages de Egypte & Architas de Tarente, & en Apollonius Tyraneus qui alla iusques au mont Caucasus, passa les Scythes, les Massagetes, les Indiens, transfeta le vaste fleuve de Physon, iusques es Brachmanes, pour veoir Hiarchas. Et en Babyloine, Chaldée, Mede, Assyrie, Parthie, Syrie, Phoenice, Arabie, Palestine, Alexandrie, iusques en Ethipie, pour veoir les Gymnosophistes.

Pareil exemple avons nous de Tite Live, pour lequel veoir et ouyr plusieurs gens studieux vindrent en Rome, des fins limitrophes de France & Hespaigne.

Je ne me ause pas recenser au nombre & ordre de ces gens tant parfaictz: mais bien ie veulx estre dit studieux, & amateur, non seulement des letres, mais aussi des gens letrez.

Et de faict ouyant le bruyt de ton sçavoir tant inestimable, ay delaissé pays, parens, maison, & me suis icy transporté, riens ne estimant la longueur du chemin, l'attediation de la mer, la nouveaulté des contrées, pour seullement te veoir, & conferer avecques toy d'aulcuns passaiges de Philosophie, de Magie, de Alkymie, & de Caballe, desquelz ie doubte, & ne m'en puis contenter mon esprit, lesquelz si tu me peulx souldre, ie me rens des à present ton esclave moy & toute ma posterité: car aultre don ne ay ie que assez ie estimasse pour la recompense.

Je les redigeray par escript et demain le feray assavoir à tous les gens sçavans de la ville, affin que devant eulx publicquement nous en disputons.

Mais voicy la maniere comment ientens que nous disputerons. Ie ne veulx point disputer, pro et contra, comme font ces folz sophistes de ceste ville & d'ailleurs. Semblablement ie ne veulx point discuter en la maniere des Academicques par declamations, ny aussi par nombres, comme faisoit Pythagoras, & comme voulut faire Picus Mirandula à Rome. Mais ie veulx disputer par signes seulement, sans parler: car les matieres sont tant ardues que les parolles humaines ne seroient suffisantes à les explicquer à mon plaisir.

Par ce il plaira à ta magnificence de soy y trouver, ce sera en la grande salle de Navarre à sept heures de matin. ”

Ces parolles achevées, Pantagruel luy dist honnorablement. Seigneur, des graces que Dieu m'a donné, Ie ne vouldroys denier à nully en departir à mon povoir: car tout bien vient de luy de lassus, & son plaisir est que soit multiplié quand on se trouve entre gens dignes ydoines de recepvoir ceste celeste manne de honneste sçavoir. Au nombre desquelz par ce que en ce temps, comme ià bien apperçoy, tu tiens le premier ranc. Ie te notifie que à toutes heures tu me trouveras prest à obtemperer à une chascune de tes requestes, selon mon petit povoir. Combien que plus de toy ie deusse apprendre que toy de moy, mais comme as protesté nous confererons de tes doubtes ensemble, et en chercherons la resolution, dont il la fault trouver toy à moy. Et loue grandement la maniere d'arguer que as proposée, c'est assavoir par signes sans parler: car ce faisant toy & moy, nous nous entendrons, & serons hors de ces frappemens de mains, que font ces sophistes quand on argue: alors qu'on est au bon de l'argument. Or demain ie ne fauldray à me trouver au lieu et heure que me as assigné: mais ie te pry que entre nous n'y ait point de tumulte, & que ne cherchons point l'honneur ny applausement des hommes, mais la serenité seule.

A quoy respondit Thaumaste, Seigneur: dieu te maintienne en sa grace te remerciant de ce que ta haulte magnificence tant se veult condescendre à ma petite vilité. Or a dieu iusques à demain. A dieu dist Pantagruel.

Messieurs vous aultres qui lisez ce present escript, ne pensez pas que iamais il y eut de gens plus elevez & transportez en pensée, que furent tout celle nuyct, tant Thaumaste que Pantagruel. Car ledict Thaumaste dist au concierge de l'hostel de Cluny, auquel il estoit logé, que de sa vie ne s'estoit trouvé tant alteré comme il estoit celle nuyct. Il m'est (disoit il) advis que Pantagruel me tient à la gorge: donnez ordre que beuvons ie vous prie [, et faictes tant que ayons de l'eaue fresche pour me guarguariser le palat]. De l'aultre cousté Pantagruel entra en la haulte game & de toute la nuyct ne faisoit que ravasser apres le livre de Beda de numeris & signis, & le livre de Plotin de inenarrabilibus, & le livre de Proclus de magia, & les livres de Artemidoras perionirocriticon, de Anaxagoras peri semion, Dynarius peri aphaton, & les livres de Philistion, & Hipponax peri anecphoneton, ung tas d'aultres, tant que Panurge luy dist, Seigneur laissez toutes ces pensées & vous allez coucher: car ie vous sens tant esmeu en voz espritz, que bien tost tomberiez en quelque fiebvre ephemere par c'est exces de pensement: mais premier beuvant vingt & cinq ou trente bonnes foys retirez vous et dormez à votre aise, car de matin ie respondray et argueray contre monsieur l'Angloys, & au cas que ie ne le mette ad meta non loui, dictes mal de moy, dont dist Pantagruel.

Voire mais mon amy Panurge, il est merveilleusement sçavant, comment luy pourras tu satisfaire?

Tresbien, respondit Panurge, Ie vous pry n'en parlez plus, et m'en laissez faire, y a il homme tant sçavant que sont les diables?

Non vrayement dist Pantagruel, sans grace divine speciale.

Et toutesfoys, dist Panurge, iay argué maintesfoys contre eulx, et les ay faictz quinaulx et mys de cul. Par ce soyez asseuré de cet Angloys, que ie vous le feray demain chier vinaigre devant tout le monde.

Ainsi passa la nuyct Panurge à chopiner avecques les paiges et iouer toutes les aiguillettes de ses chausses à primus & secundus, ou à la vergette. Et quand ce vint à l'heure assignée il conduysit son maistre Pantagruel au lieu constitué. Et hardiment qu'il n'y eut petit ny grand dedans Paris qu'il ne se trouvast au lieu: pensant, ce diable de Pantagruel, qui a convaincu tous les Sorbonicoles, à cest heure aura son vin, acr cest Angloys est ung aultre diable de Vauvert, nous verrons qui en gaignera. Ainsi tout le monde assemblé, Thaumaste les attendoit. Et lors que Pantagruel & Panurge arriverent à la salle, tous ces grymaulx, artiens, & intrans commencerent à frapper des mains, comme est leur badaude coustume, mais Pantagruel s'escrya à haulte voix, comme si ce eust esté le son d'ung double canon, disant.

Paix de par le le diable paix, par dieu coquins si vous me tabustez icy, ie vous coupperay la teste à trestous.

A laquelle parolle ilz demourent tous estonnez comme cannes, & ne osoient seulement tousser, voire eussent ilz mangé quinze livres de plume. Et feurent tant alterez de ceste seule voix qu'ilz tiroient la langue demy pied hors de la gueule: comme si Pantagruel leur eust gorge sallé.

Lors commença Panurge à parler disant à l'Angloys. Seigneur tu es icy venu pour disputer contentieusement de ces propositions que tu as mis, ou bien pour apprendre & en sçavoir la verité?

A quoy respondit Thaumaste. Seigneur, aultre chose ne me ameine sinon bon desir de apprendre & sçavoir ce, dont iay doubté toute ma vie, & n'ay trouvé ny livre ny homme qui me ayt contenté en la resolution des doubtes que iay proposez. Et au regard de disputer par contention, ie ne le veulx faire, aussi est ce chose trop vile, et la laisse à ces maraulx de Sophistes.

Doncques dist Panurge, si moy qui suis petit disciple de mon maistre monsieur Pantagruel, te contente & te satisfoys en tout et par tout, ce seroit chose indigne d'en empescher mondict maistre, par ce mieulx vauldra qu'il soit cathedrant, iugeant de noz propos, & te contentent au parsus, s'il te semble que ie ne aye satisfaict à ton studieux desir.

Vrayement, dist Thaumaste, c'est tresbien dit. Commence doncques.


Or notez, que Panurge avoit mis au bout de sa longue braguette ung beau floc de soye rouge, blanche, verte, & bleue, & dedans avoit mis une belle pomme d'orange. Adoncques tout le monde assistant & speculant en bonne silence, Panurge sans mot dire, leva les mains, & en feit ung tel signe: car de la main gauche il ioignit l'ongle du doigt indice à l'ongle du pouce, feisant au meillieu de la distance comme une boucle, & de la main dextre ferroit tous les doigts au poing, excepté le doigt indice, lequel il mettoit & tiroit souvent par entre les deux aultres susdictz de la main gauche, puis de la dextre estendoit le doigt indice & le meillieu, les esloignant le mieulx qu'il povoit, et les tirant vers Thaumaste: et puis mettoit le poulce de la main gauche sur l'anglet de l'oeil gauche estendant toute la main comme une aesle d'oyseau, ou une pinne de poisson, et la meuvanrt bien mignonnement deça & delà, et autant en faisoit de la dextre sur l'anglet de l'oeil dextre: & ce dura bien par l'espace d'ung bon quart d'heure.

Dont Thaumaste commença à paslir & trembler, & luy fit tel signe, que de la main dextre, il frappa du doigt meillieu contre le muscle de la vole, qui est au dessoubz le pouce, et puis mis le doigt indice de la dextre en pareille boucle de la fenestre: mais il le mist par dessoubz, non par dessus, comme faisoit Panurge.

Adoncques Panurge frappe la main l'une contre l'aultre, et souffle en paulme, & ce faict met encores le doigt indice de la dextre en la boucle de la gauche le tirant & mettant souvent: & puis esten,dit le menton regardant intensement Thaumaste, dont le monde qui n'entendoit riens à ces signes, entendit bien qu'en ce il demandoit, sans dire mot, à Thaumaste que voulez vous dire là?

Et de faict Thaumaste commença à suer grosses gouttes, et sembloit bien un homme qui estoit ravy en haulte contemplation. Puis se advisa, & mist tous les ongles de la gauche contre ceulx de la dextre, ouvrant les doigts, comme si ce eussent esté demys cercles, & elevoit tant qu'il povoit les mains en ce signe. A quoy Panurge soubdain mist le poulce de la main dextre soubz les mandibules, & le doigt auriculaire d'icelle en la boucle de la main gauche, & en ce point faisoit sonner les dentz bien melodieusement les basses contre les haultes.

Dont Thaumaste de grand ahan se leva, mais en se levant il fist ung gros pet de boulangier: car le bran vint apres, & puoit comme tous les diables, & les assistans commencerent à se estouper les nez: car il se conchioit de angustie, puis leva la main dextre la clouant en telle façon, qu'il assembloit les boutz de tous les doigts ensemble, & la main gauche assist toute plaine sur la poictrine.

A quoy Panurge tira la longue braguette avecques son floc, qu'il estendit d'une couldé et demie, & la tenoit en l'air de la main gauche, & de la dextre print la pomme d'orange, et la gettant en l'air par sept foys, la huytieme la cacha au poing de la main dextre, la tenant en hault tout coy, et puis commença à secouer sa belle braguette, en la monstrant à Thaumaste.

Apres cella Thaumaste commença à enfler les deux ioues comme ung cornemuseur & souffler, comme s'il enfloit une vessie de porc.

A quoy Panurge mist ung doigt de la gauche au trou du cul, & de la bouche tiroit l'air comme quand on mangeve des huytres en escalle, ou quand l'on hume sa souppe, & ce faict ouvre quelque peu la bouche, et avecques le plat de la main dextre en frappoit dessus, faisant en ce ung gran son et parfond, comme s'il tenoit de la superficie du diaphragme par la trachée artere: & le feit par seize foys.

Mais Thaumaste, souffloit tousiours comme une oye. Adoncques Panurge mist le doigt indice de la dextre dedans la bouche, le ferrant bien fort avecques les muscles de la bouche, et puis le tiroit & le tirant faisoit ung grand son, comme quand les petits garsons tirent d'ung canon de seux avecques belles rabbes, & le fist par neuf foys.

A quoy Thaumaste s'escrya. Ha messieurs, le grand secret, & puis tira ung poignard qu'il avoit, le tenant par la poincte contre bas.

A quoy Panurge print sa longue braguette, & la secouoit tant qu'il povoit contre ses cuisses, & puis mist ses deux mains lyéez en forme de peigne, sur la teste, tirant la langue tant qu'il povoit, et tournant les yeulx en la teste, comme une chievre qui se meurt.

Ha ientends, dist Thaumaste, mais quoy? faisant tel signe, qu'il mettoit le manche de son poignard contre la poictrine, et sur la pointe mettoit le plat de la main en retournant quelque peu le bout des doigts.

A quoy Panurge baissa la teste du cousté gauche et mist le doigt meillieu en l'oreille dextre, elevant le poulce contre mont. Et puis croisa les deux bras sur la poictrine, toussant par cinq foys, & à la cinquiesme frappant du pied droit contre terre, & puis leva le bras gauche, & ferrant tous les doigtz au poin, tenoit le poulce contre le front, frappant de la main dextre par six fois contre la poictrine.

Mais Thaumaste, comme non content de ce, mist le poulse de la gauche sur le bout du nez, fermant la reste de ladicte main.

Dont Panurge mist les deux maistres doigtz à chascun cousté de la bouche, le retirant tant qu'il pouvoit et monstrant toutes ses dentz, et des deux poulses rabaissoit les paulpiers des yeulx bien parfondement, en faisant assez layde grimace, selon que sembloit es assistans.