Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Ton sang a le parfum angélique des sèves :
Oh ! quitte le foyer où frissonne l’aïeul,
Vierge, il ne fait pas froid dans l’église du Rêve,
Où — cierges éperdus — s’allument les glaïeuls !

(Vers dorés.)