Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





EMMANUEL SIGNORET





Bibliographie. — Le Livre de l’Amitié (Mirzaël et Myrtil), poèmes en vers et en prose (Vanier, Paris, 1891) ; — Ode à Paul Verlaine (Vanier, Paris, 1892) ; — Daphné, poèmes (Bibliothèque Artistique et Littéraire, Paris, 1894) ; — Vers Dorés (Bibliothèque Artistique et Littéraire, Paris, 1896) ; — La Souffrance des Eaux, première partie, suivie du Premier Livre des Sonnets, de trois Elégies et de cinq poèmes, ouvrage couronné par l’Académie française (Bibliothèque Artistique et Littéraire, Paris, 1899) ; — Vers et Prose (Le Saint-Graal, Puget-Théniers, Cannes, 1899) ; — Le Tombeau de Stéphane Mallarmé, poème (Bibliothèque du Saint-Graal, Cannes, 1899) ; — Le Premier Livre des Elégies (Bibliothèque du Saint-Graal, Cannes, 1900).

Emmanuel Signoret a collaboré au Saint-Graal, etc.

Emmanuel Signoret, né à Lançon (Bouches-du-Rhône) le 14 mars 1872, mort le 20 décembre 1900, passa son enfance au village natal. « Un long séjour à Aix-en-Provence, où il fit ses études, et de nombreux voyages en Italie (de 1896 à 1899) entretinrent en lui une exaltation qui forme en quelque sorte le caractère de son talent. Il vint à Paris, et, avide de gloire, ambitieux d’amitiés célèbres, se mêla fiévreusement à tous les groupements. Les petites revues l’accueillirent, et il fonda, en janvier 1890, le Saint-Graal, périodique qu’il rédigea seul et où furent recueillies la plupart de ses productions.

« Emmanuel Signoret a publié plusieurs volumes de vers. L’un d’eux, La Souffrance des Eaux, a été remarqué par l’Académie française, qui a couronné son auteur en 1899. » (Adolphe van Bever, Poètes d’Aujourd’hui.)

Emmanuel Signoret est un lyrique puissant ; il possède la fougue et la splendeur.