Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/561

Cette page n’a pas encore été corrigée



ONDÉE PRINTANIÈRE

Il pleut gaîment, dans le soleil,
Il pleut sur les feuilles rieuses,
Il pleut sur les fleurs en éveil ;
Il pleut gaîment, dans le soleil,
Sur les chemins bordés d’yeuses…

Il pleut, et c’est, dans le lointain,
Une fête multicolore
Où tintent des sons argentins ;
Il pleut, et c’est, dans le lointain,
Une fête que le ciel dore…

Il pleut gaîment, dans le soleil,
Il pleut, et les gouttes murmurent
Les fièvres des midis vermeils ;
Il pleut gaîment, dans le soleil,
Il pleut, il pleut des perles pures…

Puisqu’il a plu longtemps, longtemps,
Pour charmer mon cœur de poète,
Pour faire rire tes vingt ans,
Allons, puisqu’il a plu longtemps,
Egoutter des fleurs sur nos têtes.

(Les Émotions Modernes.)