Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LÉONCE DEPONT





Bibliographie. — Sérénités, ouvrage couronné par l’Académie française (1897) ; — Déclins (1899) ; — Pèlerinages, ouvrage couronné par l’Académie française (1902) ; — Ode a Victor Hugo, poème couronné par l’Académie française (1903) ; — Le Triomphe de Pan (Editions de la Revue des Poètes, Paris, 1906).

Les œuvres de M. Léonce Depont se trouvent chez Alphonse Lomerre.

M. Léonce Depont a collaboré à la Revue des Poètes à la Revue des Deux-Mondes, à la Revue de Paris, etc.

Né à Surgères (Charente-Inférieure) le 24 mai 1862, M. Léonce Depont a fait ses études au lycée de la Rochelle. Après avoir enseigné à Paris pendant quinze ans, il s’est, depuis quelques années, consacré entièrement à la littérature.

Il a publié en 1897 Sérénités, qui a obtenu le prix Capuran à l’Académie française ; en 1899, Déclins ; puis, en 1902, Pèlerinages, qui obtint le prix Archon-Despérouses. Enfin, en 1903, l’Académie lui a décerné le grand prix de poésie pour son Ode à Victor Hugo.

M. Léonce Depont est un poète à l’inspiration haute et noble, sachant « incruster dans le granit du verbe des hymnes d’ampleur harmonieuse », et en même temps un poète d’une grande finesse de sentiment, exhalant envers eurythmiques les plaintes d’une âme qui se fiance à toutes les douleurs, qui entend

Gémir la solitude et pleurer le silence,


un contemplatif et un rêveur nostalgique et tendre que la voix de la pitié obsède, et qui soudain se réveille, et, se dressant devant l’injustice triomphante, s’érige en défenseur des faibles et des opprimés.