Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/230

Cette page n’a pas encore été corrigée



Au lieu de toujours c’est longtemps
Qu’il faut dire, car le printemps
Sait bien que l’amour n’a qu’un temps
Comme ses roses.

Si votre fleur jamais ne ment,
Quand vous murmurez à l’amant
Le dernier mot : passionnément,

Soyez discrètes,
De peur que le printemps jaloux
Ne vienne chanter dans les houx
Que les amants sont aussi fous
Que les poètes.

Genève, 1896.

(En Passant.)