Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/198

Cette page n’a pas encore été corrigée



Là, le bondissement, au penchant du coteau, des terres labourées où les sillons se tendent, courbes comme des arcs où pointent les moissons, avant de s’élancer vers le ciel dans l’air tendre.

Là se creuse un vallon, sous des prés en damier, que blesse en un repli la flèche d’un clocher ; ici, des roches rouges aux arêtes brillantes se gonflent d’argent pur où croule une eau fumante.

Plus loin encore s’étage une contrée plus belle, où. luisent des pommiers près de leur ombre ronde. Là, dans un creux huileux de calme, le soleil, où vit une prairie, fait battre une émeraude.

Et je voyais des terres, des terres encore plus loin, en marche vers le ciel et qui semblaient plus pures ; l une où tremblait le fard gris-perle des lointains ; les autres, au bord du ciel, étaient déjà l’azur.

Je restai jusqu’au soir à contempler cette œuvre, à suivre l’ondulation de cette mer, et je sentais très doucement faiblir mon cœur au bercement sans fin des vagues de la terre.

Comme un bouillonnement de vagues déchaînées, devant moi jusqu’aux grèves en feu du soleil, je vis vallons et monts, nuages et ciel d’été remonter l’infini des clartés et s’y perdre.

Je me tenais debout entre les genêts d’or, dans le soir où Dieu jette un grand cri de lumière… et je levais tremblant la palme de mon corps vers cette grande Voix qui rythme l’Univers.

(Ballades de la Montagne, des Glaciers et des Sources.)

MORPHÉE

A Monsieur de Max, Par les étés chanteurs et sous les beaux soleils, l’herbe, sur toutes choses, se faisant admirer, les nymphes et les dieux s’en vont courir les plaines, poursuivis par l’essaim, de leurs cheveux dorés.