Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée



Prodige édifié qui sanglote et sourit,
Tel que la mer immense ou que l’immense foule.
J’aurais voulu fixer le bronze ardent qui coule…
O désirs ! mots jetés ! jeux du jour et du vent !
J’aurais voulu créer des vers d’airain vivant.

(Le Jardin Secret.)

ABIME

Avez-vous vu la mer écumer dans le port ?
Parmi les sables fins que le flot fumeux ronge,
Devant la mer nocturne avez-vous fait un songe,
Seul, assis sur la plage à l’heure où tout s’endort ?

Un songe immense et doux de sommeil et de mort…
Oh ! glisser sous la vague, être un lambeau qui plonge !
Se mêler aux brins d’algue, au corail, à l’éponge !
Oublier le sol âpre et l’inutile effort !

Mais rien ne nous répond dans le flux qui s’élance.
Les flots inapaisés, plus sourds que le silence,
Ont hurlé d’un cri fou devant l’Homme importun ;

Et, du mouvant tombeau que notre cœur envie,
Ne monte à nous jamais dans le soir et l’embrun
Qu’un vain bruit sons parole aussi vain que la vie.

(Le Jardin Secret.)
ORGUEIL

Tout est vain, disions-nous quand nous allions rêvant ;
Tout est bref et léger comme notre âme est brève ;
Et, de la fleur éclose aux cerveaux lourds de sève,
A peine un parfum reste et va s’enfuir ou vent.

Tout est vain, chant sublime ou secret du savant ;
Tout est vain, disions-nous, comme est voin notre rêve…
Et pourtant, tous les deux, quand l’ombre aux cieux s’élève.
N’avons-nous pas frémi du même émoi souvent ?