Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les ceps accumulés
Ployaient gonflés ;

Où, l’automne venue,
La Vendange mi-nue
A l’entour du pressoir
Dansait le soir !

O buissons d’églantines,
Jetant dans les ravines,
Comme un chêne le gland,
Leur fruit sanglant !

Murmurante oseraie,
Où le ramier s’effraie,
Saule ou feuillage bleu,
Lointains en feu !

Rameaux lourds de cerises !
Moissonneuses surprises
A mi-jambe dans l’eau
Du clair ruisseau !

Antres, chemins, fontaines,
Acres parfums et plaines,
Ombrages et rochers
Souvent cherchés !

Ruisseaux ! forêts ! silence !
O mes amours d’enfance !
Mon âme, sans témoins,
Vous aime moins

Que ce jardin morose
Sans verdure et sans rose
Et ces sombres massifs
D’antiques ifs,

Et ce chemin de sable,
Où j’eus l’heur ineffable,
Pour la première fois,
D’ouïr sa voix !

Où, rêveuse, l’amie
Doucement obéie,
S’appuyant à mon bras,
Parlait tout bas ;