Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À LA FONT-GEORGES


O champs pleins de silence,
Où mon heureuse enfance
Avait des jours encor
Tout filés d’or !

O ma vieille Font-Georges,
Vers qui les rouges-gorges
Et le doux rossignol
Prenaient leur vol !

Maison blanche où la vigne
Tordait en longue ligne
Son feuillage qui boit
Les pleurs du toit !

O source claire et froide,
Qu’ombrageait le tronc roide
D’un noyer vigoureux
A moitié creux !

Sources ! fraîches fontainesI
Qui, douces à mes peines,
Frémissiez autrefois
Rien qu’à ma voix !

Bassin où les laveuses
Chantaient, insoucieuses,
En battant sur leur banc
Le linge blanc !

O sorbier centenaire,
Dont trois coups de tonnerre
N’avaient pas abattu
Le front chenu !

Tonnelles et coudrettes,
Verdoyantes retraites
De peupliers mouvants
A tous les vents !

O vignes purpurines,
Dont, le long des collines,