Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/449

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LÉON CLADEL





Bibliographie. — Les Martyrs ridicules, avec une préface de Baudelaire (1862) ; — Le Bouscassié, nouvelles (1869) ; — La Fête votive de Saint-Bartholomé-Porte-Glaive (1872) ; — Les Va-Nu-Pieds (1873) ; — L’Homme de la Croix-aux-Bœufs (1878) ; — Mon Ami le sergent de ville (1878) ; — Bonshommes (1879) ; — Ompdrailles ou le Tombeau des lutteurs (1879) ; — Par-devant notaire (1880) ; — Crète-Rouge (1880) ; — Eaux-Fortes (1881) ; — L’Amour romantique (1882) ; — N’a qu’un Œil (1881) ; — Le Deuxième Mystère de l’Incarnation (1883) ; — Kerkadec, garde-barrière (1883) ; — Urbains et Ruraux, suite des Va-Nu-Pieds (1884) ; — Petits Cahiers (1885) ; — Celui de la Croix-aux-Bœufs, réédition (1885) ; — Héros et Pantins (1885) ; — Mi-Diable (1885) ; — Léon Cladel et sa Kyrielle de chiens (1885) ; — Titi Foyssac IV (1886) ; — Gueux de marque (1887) ; — Effigies d’inconnus (1887) ; — Raca (1888) ; — Seize Morceaux de littérature (1889).

Léon Cladel a collaboré au Parnasse et à de nombreux journaux et revues.

Léon Cladel, né en 1835 à Montauban, en Quercy, mort en 1892, à Paris, fut surtout un romancier. Il vint de bonne heure à Paris et s’y lia avec les Parnassiens.

Après avoir publié quelques recueils de nouvelles fantasques, un retour qu’il fit dans le Quercy le révéla à lui-même. En revoyant le pays où s’était écoulée son enfance, Cladel retrouva son âme d’autrefois. Dès lors, le raffiné redevint un rustique ; il n’écrivit plus que des romans campagnards, genre où il s’illustra.

Ce qui lui reste cependant de son commerce avec les Parnassiens, c’est le culte de la forme. Il s’applique sans cesse a donner à sa prose du relief, à la rendre harmonieuse, à la rythmer. « Ses recherches quotidiennes de rythme et de facture, dit fort justement M. Anatole France, devaient le conduire à tenter d’écrire en vers. Il l’a fait rarement, mais toujours avec un bonheur presque complet et qui lui était bien dû, car Léon Cladel fut peut-être le plus infatigable de tous les ouvriers en style. »